STOP à la discrimination : l’histoire du projet Latitude racontée dans un livret

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - discrimination

STOP_a_la_discrimination.jpg Les étapes d’un engagement contre les discriminations

Le PIC EQUAL LATITUDE a réuni deux entreprises (Adecco et Adia), la Direction de la Population et des Migrations, le Fonds d’action et de Soutien pour l’Intégration et la Lutte contre les discriminations (le FASILD, nouvellement appelé ACSE) et IMS-Entreprendre pour la Cité. Soutenu par le Fonds Social Européen, LATITUDE a développé un ensemble d’outils de compréhension et d’action contre les discriminations raciales, ethniques et sexistes et pour l’égalité de traitement dans l’accès à l’emploi.

Coordinateur du projet Latitude :Arnaud Gauci
Responsable du pôle social de la Direction des ressources intérimaires d’Adecco : Jean-François Connan
Rédaction et recueil des témoignages : Tugdual Ruellan
Parution : 2006à télécharger en cliquant sur ce lien ou sur l’image

Au-delà des actions elles-mêmes et des résultats qu’elles ont produits, LATITUDE a été un exemple particulièrement réussi de ce que peut être une coopération forte, autour d’un projet commun, entre pouvoirs publics et entreprises. Ce premier livret 1 et le 2e « Fiches actions et méthodes » vous livrent cette magnifique histoire partenariale qui, sans l’impulsion des programmes communautaires, n’aurait pas pu être possible.

Les étapes d’un engagement contre la discrimination

Arnaud GAUCI, coordinateur du projet LATITUDE

« Début 2002, nous étions déterminés à réaliser ce projet. Nous le considérions comme un habit trop grand, au-delà de notre capacité du moment, voire au-delà de la volonté de nos structures respectives. Alors nous avons dû grandir, changer. Et le changement s’accompagne souvent de souffrance. Donc nous avons souffert. Et puis nous nous sommes réjouis, avons planté partout sur notre passage des petits drapeaux de victoire. Des victoires parfois difficiles à obtenir car il faut compter avec le temps, être patient, déterminé et puis l’on obtient rien sans les autres. Et nous avons convaincu des dizaines de personnes, des organisations entières. Nous avons rencontré des ministres, des syndicats, des entreprises, des concurrents, des politiques, nos hiérarchiques, nos collègues proches ou lointains. Ne nous dites pas que « personne n’est indispensable » car c’est impensable. Ce sont les hommes et les femmes qui font, qui agissent et interagissent et naturellement les liens se tissent. C’est comme un filet, dont les mailles se sont de plus en plus resserrées.

LATITUDE, projet issu du programme d’initiative communautaire EQUAL a rempli son rôle et tenté de répondre à l’idéal européen qui le fonde. La lutte contre les discriminations, l’égalité, conduisent à la justice, la sécurité, la citoyenneté et la paix. Ces valeurs ne se négocient pas, elles s’acquièrent et se développent en chacun et par chacun. Notre ambition était de s’appuyer sur la loi, de la rendre accessible dans sa compréhension et dans son application, de passer d’une égalité de droit à une égalité de fait et de traitement. Prétendre avoir éradiqué les discriminations raciales serait évidemment un leurre. Non, en effet, elles sont toujours présentes, insidieuses. Mais à la différence d’autrefois, elles ne se justifient plus comme une donnée acceptable, banale et immuable. Un énorme travail de levée du non dit, de libération de la parole et de formation a été effectué. De l’ensemble des organisations qui ont composé LATITUDE pendant 5 années, ADECCO, IMS « Entreprendre pour la cité », ADIA, Le FASILD (désormais ACSÉ), la Direction de la Population et des Migrations, toutes ont fait leur révolution sur la question de la lutte contre les discriminations (ou pour certain de la promotion de la diversité). Ensemble, ces structures ont sans aucun doute contribué à l’évolution des questions de «discrimination raciale en France ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *