Morbihan : un nouveau navire pour desservir Belle-île-en-mer, Groix, Houat et Hoëdic

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - vie locale

Morbihan_Mag_n_13.Ile_de_Groix.aout_2008.photo.jpgLe navire du Département, Ile-de-Groix, vient d’entrer en service. Conçu comme le Bangor, il assure les liaisons quotidiennes entre Lorient et l’île de Groix.
Pour connaître les horaires des navires :
www.compagnie-oceane.fr

article paru dans Morbihan Magazine n° 13 – août 2008
Rédactrice en chef : Maly Sananikone
Rédaction : Tugdual Ruellan
Photo : A. Roupie

Ile de Groix, un nouveau navire pour desservir les îles

Le navire du département, Ile de Groix, vient d’entrer en service. Conçu comme le Bangor, il assure les liaisons quotidiennes entre Lorient et l’île-de-Groix.
Le Morbihan a certainement l’une des activités de desserte des îles françaises les plus importantes. Depuis plusieurs années, le Conseil général a entrepris la modernisation de sa flotte pour offrir confort et sécurité aux passagers. Il dispose désormais de sept navires pour trois lignes de desserte : Lorient – Groix, Quiberon – Belle-Île en mer, et enfin, Quiberon – Houat – Hoëdic. La qualité et la fonctionnalité des bateaux n’ont cessé de s’améliorer. Jusqu’en 1996, les voitures étaient embarquées à l’aide d’une grue. « Le département a été l’un des premiers en France à développer les navires « rouliers », explique Denis Trottin, directeur des ports au Conseil général, on embarque et on débarque au volant de son véhicule. »

Défi technique La construction du navire Ile-de-Groix a été confiée au chantier Aker Yards de Lorient, anciens chantiers La Perrière, créés en 1937. L’entreprise, qui emploie aujourd’hui 117 salariés, avait déjà construit le Bangor, en mai 2006, puis, l’Anatife, le plus petit pétrolier du monde. La construction du Bangor et celle du Ile-de-Groix ont été un vrai défi. « L’un comme l’autre doivent pouvoir desservir les deux îles, insiste Denis Trottin. Or, à Belle-Île et à Quiberon, on embarque par la porte avant latérale tribord ; à Port-Tudy à Groix, par la porte avant latérale bâbord et à Lorient, par la porte arrière ! » Les navires disposent donc de trois systèmes d’embarquement différents. « Par ailleurs, poursuit Gilles Scaër, chargé d’étude, les bagages sont pris en charge par la compagnie et transportés directement dans le navire par un petit train. Enfin, un salon a été aménagé pour les personnes qui souhaitent se reposer ou qui sont en suivi médical. » Les techniciens du Conseil général et du chantier ont travaillé de concert avec les équipes de l’opérateur et du concepteur Ships studio. « On ne trouve pas ces bateaux dans le commerce, sourit Denis Trottin. Ils sont conçus spécialement pour la desserte des îles morbihannaises et doivent répondre à de multiples usages. Les navires rouliers assurent désormais un approvisionnement quotidien des îles : deux pour Belle-Île-en-mer et deux pour Groix. « Nous en gardons un de côté qui nous sert en quelque sorte de roue de secours. Nous devons toujours être prêt à assurer la continuité du service… quoiqu’il arrive. »

« La construction navale toujours bien vivante ! »
Le navire Ile de Groix a été construit par le chantier Aker Yards Lorient SAS, situé à Lanester. Rencontre avec son dirigeant, Jean Roche…

Ile de Groix est entré en service. Que ressentez-vous ?
Il y a trois moments forts dans la construction d’un navire : la découpe de la première tôle, la mise sur cale et la mise à flot. La livraison du Ile de Groix a été l’occasion d’une grande fête qui a réuni tous les intervenants. C’est un produit breton : la tôle a été découpée à La Roche-Bernard, assemblée dans notre chantier ; une entreprise lorientaise a fait les aménagements, une concarnoise l’électricité. La construction navale est toujours bien vivante dans notre région.

Avez-vous rencontré des difficultés ?
C’était un deuxième de série mais sa construction restait un vrai défi. Il fallait le faire entrer dans des ports du 19e siècle sans modifier les quais, lui permettre de transporter à la fois passagers, voitures, camions, fioul, marchandises… Et modifier le type d’ouverture de porte. Tout cela en quatorze mois !

Ces réalisations ont-elles ouvert des perspectives pour votre entreprise ?
La qualité de réalisation du Bangor et d’Ile de Groix, l’attention portée à la sécurité ont été appréciées par des Norvégiens. Ils viennent de nous commander trois ferries à propulsion gaz. Ensuite, nous construirons un patrouilleur de surveillance côtière. Nous envisageons d’embaucher une vingtaine de personnes. Avec les contrats intérimaires, nous devrions employer près de 300 personnes cette année.

Ile de Groix en bref…
•longueur hors tout : 46 m
•largeur : 12 m
•tirant d’eau : 2,7 m
•poids : 770 t
•puissance propulsive utilisée : 2120 CV
•vitesse : 12,5 noeuds
•capacité : 450 passagers et 32 véhicules ou 15 voitures et trois poids lourds de 10 m
•équipage : 8 (un commandant, un chef mécanicien, un ouvrier mécanicien, un maître d’équipage ou bosco, trois matelots, un receveur).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *