Découvrez tous les dispositifs français pour l’apprentissage adapté des personnes en situation de handicap

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - apprentissage

2APH.site.bmpBienvenue sur le site du Réseau national pour la promotion de l’Apprentissage Adapté des Personnes en situation de Handicap (2 APH).
La diversité des dispositifs liés à l’apprentissage adapté a conduit les membres de ce réseau, depuis de nombreuses années, à essayer de faire un état des lieux afin de mieux comprendre comment cela se passait dans les différentes régions de France. Ils ont constaté que certains d’entre eux bénéficiaient de l’expérience des autres et pouvaient ainsi compléter les types d’accompagnement indispensables à la réussite des parcours des jeunes en situation de handicap. Au-delà des préjugés sur les pré-requis éventuels, sur les représentations des professionnels de l’insertion, des questions se posent autour de la pédagogie adaptée, de ce qui est adapté ou adaptable.
Ce site internet présente les différents dispositifs en tenant compte des évolutions quantitatives et qualitatives. Un outil unique en France au service des jeunes apprentis, parents, professionnels

Retrouvez la présentation des différents dispositifs d’apprentissage adapté en France sur :
http://www.2aph.fr
Président du réseau national : Daniel Bredoux
Site conçu à partir d’une enquête réalisée par Tugdual Ruellan
Maquette : Bruno Corpet
Assistance technique : Sébastien Patte
avec le soutien du Fonds social européen et du projet Compétences – Actions – Emplois.

2AP.enquete.jpgdocument téléchargeable

http://www.tugdual-ruellan-communication.eu/public/Grafic_Bretagne/enquete_2APH_version_18-09-08.pdf

Les situations d’emploi évoluent, se modifient rapidement et sollicitent de plus en plus des compétences sociales, personnelles, d’adaptation, de flexibilité, même pour des emplois peu qualifiés. La qualification professionnelle est essentielle pour les jeunes handicapés et il nous est apparu important de recenser les pratiques dans les différentes régions. C’est un état des lieux à un instant donné concernant près de 3 000 apprentis (2 967) en situation de handicap.

Cette étude ne peut être assimilée à une enquête nationale, car le sujet est complexe au carrefour des politiques régionales (voire nationales), des stratégies locales, des ambitions associatives. Nous avons néanmoins présenté les dispositifs existants dans 18 régions ainsi que les expérimentations et les projets en cours mais cela reste une photographie à un temps donné car les politiques évoluent, les projets s’adaptent et les structures changent. Nous sommes partis de l’existant déjà en place depuis de nombreuses années car l’apprentissage adapté a un passé et nous espérons un long avenir… Un site internet (2APH) est mis en place afin de faire évoluer ce document et de tenir compte des évolutions quantitatives et qualitatives.

Les premiers contacts entre régions remontent à une vingtaine d’années, une première association s’est créée en 1993 : l’ANDCFAS (Association Nationale des Directeurs de Centres de Formation d’Apprentis Spécialisés) qui regroupait 9 régions (8 CFAS et un dispositif d’accompagnement d’apprentis), celle-ci s’est transformée en ANPAA (Association Nationale pour l’Apprentissage Adapté) car s’étaient joints au groupe d’autres dispositifs d’accompagnement non conventionnés CFA. Puis le réseau national pour la promotion de l’apprentissage adapté pour les personnes en situation de handicap (Association 2APH) a repris le flambeau (en 2006) animé par un groupe de personnes militantes convaincu que développer la formation qualifiante des jeunes handicapés était non seulement possible mais était un outil essentiel pour favoriser l’insertion durable de ces jeunes. Malgré le fait que nous sommes tous animés des mêmes convictions, les modes d’action déclinés dans les régions sont tous différents et cela peut paraître surprenant car les sources de financement sont souvent identiques (Conseil Régional, taxe d’apprentissage,AGEFIPH, Conseil Général,DDASS, Fonds Social Européen) mais la conjonction des personnalités, des opportunités, des porteurs de projets, des volontés politiques ont conduit à des déclinaisons différentes et, paradoxe, nous constatons que les résultats obtenus par les jeunes sont souvent similaires, que les profils sont souvent proches car ce qui prime tout d’abord c’est qu’un jeune ait pu signer un contrat d’apprentissage.

Deux grandes familles de dispositifs : ceux qui disposent d’un agrément CFA : les CFA Spécialisé,CFA Relais,CFA Adapté ou CFA Hors Murs et les dispositifs d’accompagnement en appui des CFA qui organisent ou mettent en oeuvre les accompagnements nécessaires au bon déroulement du parcours qualifiant de l’apprenti. Cette culture de réseau est essentielle pour mener à bien de telles actions en développant de multiples partenariats que ce soit en amont de la qualification (établissements médico-sociaux, enseignement adapté éducation nationale, services éducatifs, etc…), pendant le parcours (CFA, entreprises, etc…) et en aval (CAP emploi, missions locales…). Les processus mis en oeuvre en amont de la qualification (autour de l’élaboration, la vérification et la validation de projet professionnel) peuvent varier et permettre à des jeunes plus éloignés de l’emploi d’accéder à un parcours qualifiant suivant les dispositifs mis en place. Cette phase est essentielle car de la qualité de ce travail en amont dépend la réussite du parcours ; il faut éviter les opportunités d’offre de contrat et rechercher des lieux professionnels compatibles avec des profils car il est difficile, contrairement à d’autres publics, de rapprocher l’offre de contrat de la demande.

Cette diversité nous a conduit depuis de nombreuses années à vouloir essayer de faire un état des lieux afin de mieux comprendre comment cela se passait dans nos régions. Dans un deuxième temps, pourquoi ne pas imaginer un référentiel voire un guide des bonnes pratiques car tout dispositif est amendable. Nous avons pu constater que certains d’entre eux, plus récents, ont bénéficié de l’expérience des autres et ont pu ainsi compléter les types d’accompagnement indispensables à la réussite des parcours de ces jeunes.Au-delà des préjugés sur les pré-requis éventuels, sur les représentations des professionnels de l’insertion, des questions se posent autour de la pédagogie adaptée, de ce qui est adapté ou adaptable.
Daniel Bredoux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *