Gilles Le Druillennec : tête haute mon capitaine !

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

1999.09.Declic59.gilles_le_druillennec.01.jpg
Gilles Le Druillennec est infirme moteur-cérébral. Il a créé dans les Côtes d’Armor en Bretagne Barrez la différence, une association pour partager son goût de la voile et initier les navigateurs aux secrets du vent.

article paru dans Déclic n°59, septembre 1999
Rédactrice en chef : France de Lagarde
Texte et photo : Tugdual Ruellan

http://www.tugdual-ruellan-communication.eu/public/DECLIC/1999.09.Declic59.gilles_le_druillennec.pdf

Mais où est donc le skipper ? s’interroge le touriste incrédule Là, juste devant vous, prêt à embarquer sur sa « Mouette rieuse » et à vous faire découvrir le plaisir du vent qui gonfle la voile. Gilles a le corps qui voyage, le sourire qui claque aux embruns. Sur terre, il est infirme moteur cérébral. Sur la vague, il glisse, danse, surfe, jusqu’à ne faire plus qu’un avec l’embarcation. Gilles est un marin. Enfant, il a choisi la mer pour compagne. Depuis, il navigue dans la vie, louvoyant avec adresse pour atteindre son but.

Aujourd’hui il accueille Gérard. André et Dominique. « Monte à bord moussaillon ! Ici, point de déficience. Laisse tes soucis sur le quai. Tu es matelot avant tout et le bateau tiendra bon la mer si tu apprends à le mener. Ne crains rien. Gilles te guide et montre le geste.» Puis il reprend, plus sérieux : « plusieurs fois, j’ai accueilli à bord enfants, parents et grands-parents. Trois générations sur le même bateau permet à chacun de se redécouvrir. Le grand-père n’était finalement pas si croulant que ça! » Très vite, la magie de la navigation fait son œuvre. Les certitudes changent de bord et la compétence devient une notion toute relative. N’est pas handicapé celui que l’on croit ! Gilles mène le bateau de main de maître et la confiance gagne l’équipage. Il ne reste bientôt plus que la sérénité du Trieux qui coule entre Paimpol et Lézardrieux, la bruyère qui s’enflamme de mille feux et le vent, qu’il faut domestiquer sans cesse pour en tirer parti.

Pour partager son amour de la mer, Gilles Le Druillennec crée en 1993 son association Barrez la différence. Mais la route est longue avant de pouvoir voguer de ses propres voiles « A dix-neuf ans, j’ai passé mon monitorat de voile pour ensuite enseigner la voile collective. Après mon diplôme de moniteur sur dériveur, j’ai été embauché comme formateur à l’Union française des centres de vacances (UFCV). Puis, je suis devenu formateur à la Fédération française de voile, ce qui m’a permis d’encadrer le premier stage de formation de moniteurs sur vieux gréements. Enfin, j’ai eu l’occasion de skipper le Phidrack, premier voilier adapté aux personnes handicapées, avant de créer ma propre association. Ce que j’aime sur l’eau ? Partager quelque chose avec les gens. C’est d’abord la rencontre qui m’intéresse ». Mais la période est mal choisie Gilles, fort de ses diplômes fédéraux, décide de se lancer à un moment où la loi se durcit. « Naviguer ? Vous, infirme moteur cérébral ! Mais vous rêvez mon ami ! » Contre vents et marées, notre navigateur interpelle François Mitterrand . « Il a transmis le dossier à son ministre qui a alors demandé à la ligue de Bretagne de signer mes deux parties de diplôme restées en litige. Tout s’est débloqué. » L’association accueille alors enfants, adultes, éducateurs, personnes handicapées, pour les initier à la pratique de la voile en équipages combinés. « Dans les écoles, on parle d’équipage mixte. Je préfère le mot combiné parce que cela veut dire faire avec chacun : c’est la combinaison des capacités. » En 1996, Gilles prend un congé sans solde pour poursuivre sa formation et se consacrer au diplôme d’Etat. Nouvelle claque en pleine figure : « Comment un mec qui nage comme toi pourrait tenir sur le pont d’un bateau ! » Une pétition de soutien est lancée dans la région et recueille quelque sept cents signatures. A force de pression, de combat, grâce aussi au soutien sans faille de son épouse Marité, le respon¬sable cède et accepte d’accueillir Gilles en stage : « Pendant quinze jours, j’ai vécu l’enfer. Ils ont tout fait pour chercher à me démolir. Au final, ils ont produit un rapport incohérent. J’ai sollicité à nouveau le ministère. J’ai pu passer mon brevet d’Etat de moniteur en candidat libre mais je ne l’ai pas eu » L’année suivante, Gilles se présente à nouveau et cette fois, obtient son diplôme. Et comme pour prouver sa détermination, c’est avec un équipage de personnes handicapées qu’il contraint l’examinateur à l’évaluer. Depuis ce jour, Gilles a peu à peu regagné la confiance de ceux qui avaient douté. Avec sa femme, qui écrit des textes, il a créé une troupe de théâtre. Seul sur scène, il affronte l’auditoire en déclamant Petit Pierre chez les très grands, Histoires à discuter debout ou les Péripéties d’un marin sur les bords de l’intolérance. « Le théâtre est un outil, un lieu pour convaincre. Depuis que nous avons fondé une famille, je vois le regard des gens. Avant, j’avais des oeillères. Quand quelqu’un me regarde d’une façon pas très claire, mon corps ne veut plus avancer. » La lune pour la reconnaissance est loin d’être terminée. Le cœur gros, Gilles évoque le courrier de ce maire peu scrupuleux : « Il me précise que je n’ai pas le droit d’accoster et de débarquer dans son port sous prétexte qu’il a fait un ponton adapté dans le nouveau port ; c’est comme si on demandait aux personnes handicapées de se garer uniquement sur les places qui leur sont réservées. »

Le vent vient de tourner. Gérard, André et Dominique ont le sourire satisfait et tranquille des navigateurs fatigués. Il faut rentrer au port et empanner pour naviguer vent arrière : la grand-voile à bâbord le génois à tribord Tout est alors affaire d’équilibre pour ramener le navire à bon port  Tugdual Ruellan

Barrez la différence

L’association Barrez la différence est ouverte toute l’année aux personnes et groupes intéressés par la pratique de la voile. Du baptême de mer aux stages de trois à six jours d’initiation ou de perfectionnement, Gilles Le Druillennec, diplômé d’Etat, accueille débutants, initiés, éducateurs (accompagnement de groupes ou des personnes souhaitant devenir skippers sur croiseur-côtier (chefs de bord).

Barrez la différence
Gilles Le Druillennec, Saint-Laurent
22290 Goudelin, tél. 02 96 70 24 99

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *