Rozenn Le Boulzennec, aveugle et membre du Samu social à Rennes

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

Copie_de_2004.03.Le_Rennais.352.jpgLes mots de la nuit
Rozenn Le Boulzennec est aveugle. Elle a choisi de faire partie de l’équipe du Samu social de la Croix-Rouge. Un soir par semaine, elle apporte un peu de réconfort aux personnes sans domicile fixe.

article paru dans Le Rennais n°352, mars 2004
Rédacteur en chef : Gilbert Lebrun
Texte : Tugdual Ruellan
Photo : Dominique Levasseur

http://www.tugdual-ruellan-communication.eu/public/Le_Rennais/2004.03.Le_Rennais.352.pdf

Il est 20h30. Dans la froideur de la nuit naissante, Rozenn Le Boulzennec commence la tournée hebdomadaire avec cinq autres personnes, bénévoles comme elle, qui se serrent dans la camionnette. D’abord la place de la République, puis les abords de la gare, les parkings de Columbia et, plus tard dans la nuit, la place des Lices. Voilà cinq mois maintenant qu’elle a rejoint l’équipe du Samu social de la Croix-Rouge. Simplement pour partager un bout de nuit, une histoire de rue avec ceux qui errent et que l’on nomme sans domicile fixe. « Je suis aveugle… et alors ! Tant que je ne prends pas le volant… » Il y a un moment que l’idée lui trottait dans la tête. L’an passé, elle a franchi le cap et passé son attestation de formation de premier secours. « C’est Guillaume qui m’a accompagnée, un pompier bénévole, formateur à la Croix-Rouge. Tout de suite, il m’a mis à l’aise et m’a enseigné les gestes qui peuvent sauver. » En octobre, quelques mois après avoir obtenu son attestation, Rozenn intégrait l’équipe.

La rencontre est brutale. Sans concession. La rue est sauvage la nuit. Chaque soir, vers 19h, les bénévoles se rassemblent au local de la rue Dupont-des-Loges. C’est là que l’on prépare la soupe, le café et les sandwiches qui seront bientôt distribués. L’équipe ne tarde pas à se mettre en route, coordonnée par son « chef de soirée ». Rozenn a repris la canne blanche et laissé Nabucco, son chien qui la guide d’habitude. « C’est plus prudent… Et plus facile pour entrer en relation avec les personnes de la rue qui ont elles-mêmes des chiens. » Autour du bol de soupe, les mots jaillissent. Rozenn a été vite repérée. On s’appelle par son prénom, parfois un surnom pour taire cette histoire qui fait mal. « On me pose souvent des questions par rapport à mon handicap. Si je travaille, comment je me débrouille au quotidien… La discussion s’engage facilement. En fait, c’est vite fait de se retrouver seul, à la rue. Je suis touchée par les jeunes qui déjà, ne voient plus leur avenir. Beaucoup ont été mis à la porte de chez eux ; d’autres ont choisi la fuite. En fait, ce que les gens attendent dans la nuit, c’est juste un peu de chaleur humaine, quelqu’un pour discuter, dire simplement… à demain, à la semaine prochaine. » Dans la camionnette, le téléphone vient de sonner. C’est le 115, le numéro d’urgence qui a été transféré. Rozenn repart avec l’équipe pour une autre rencontre, un café ou une soupe à réchauffer, une tranche d’histoire à partager. Peut-être un soir, amènera-t-elle Nabucco… Tugdual Ruellan.

Renseignements : Croix-Rouge, rue Dupont-des-Loges – tél. 02 99 67 75 70
Les dons de couvertures, chaussettes, gants, écharpes, bonnets sont les bienvenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *