Mille Sabots du 26 au 28 septembre à Séné, près de Vannes

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - vie locale

Des meneurs professionnels au concours d’attelage

OF.Mille_sabots_2008__copie_.JPGMille Sabots accueille cette année le concours national professionnel d’attelage, dernière épreuve en France avant le championnat de France et international qui se tiendra à Lisieux deux semaines après. La compétition promet d’être belle…

Voilà plusieurs semaines qu’Yves Tazé trace et redessine les chemins que devront suivre les chevaux et leurs meneurs, les obstacles qu’ils devront franchir sans fautes. Président de l’Association bretonne d’attelage, il est aussi celui qu’on nomme le chef de piste : « Une cinquantaine d’attelages étaient présents l’an passé, annonce-t-il fièrement. Ils seront tout autant et participeront cette fois au concours national. » L’association, créée il y a une vingtaine d’années, est chargée de l’organisation. Basée à Saint-Brieuc, elle rassemble aujourd’hui quelque quatre-vingt meneurs. Sont but : organiser des concours, former, aider au développement de l’attelage en Bretagne. Le concours commence le vendredi par une épreuve de dressage, présentée simultanément dans deux carrières : « Le public appréciera les figures constituées par chaque attelage sur des allures imposées devant deux jurys. » Le samedi, les concurrents prennent le départ du marathon (cross), épreuve d’endurance avec un parcours qui serpente le long du littoral jusqu’à cinq kilomètres aux alentours du site. De retour à Cano, les attelages seront soumis à une nouvelle épreuve avec sept obstacles à franchir. Le concours s’achève le dimanche par une épreuve de maniabilité sur carrière. Là, les chevaux doivent passer entre les obstacles dans un temps donné. Les différentes parties du concours sont prévues pour un cheval, deux ou quatre chevaux, un, deux ou, quatre poneys ainsi que pour les jeunes chevaux, âgés seulement de trois à six ans : « Amateurs et professionnels vont ainsi pouvoir se rencontrer sur les mêmes épreuves. Il s’agit de doser vitesse et prise de risque.»

Supplément Ouest-France
Rédaction : Tugdual Ruellan
www.MILLE-SABOTS.com

Ils et elles font Mille sabots

Jean-Pierre Charles, Morbih’ânes : « L’âne sera bien présent ! On pourra le découvrir à notre stand et au défilé en ville. Les visiteurs seront invités à tester leurs connaissances sur l’animal et les différentes races grâce à un quiz. Notre association rassemble quelque cent cinquante personnes, propriétaires ou non, du Morbihan et des départements voisins. Tout au long de l’année, nous organisons des randonnées mensuelles, participons à diverses manifestations.»

Anne Philippon, Centre équestre du Petit-Bois (Surzur). Installée depuis 1998, Anne propose des cours pour adultes et enfants avec trente-cinq chevaux et poneys. Elle participe à la randonnée, au défilé en ville et aux diverses animations : « Je proposerai aussi un petit tournoi de chevalerie, de la voltige, des poneys-games et autres jeux de relais. Cette manifestation est une bonne occasion pour promouvoir les activités équestres, se retrouver entre professionnels pour proposer au public des animations communes, au-delà de nos propres établissements. »

Dominique Beslay, Equ’arts (Saint-Nolff). Avec une formation classique, championne de Bretagne de dressage, Dominique a travaillé aux côtés de Bartabas à l’académie de Versailles avant de bifurquer vers le dressage artistique. Elle anime une écurie de dressage, une écurie de propriétaires et donne des cours particuliers… sans négliger la partie artistique : « Nous proposerons une animation pédagogique autour du frison. Le public appréciera la base classique du travail de dressage d’un cheval dans une optique artistique puis, une présentation mouvante d’une jument frisonne âgée de quatre ans. »

Christian Gérard, centre équestre de Treulan (Pluneret) : « Le horse-ball est encore trop peu représenté en Bretagne et Mille sabots est une occasion pour partager notre passion. Nos trois équipes tournent toute l’année et participent régulièrement au championnat de France qui se tient à Orléans. Sur la zone de Cano à Séné, nous proposerons au public un match amical de démonstration avec des équipes de jeunes âgés de 13 à 17 ans. Le horse-ball est le seul sport d’équipe qui soit mixte. »

Emmanuelle Leboucher, Ecuries de Quily (Questembert). Originaire de l’île d’Arz, Emmanuelle a ouvert en mai 2007 une ferme équestre. Elle propose l’hébergement de cavaliers en randonnée et dispose d’une vingtaine de chevaux qu’elle loue à l’heure : « Ce sont des American curly, une race de chevaux américains qui ont la particularité d’être hypoallergéniques. Ainsi les gens, sujets à allergies, peuvent pratiquer l’équitation. Il n’y en a qu’une soixantaine en France répartis chez quatre éleveurs. » Elle se lance dans l’attelage avec des chevaux Irish cob et souhaiterait tenter des croisements entre ces deux races.

François Boerlen, meneur d’attelages : « Il s’agit de regrouper et faire se rencontrer tous les gens qui s’intéressent, de près ou de loin, au cheval, toutes disciplines confondues, dans le Morbihan. Il y a une forte méconnaissance inter disciplinaire dans ce milieu. Le cheval est de plus en plus présent dans notre département. Il y a quinze ans, ma clientèle, en tant que vétérinaire, était quasiment négligeable. Aujourd’hui, nous sommes quatre, dont un qui se consacre quasiment entièrement au suivi des chevaux. »

Jacques Cohen, Syndicat des éleveurs de chevaux bretons. Interlocuteur des collectivités et institutions, le syndicat représente les éleveurs et les assiste. Jacques assure, à Mille Sabots, l’animation du pôle chevaux bretons : « Le syndicat présente des chevaux bretons de trait et chevaux postiers. Ce sont quelque trois cents éleveurs dans le Morbihan. Le postier a été remis au goût du jour pour l’attelage. De par sa facilité de dressage, sa docilité, son entretien rustique, il est un cheval idéal pour l’attelage. Nous présenterons également des charrettes anglaises, restaurées dans la tradition ainsi que des véhicules à quatre roues. »

Cécile Forest, cavalière professionnelle et éleveuse (Ploërmel). Cécile élève des chevaux arabes et participe régulièrement au championnat mondial de dressage. Elle présente ses plus beaux étalons, vêtue de costumes traditionnels orientaux avec selle de fantasia : « Ce sont des chevaux qui adorent se montrer et se présenter. Dès que le public participe, une connivence se crée aussitôt avec l’animal. »
Le cheval sous toutes ses facettes

Vendredi. Epreuve de dressage du concours national à l’hippodrome, de 10h à 18h. Samedi. Epreuve de marathon (cross) du concours national à l’hippodrome, de 10h à 18h. Le parcours de la randonnée « Sur les chemins des paludiers », ouverte aux meneurs et cavaliers intéressés, s’étend jusqu’à Montsarrac et Port-Ana sur la commune de Séné. Spectacle à l’hippodrome avec Arvest. Dimanche. Parade intra-muros, dans le port de Vannes et dans la ville, de 10h à 12h. On assiste au halage d’un sinago, bateau de travail de Séné, par une jument trait breton. De 14h à 18h, à l’hippodrome de Séné, présentation d’ânes, chevaux et poneys avec exhibitions ludiques, artistiques ou sportives. L’hippodrome s’organise en sept espaces différents avec cross, voltige, saut, western, dressage artistique, présentation de races, village ânes, village exposants… Une carrière est entièrement consacrée à l’attelage et un parcours a été aménagé pour des démonstrations de marathon. Possibilité de promenades hippomobiles et baptêmes poneys. De 10h à 18h, à l’hippodrome, épreuve de maniabilité du concours national à l’hippodrome.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *