LTVE : A Marseille, avec l’APAF, enfants valides et handicapés jouent ensemble

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

4_pages_APAF__copie_.jpgA Marseille, l’Espace multi accueil de Château-Gombert a été inauguré
Enfants valides et handicapés jouent ensemble

Avec le soutien du GIP Handicaps et compétences, dans le cadre du projet Equal Les Temps pour vivre ensemble, l’Association provençale d’aide familiale vient d’inaugurer son espace multi accueil à Marseille. La crèche accueille, depuis le 14 janvier 2008, 66 enfants tous les jours de la semaine pour permettre aux familles de mieux concilier vie professionnelle et vie privée. Originalité : un tiers des places est prévu pour l’accueil d’enfants handicapés.

Document réalisé par le GIPH Handicap et Compétences (disponible sur demande)
Réalisation : Tugdual Ruellan
Conception graphique : Marie-Annick Sauvage

Présentation avec son directeur, Pierre Béhar…

LTVE.APAF.Marseille_T.Ruellan__35__Pierre_Behar.JPGEn quoi consiste cette nouvelle réalisation ? L’APAF a ouvert cette espace multi accueil, structure petite enfance destinée à tous les enfants notamment à ceux porteurs d’un handicap, quelles que soient les déficiences. Parallèlement, nous offrons la possibilité de poursuivre les accompagnements thérapeutiques à l’intérieur de la structure avec les accompagnateurs habituels de l’enfant.

En quoi votre projet est-il innovant ? Les crèches traditionnelles sont plus ou moins réticentes à l’accueil d’un enfant handicapé ou tout au moins, posent des préalables. Les parents ont de ce fait beaucoup de difficultés à trouver un lieu adéquat. De plus, les rééducations ont lieu en journée, ce qui implique que les parents – le plus généralement, la mère – réduisent leur temps de travail pour concilier rééducation de l’enfant et activité professionnelle. Cette crèche multi accueil offre un mode de garde adapté.

Présentez-nous votre association…L’association provençale d’aide familiale est réée il y a 60 ans pour intervenir auprès de familles en difficulté. L’ensemble est aujourd’hui constitué de cinq associations thématiques : personnes handicapées, familles, personnes âgées, soin, petite enfance. Nous souhaitons développer les aides aux familles et offrir des modes de garde adaptés. Nous avons ainsi déjà créé en 2004, une première structure petite enfance destinée à accueillir tous les enfants, plus particulièrement ceux issus de familles en difficulté.

Le point de vue d’Alain Bony, directeur du GIP Handicaps et Compétences
Alain_Bony__copie_.JPGL’ouverture du centre multi-accueil de Château Gombert à Marseille constitue pour le GIP Handicaps et Compétences une étape et un aboutissement. Créé à l’initiative de l’Association Provençale d’Aide familiale, avec l’aide du programme EQUAL « Les temps pour vivre ensemble » au sein d’un partenariat qui rassemble des collectivités territoriales — Conseil général, Conseil régional, Ville de Marseille — des fondations et des associations, il est une réponse concrète aux besoins exprimés par un grand nombre de familles qui souhaitent à la fois voir grandir leurs enfants « différents » au milieu des autres et au plus près de leur domicile, mais aussi retrouver une vie sociale, professionnelle et personnelle active. Cette réussite doit cependant s’envisager dans une série d’actions qui constituent à terme sur chaque territoire une chaîne » dont les maillons sont aussi la formation des personnels de la Petite Enfance, I ‘aménagement des logements, l’adaptation des modes de transports et l’accès aux loisirs et à la culture. Qu’un maillon de cette chaîne manque, et les parents sont immédiatement contraints de renoncer à des aspects essentiels de la vie familiale. C’est le sens des actions de formations des personnels menées avec la Ville de Reims, des formations à l’accessibilité organisées avec le Ministère de la Culture et de la Communication, du développe¬ment de centres de ressources sur le modèle du CEP d’Eckbolsheim( Bas-Rhin) ou du futur centre engagé avec la Ville de Monteux, le Conseil général de Vaucluse et le Conseil régional de PACA. des formations menées dans plusieurs Universités françaises. Le GIP Handicaps et Compétences, en fédérant ainsi dans un travail de réseau des organismes publics et privés assume toute sa responsabilité dans le cadre du programme EQUAL du Fonds Social Européen et contribue à la lutte contre les discriminations.
Alain BONY Directeur GIP Handicaps et Compétences

LTVE.APAF.Marseille_T.Ruellan.batiment__15_.JPG

Pour le bien-être et la sécurité de l’enfant

Monique Piteau-Delord, présidente APAF : « Construire une société citoyenne » LTVE.APAF.Marseille_T.Ruellan__39_Monique_Piteau-Delord__presidente_APAF.JPG« L’inauguration de cette crèche représente pour l’ensemble des administrateurs du réseau APAF l’aboutissement d’un engagement fort et d’un travail de longue haleine. Créé au moment du baby boum, d’après guerre, l’APAF défend depuis toujours que la qualité de la vie familiale et de la vie au domicile construisent une société citoyenne. L’APAF s’est toujours attachée à aider, à accompagner les personnes en difficultés, les personnes fragiles qu’il s’agisse d’adultes ou d’enfants, dans leur quotidien pour leur permettre de mieux vivre, d’avoir une vie sociale et d’être des citoyens à part entière. L’APAF imagine, construit et conduit au travers de son réseau d’associations des actions auprès des personnes présentant un handicap et auprès de leur entourage, auprès des familles en grandes difficultés sociales, auprès des personnes âgées qui ont à la fois besoin d’accompagnement et d’aide mais aussi de soins dans le plus grand respect et la plus grande bienveillance de chacune de ces personnes fragilisées dans leur vie. En contribuant ainsi à imaginer des réponses adaptées, nous contribuons à l’amélioration des conditions de vie à domicile, à l’amélioration du maintien voire du retour à l’emploi des femmes. Nous avons imaginé cette crèche avec le projet d’accueillir de tout jeunes enfants handicapés, quel que soit leur handicap, mais des enfants avant tout, des « qui peuvent autrement » comme le dirait Albert Jacquard. »

Espace multi accueil en chiffres
•un agrément pour 66 enfants à temps plein avec la possibilité d’accueillir entre 100 et 110 enfants
•un accueil possible de 22 enfants handicapés
•une équipe de 24 salariés
•une surface de 768 m²
•un jardin –avec sa cabane au fond !
•un parcours psychomoteur
•deux dortoirs pour respecter les rythmes des enfants entre les lève-tôt et les couche-tard !
•une cuisine ouverte pour que les enfants sentent les odeurs et voient le repas en cours de préparation

Danièle Bossuet : «Le principal, c’est que l’enfant prenne la vie comme un bonheur.»Danièle Bossuet prend la direction de l’Espace multi accueil. Puéricultrice de formation, elle a, après une longue expérience dans des centres hospitaliers d’Aix-en-Provence et Salon-de-Provence, ouvert une première crèche en 1991 puis une deuxième en Provence : « J’ai été séduite par ce projet de l’APAF qui propose d’accueillir, sans distinction, enfants valides et… différents. Il n’y a pas réellement de quota déterminé. Nous laissons les demandes arriver. Les enfants présentant un handicap doivent partager leur temps entre la crèche et les soins spécifiques de kinésithérapie, orthophonie… Je crois aux capacités des enfants, qu’ils soient handicapés ou non. Nous les accompagnons dans l’éveil. Le principal, c’est que l’enfant prenne la vie comme un bonheur. »

Cindy Triché, psychomotricienne : «Plus on connaît la différence, moins elle fait peur !»Cindy Tricé, après une expérience antérieure en CAMPS et CMPP, vient d’être embauchée par l’APAF. Un choix clairement affirmé pour apporter un accompagnement privilégié à l’enfant : « J’interviens auprès de tous les enfants et propose une stimulation de leur développement psychomoteur, leur motricité, la manipulation. Les accompagner dans la construction de leur schéma corporel. J’interviens aussi auprès de l’équipe pour expliquer, informer, parfois, rassurer face à une situation inhabituelle… Nous agissons pour que l’enfant soit le plus possible intégré, actif et partie prenante. J’assure aussi un lien important avec les parents. Ils sont heureux de savoir leur enfant dans un cadre ordinaire, hors du contexte médical. C’est une pause, un moment de répit dans l’emploi du temps qui comporte déjà tellement de contraintes. Du côté des enfants, les jeux, les moments de vie quotidienne se partagent naturellement. Plus on connaît la différence, moins elle fait peur ! »

Jean-Michel Fafiotte, architecte : «Des volumes à l’échelle de l’enfant»Jean-Michel Fafiottte connaît bien l’architecture des crèches : c’est la 25e qu’il réalise : « Les normes prévoient a minima l’accès aux parents handicapés. Toutes les crèches doivent désormais être de plain-pied, sans seuil, avec de larges portes. Elles font l’objet de contrôles par les commissions compétentes au moment de la réception des travaux. Il y a par ailleurs des normes spécifiques aux crèches, comme par exemple des plafonds à 2,30m au lieu de 2,50 m pour que les volumes soient plus à l’échelle du petit enfant. En revanche, il n’y a aucune norme spécifique pour l’accueil d’enfants handicapés. »

Jean-Paul Moulard, maître d’ouvrage : « Un bâtiment qui répond dans son ensemble à des besoins spécifiques »Pour Jean-Paul Moulard, PDG d’Ingénierie pour l’entreprise, « l’originalité de l’amnégament est d’avoir réuni deux parties du bâtiment par un espace de convergence, au milieu, ample dans sa surface, dans son volume qui permet aux enfants de développer des activités diverses. On ne trouve pas ici de locaux particuliers qui seraient adaptés à un public spécifique mais un bâtiment qui, dans son ensemble, peut répondre à des besoins spécifiques. »

Thierry Pourchon, directeur de société interurbaine Véolia transport : « Le mélange, la mixité dès le plus jeune âge » Créée en mai 2004 et dotée d’un budget annuel de 5 millions d’euros, la Fondation d’entreprise Veolia Environnement se classe parmi les plus grandes fondations privées françaises. Elle aide des actions d’intérêt général, et sans but lucratif, concourant au développement durable avec comme priorité la solidarité, l’insertion professionnelle et la protection de l’environnement, en France ou à l’étranger. Au 25 juillet 2007, la Fondation a ainsi soutenu 553 projets représentant un total de 20 069 344 euros engagés : « Ce qui nous a séduit c’est que cette espace de Château-Gombert s’adresse à la fois à des enfants valides et à des enfants présentant un handicap. C’est la mixité, le mélange depuis le plus jeune âge. »

Nicolas Guerrini, papa d’une petite fille : « Mélanger les enfants est une ouverture sur le monde »Nicolas Guerrini est papa d’une petite fille d’un an accueillie dans cette crèche depuis son ouverture : « Nous résidons non loin de Château-Gombert. Comme nous travaillons tous les deux, il nous fallait trouver un mode de garde. Nous sommes heureux de laisser notre fille chaque matin dans cet établissement. Le projet est un plus. Mélanger les enfants est une ouverture sur le monde, une expérience très enrichissante. Il serait intéressant que cette même logique se poursuive au-delà du cycle de maternelle. »

M. Garo Hovsepian, maire des 13 et 14e arrondissements de Marseille : « L’avenir des enfants doit être notre priorité » « La mairie d’arrondissement a créé deux pôles enfance : l’un a ouvert ses portes en juillet 2005 et accueille plus de 300 enfants de 0 à 6 ans et propose des activités musicales, théâtrales, corporelles, d’éveil, l’accompagnement des femmes enceintes. Nous venons d’inaugurer le second à Point obscur. Nous souhaitons que ces pôles s’inscrivent dans le Contrat enfance pour développer davantage de lieux d’accueil et ainsi, mieux répondre aux nouveaux besoins des familles. La crèche est le premier lieu de socialisation de l’enfant. L’avenir des enfants doit être notre priorité. »

Marius Masse, conseiller général des Bouches-du-Rhône : « La crèche, un lieu de socialisation mais aussi de solidarité et de citoyenneté » « Le métier de parent est parfois difficile à exercer ! il faut le plus souvent le concilier avec un emploi, des activités dans une société où malheureusement, l’enfant n’est pas suffisamment pris en compte. Répondre à la forte demande exprimée est une composante essentielle que nous devons développer sur une politique de solidarité au bénéfice des familles. Il y a dans l’arrondissement quelque 700 places dans 17 établissements d’accueil collectif pour 3500 enfants de moins de trois ans. L’offre d’accueil par des assistantes maternelles dépasse à peine, sur l’arrondissement, les 30 places pour 100 enfants alors que la moyenne nationale en 2005 était de 44 places pour 100 enfants. Une crèche est un lieu qui se doit de répondre aux difficultés de la vie de notre société, un lieu de solidarité, un lieu de citoyenneté. Elle permet la socialisation et le développement de l’autonomie des enfants. C’est là qu’ils font leurs premiers pas vers le monde extérieur. Il est de notre devoir de favoriser leur développement dans des familles épanouies. »

Marie-Louise Lota, adjointe au maire de Marseille, déléguée à l’éducation et à la petite enfance : « Pour le bien-être des tout-petits, de ceux qui sont nés différemment » « Dans le cadre du contrat enfance signé avec la CAF, la Ville a mis ce terrain avec bail emphytéotique de 1800 m² à disposition de l’APAF, à proximité de l’école maternelle et d’un espace vert, d’une valeur d’un million d’euros. Il faut rappeler que le secteur le plus actif de France au niveau des naissances est le Midi. Le taux de naissance à Marseille est en effet de 28% tandis que la moyenne nationale est de 10 %. Les Marseillais disposent de 60 crèches collectives auxquelles se sont ajoutées 42 crèches associatives. La ville s’est par ailleurs dotée de trois bébé-cars, haltes-garderies itinérantes pour accueillir 8 à 10 enfants à temps partiel et conseiller les parents. L’ouverture de 24 autres crèches est prévue dans le nouveau contrat enfance-jeunesse. La Ville soutient ce projet qui apporte bien-être des tout-petits, en particulier celui de ceux qui sont nés différemment. »

Sylvie Andrieux, députée et vice-présidente du conseil régional de PACA-Corse : « au quotidien, les familles sont confrontée sà un parcours du combattant ! » « La principale préoccupation de la Région est sans cesse d’améliorer la vie quotidienne des habitantes, des habitants, notamment, en facilitant l’accueil des tout-petits. L’ouverture d’un espace aux enfants atteints d‘un déficit est d’une importance capitale. Il s’at d’accompagner dès le plus jeune âge des enfants ayant un handicap et les préparer à intégrer l’école maternelle, leur permettre de bénéficier d’un suivi médico-éducatif au sein d’une équipe pluridisciplinaire et aussi, de faciliter la vie des familles trop souvent confrontées au manque de structures adaptées. Nous souhaitons voir ce lieu vivre au rythme des jeunes enfants dans la plus grande ouverture à l’expression des parents et la communication avec les écoles maternelles du quartier. Je souhaite que cette initiative fasse école. Nous comptabilisons dans ces 13 et 14e arrondissements, 2000 naissances par an soit 20% des naissances à Marseille. Or, 58 866 enfants de ces deux arrondissements ont moins de 6 ans. En 2003, la ville disposait de seulement 3830 places en crèches municipales et associatives. Depuis, ce sont 1600 nouveaux habitants qui s’installent chaque année. Il faut donc poursuivre nos efforts car c’est à un vrai parcours du combattant auquel sont confrontées les familles au quotidien. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *