Sabrina Crouin présente son livre Clin d’oeil pour mieux « voir avec le coeur »

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

Sabrina_Crouin.Clin_d__oeil.JPG

Sabrina Crouin présentait au salon du livre du Mans, le 12 octobre 2008, son livre Clin d’oeil (éditions Velours – catégorie essais). L’échange était animé par Philippe Batardière, correspondant local Retina France.
« Le premier pas vers la guérison, c’est l’acceptation de son handicap, de ce que nous sommes devenus… Si je me bats aujourd’hui, c’est pour que les handicapés n’aient plus honte et que la société leur fasse une place. »

Propos recueills par Tugdual Ruellan
A DECOUVRIR SANS PLUS ATTENDRE :
http://voiraveclecoeur.artblog.fr http://lestempspourvivreensemble.eu/

Sabrina, 27 ans, originaire de l’Eure, est malvoyante depuis l’âge de 22 ans : « J’ai d’abord perdu la vision d’un œil puis, du jour au lendemain, ma vue a baissé brutalement. A la suite d’une maladie dont on ignore la cause. J’ai 0/10e à un œil et il ne me reste que 2/10e à l’autre. J’en veux aux médecins qui m’ont laissée, sans explication, à 14 ans, m’annonçant abruptement que j’allais progressivement perdre la vue. Au revoir Mademoiselle. Il serait bien que les médecins aient un peu de psychologie dans leur formation. Je n’attends ni compassion, ni charité… juste de la compréhension, un soutien. C’est pour cela que dès que j’ai réussi à accepter ce qui m’arrivait, j’ai souhaité écrire. J’ai accepté mon handicap et je sais comme il est difficile de l’accepter. J’ai eu envie d’aller au-devant des autres et d’écrire ce livre. J’ai beaucoup pleuré en l’écrivant. Ce livre a été ma thérapie. J’ai eu de la chance d’avoir mon mari toujours à côté de moi. Par ailleurs j’anime deux blogs : pour parler de mon handicap, de la malvoyance, de mon livre. Bon nombre de jeunes handicapés me parlent de leur peur du regard des gens. Je les incite à retrouver confiance en eux, à utiliser les caisses pour handicapés dans les magasins, les places de parking – lorsqu’elles ne sont pas occupées par des valides. La seule chose est d’accepter pour aller de l’avant. Aujourd’hui, je vis à 200 %, je fonce et j’ai envie de le faire partager… »


Clin_d__oeil.Sabrina.jpg« Est-ce réellement possible de vivre avec un handicap sans l’accepter ? C’est peu probable, car la guérison des maux de l’âme passe par l’acceptation de soi. Le soutien d’un homme aimant et attentionné, de parents à l’écoute, est indispensable pour faire face à tant de souffrances, de doutes et d’incompréhension. Un soir vous êtes heureux et au réveil, un voile s’est posé sur l’oeil ! Sans douleur, sans migraine, sans signe avant-coureur. Cela peut arriver à n’importe qui, n’importe quand ! Aucun médecin, aucun spécialiste n’a su « poser » un nom sur cette maladie devenue handicap. Comment peut-on se reconstruire alors même qu’il est impossible de nommer « cette chose » et qu’aucun chercheur ne semble s’y intéresser. Huit ans plus tard, le deuxième oeil n’est plus qu’à deux dixièmes, aucun organisme ne vous conseille ni même ne vous guide et bien rares sont les personnes qui vous tendent la main, un homme a su pourtant le faire…le mien ! »

Fidèle à sa réputation, la 25e heure du livre a draîné au Mans des milliers de visiteurs les 11 et 12 octobre. Chaque année, des efforts importants sont menés pour rendre le salon accessible aux personnes en situation de handicap. De nouvelles initiatives ont été prises cette année, avec le soutien du Pôle Handicap de Familles rurales de la Sarthe et du GIP Handicaps et Compétences, dans le cadre du projet européen Les Temps pour vivre ensemble.
Salon_livre_le_mans.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *