Association nationale Chantier école

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - développement local

chantier ecole.logoLe chantier-école est une initiative qui naît d’une double préoccupation territoriale. Celle de la progression des personnes jeunes et adultes, éloignées conjoncturellement ou tructurellement de l’activité économique et celle de l’action concrète, utile au « pays », au quartier et à leurs habitants. Associant toujours plusieurs partenaires de la vie sociale et économique locale dont systématiquement les collectivités territoriales, le chantier-école implique la mise au travail pour une production grandeur nature, d’un groupe de personnes, encadré par un personnel qualifié techniquement et pédagogiquement.

Insertion par l’activité économique et monde rural – Des acteurs pour l’insertion et le développement du territoire
Retrouvez les actes du séminaire du 23 avril 2008 et le rapport de synthèse en cliquant sur ce lien ou sur :
www.chantierecole.org
Edition : juillet 2008
Rédaction : Tugdual Ruellan

Cet encadrement sait, à partir du chantier, des contraintes de la production, des nécessaires acquisitions de savoir-faire, de savoir-être, articuler des temps d’apprentissage théorique, de rencontres, de vie collective, et aussi des démarches individualisées afin d’aider, d’accompagner chaque participant pour qu’il atteigne les objectifs préalablement définis de progression individuelle, d’insertion sociale, de (re) mobilisation, de découverte des métiers, de (re) apprentissage de la vie professionnelle, de pré qualification, de qualification, d’accès à l’emploi.

chantier ecole.site

Le contexte de l’étude-action – présentation des objectifs du séminaire

Claude Alphandéry, président du CNIAE

Nous sommes réunis pour une journée de travail sur l’IAE en milieu rural. J’aimerais préalablement à nos discussions rappeler les raisons et le cadre de cette initiative du CNIAE, les travaux déjà réalisés et sur lesquels nos discussions peuvent s’appuyer, fixer les objectifs, mais aussi les limites de l’exercice. Raisons et cadre du séminaire. A l’occasion d’un important travail sur l’exclusion et la pauvreté en milieu rural, réalisé par la DGAS et auquel Raphaël Slama fera référence, avait été abordé le rôle des SIAE sans pouvoir être approfondi. Une proposition, issue de ce travail, avait été de confier ce travail au CNIAE. Nous avons donc inscrit cette recherche dans le programme de travail du CNIAE, avec l’appui financier de la DGAS et du FSE que je tiens ici à remercier. Le bureau du CNIAE a souhaité confier ce travail à l’association nationale Chantier-école. Je remercie donc ce réseau et plus particulièrement par avance, Philippe Louveau, Mohamed Oukssisse et Denis Maïer pour leur contribution aux travaux. Le groupe de travail territorialisation, présidé par Mme Bordes, vice-présidente du Conseil général de Dordogne et représentante de l’ADF au sein du bureau du Conseil, a été un lieu de suivi et de pilotage de cette recherche. Je remercie Martine Calvo, rapporteure de ce groupe de travail, pour tout le travail de mutualisation des expériences et des savoir-faire engagé avec l’ensemble des réseaux nationaux œuvrant en milieu rural. Nous connaissons tous les difficultés de cet exercice de mutualisation. Il continuera à l’occasion de ce séminaire de travail et ultérieurement, je le souhaite.

Grenelle de l’insertion. Nos échéances et le cadre de cette réflexion ont toutefois été bousculés par la décision de lancer un Grenelle de l’insertion. Nous pensions exposer le résultat de ce travail dans une conférence de la ruralité dont la date était indéterminée. Il nous a semblé néanmoins opportun d’alimenter les groupes de travail du Grenelle de l’insertion par cette question du territoire rural. Cette problématique ne semble pas en effet avoir été abordée en tant que telle dans ces groupes de travail. Il est donc important que ces travaux soient portés à la connaissance des coprésidents des trois groupes des travail, d’où également notre souci de vous présenter des propositions en fonction des thématiques retenues pour ces groupes de travail du Grenelle. Cela nous oblige à réagir plus vite d’où le sentiment de propositions encore inachevées. J’espère que ce séminaire sera suffisamment fructueux pour les améliorer.

Rappel des travaux réalisés. La recherche a été réalisée en deux étapes :

  • une première étape a été confiée à Laurent Dallongeville, stagiaire auprès du CNIAE. Il lui a été demandé d’analyser dans les cantons ruraux vieillis de la région Auvergne le rôle et l’organisation des structures d’insertion par l’activité économique. Ce travail a fait l’objet d’un rapport de stage que vous pouvez consulter sur le site du CNIAE ;
  • une seconde étape a été confiée à l’association nationale Chantier-école. Il lui a été demandé de recueillir, par l’intermédiaire d’un questionnaire élaboré collectivement, des éléments d’un état des lieux et des fiches témoignages de chaque réseau impliqué sur les territoires ruraux (au sens de territoires dont le nombre d’habitant ne dépasse pas 2000 habitants y compris la ville-bourg). Le dossier de présentation du séminaire contient ainsi une trentaine d’expériences significatives.

La discussion pour ce séminaire partira du témoignage rapide de responsables de quelques-unes de ces expériences que je remercie par avance pour leur contribution.

Objectifs du séminaire. Il s’agit aujourd’hui de :

  • élaborer une vision partagée de l’IAE en milieu rural et de ses spécificités ;
  • donner une grille de lecture des parcours, des performances en matière de résultats socioéconomique des SIAE et des placements dans l’emploi de salariés à la sortie des parcours en milieu rural ;
  • accompagner le travail sur l’offre d’insertion et les missions d’intérêt général des SIAE ;
  • nous mettre d’accord sur quelques grandes préconisations concernant le parcours d’insertion en milieu rural, les besoins des territoires et la gouvernance en milieu rural, le développement économique et social de l’IAE en milieu rural. Certaines de ces propositions pourront consolider, voire compléter, le travail de réforme entrepris par le sous-groupe IAE du Grenelle de l’insertion, présenté au groupe employeurs le 17 avril. Vous trouverez dans le dossier du participant les propositions discutées le 17 avril ;
  • définir quelques orientations à approfondir ultérieurement.

Limites du séminaire. En énonçant ces objectifs, il faut bien avoir présent à l’esprit les limites de notre exercice d’aujourd’hui. Nous avons essayé de circonscrire les questions à ce qui nous est apparu, au fil des travaux antérieurs, comme des spécificités de l’IAE en milieu rural. Bien évidemment, nous savons que toute proposition rétroagit sur un système et vice et versa. Si nous évoquons par exemple seulement la mobilité et l’accueil dans la séquence des parcours, c’est que ces questions nous sont apparues comme plus spécifiques au milieu rural que d’autres. Mais nous n’ignorons pas tous les autres aspects du parcours d’insertion (logement par exemple) qui font système.

Nous avons été confrontés à la question de publics qui ne relèvent pas forcément des parcours d’insertion comme les paysans en difficulté mais dont on voit que l’accompagnement, notamment par les MSA, est proche de celui des structures. Sur un territoire où l’on sait que les acteurs et les ressources sont peu nombreux, il y a certainement des approfondissements de pratiques à réaliser.

D’une manière générale, le temps nous a été compté pour approfondir certaines propositions avec certains partenaires. Je pense notamment aux élus et aux partenaires sociaux. Il y aura une première discussion sur des propositions encore générales, issues de la réflexion des réseaux de l’IAE. Il faudra voir comment les approfondir ultérieurement avec l’aide des ministères concernés et au premier chef d’entre eux, le ministère chargé de l’emploi et celui chargé de l’agriculture.

Nous aurions souhaité que Martin Hirsch puisse participer à la réflexion conclusive de ce séminaire. Là encore, pour des raisons de temps, il ne pourra être avec nous qu’un moment en début d’après midi. Nous ne pourrons pas lui faire état de l’ensemble de nos travaux mais il est important qu’il sache que nous travaillons sur cette question afin de produire dans les temps du Grenelle de l’insertion.

Je remercie donc par avance tous les participants à ce séminaire de travail pour se mettre dès maintenant en position d’acteurs, remercie M Ruellan pour la célérité avec laquelle il fera les actes et, en m’excusant de devoir vous quitter un moment, passe l’animation de cette réunion à Jacques Dughera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *