Seulement 13,5 % des jeunes pratiquent au moins une heure d’activité physique quotidienne contre 20 % en moyenne en Europe

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - éducation

Revue_des_parents.Activites_sportive.photo.jpgActivités physiques, une dose minimum requise !
Les récentes statistiques, concernant la pratique d’activités physiques chez les jeunes, sont inquiétantes. Un adolescent passe en moyenne cinq heures et demi par jour devant un écran.

article paru dans le n° 361 de la Revue des parents, décembre 2008, magazine national de la FCPE
Directeur de la publication et de la rédaction : Jean-Jacques Hazan
Rédactrice en chef : Alexandra Defresne
Rédaction : Tugdual Ruellan
www.fcpe.asso.fr

Article à télécharger en cliquant sur :
Revue_des_parents.Activites_sportives.pdf

Bien dans son corps, bien dans tête ! Selon le dernier rapport de l’Inpes, Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, la France est l’un des pays où la proportion de jeunes pratiquant au moins une heure d’activité physique quotidienne est la plus faible : 13,5 % contre 20 % pour la moyenne internationale. L’Institut national de la santé et de la recherche médicale observe que la pratique sportive est plus fréquente chez les garçons que chez les filles, l’écart augmentant avec l’âge. Par ailleurs, la sédentarité se développe dangereusement. Un jeune passe en moyenne cinq heures et demi par jour devant un écran de télévision, de jeu vidéo ou d’ordinateur tandis qu’un sur deux regarde la télévision plus de deux heures par jour. Il s’agit le plus souvent des garçons, âgés de 13 à 15 ans. Concernant les habitudes alimentaires, la France fait plutôt partie des « bons élèves » pour le petit-déjeuner avec 58% des jeunes qui disent en prendre un quotidiennement. Mais 30% des jeunes s’estiment « trop gros » ou déclarent faire ou devoir faire un régime.

Si les jeunes ne prennent pas très tôt de bonnes habitudes, on sait que la sédentarité se poursuivra à l’âge adulte. La motivation des adolescents pour le sport est d’abord liée au désir de se défouler, de se détendre et de s’amuser. Vient ensuite, le fait d’apprendre, de maîtriser une technique, de sortir et de s’occuper. Bien souvent, les adolescents abandonnent la pratique sportive parce qu’ils n’ont pas le sentiment d’être « bons », parce que l’entraînement devient contraignant ou parce qu’ils désirent acquérir immédiatement la technique. « Le jeune doit toujours trouver du plaisir dans l’activité physique, rappelle Michel Trégaro, médecin, conseiller Jeunesse et sports de la région Bretagne. Nous préconisons au moins trente minutes d’activité par jour, d’intensité modérée, mais ce n’est sans doute pas suffisant. Les enfants devraient pratiquer trois fois par semaine au minimum des activités d’intensité plus élevée, pendant au moins vingt minutes par séance, sous forme d’activités physiques individuelles ou de sports collectifs. Les experts ajoutent qu’un minimum de soixante minutes par jour est nécessaire, d’activités physiques modérées ou plus élevées sous forme de sports, de jeux ou d’activités de la vie quotidienne. » Il convient donc de permettre à tous un accès à une alimentation équilibrée et à une activité physique régulière : « Le mode de vie de la famille influe directement sur le désir de l’enfant de pratiquer ou non une activité sportive. Il faut donc veiller à renforcer les facteurs désir et bien-être dans l’activité, aider à ajuster une image de soi, de sa santé et de son corps en travaillant sur les représentations mentales, développer l’estime de soi pour faire naître un désir d’équilibrer son activité physique. »

Tugdual Ruellan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *