Le CAT de Bain-de-Bretagne, acteur du commerce équitable et du développement durable

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - commerce équitable

CAT Bain.actualite notre tempsLes premiers jalons du commerce équitable sont posés au lendemain de la première guerre mondiale aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne avec la création de Thousand Villages et Oxfam. Le but est alors d’aider les populations défavorisées et les victimes de guerre par le biais de la vente de produits artisanaux. C’est dans les années 1960 que les premières boutiques, prônant le commerce équitable, voient le jour en Europe. D’abord les Magasins du Monde aux Pays-Bas, en 1969, puis Les Magasins du Monde–Oxfam en Belgique en 1971 et enfin, les boutiques d’Artisans du Monde en France en 1974. « Le plus grand défi, atteste Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, dans la Grande Désillusion, n’est pas seulement dans les institutions, il est d’abord dans les esprits. Prendre soin de l’environnement, faire en sorte que les pauvres puissent dire leur mot dans les décisions qui les touchent, promouvoir la démocratie et le commerce équitable : tout cela est nécessaire pour concrétiser les bienfaits potentiels de la mondialisation. »

Article paru dans Actualité notre temps
Février 2008
Rédaction : Yves Thébault et Tugdual Ruellan

CAT Bain.actualite notre temps.photo520 tonnes de café chaque année__ En 1994, le Centre d’aide par le travail de Bain-de-Bretagne investit dans cette économie nouvelle, sociale, équitable, respectueuse de l’environnement, avec l’espoir d’inscrire cet embryon de solidarité dans la durée. « En 2007, affirme avec fierté le directeur du centre d’aide par le travail de Bain-de-Bretagne, Yves Thébault, le pari est gagné ! Le chemin a été long pour faire reconnaître ce type d’économie comme une véritable alternative au commerce conventionnel. » L’atelier de torréfaction, qui emploie vingt salariés reconnus travailleurs handicapés, torréfie, moud et met en sachet chaque jour, deux tonnes de café, soit quelque 520 tonnes par an : quatorze variétés différentes de café, dont de nombreux « 100 % arabicas », venus d’Haïti, du Guatemala, du Mexique, de Bolivie, du Pérou, d’Ethiopie ou du Rwanda. Il commercialise désormais, sous sa propre marque, deux nouveaux cafés : Alianza et Dos Mundos. Tout en respectant le rythme de travail de chaque ouvrière et ouvrier, l’ESAT répond à une demande croissante du consommateur de s’engager vers une consommation plus responsable : « La relation de confiance, poursuit Yves Thébault, entre le producteur, l’importateur et le torréfacteur a en treize ans permis d’ancrer dans notre quotidien le principe de « Pourquoi juste consommer si l’on peut consommer juste ». Tous nos cafés portent la garantie Max Havelaar qui assure au producteur une rémunération au juste prix, une prime au développement pour améliorer les conditions de travail et de vie, un pré-financement des récoltes, autant de conditions indispensables pour bâtir dans la durée une relation d’équité et de confiance. »

Protection de l’environnement Le Réseau international de coordination des acteurs du commerce équitable, qui réunit le plus grand nombre d’acteurs de la profession, définit le commerce équitable comme « un partenariat commercial, basé sur le dialogue, la transparence et le respect, qui vise plus d’équité dans le commerce international. Le commerce équitable contribue au développement durable en proposant de meilleures conditions commerciales aux producteurs marginalisés, essentiellement dans les Pays du Sud et en sécurisant leurs droits. Les acteurs du commerce équitable, soutenus par les consommateurs, s’engagent à appuyer activement les producteurs, à sensibiliser le public et à se mobiliser pour des changements dans les règles et les pratiques du commerce international conventionnel. » L’environnement est une source de préoccupation permanente. L’établissement est entré dans la démarche Iso 22000, norme agro-alimentaire qui assure la traçabilité et la protection de l’aliment dès la réception, au cours de la transformation, de la cuisson, de la mouture, de la manipulation et du conditionnement : « Certains cafés portent le label agriculture biologique. Tous répondent à un cahier des charges interdisant l’emploi de produits nuisibles à l’environnement. Nous avons d’ailleurs équipé notre tout nouvel atelier de torréfaction d’un capteur de fumée afin de ne pas nuire à l’environnement local. » En buvant le café du CAT de Bain-de-Bretagne portant la garantie Max Havelaar du commerce équitable, le geste de solidarité est double : le consommateur achète un café à un prix équitable qui respecte le travail des producteurs des pays en voie de développement et il contribue en même temps, à l’intégration des personnes handicapées dans le monde du travail.

Contact CAT-ESAT de Bain de Bretagne tél. 02 99 43 95 44 – fax 02 99 43 83 61

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *