Tipha Lamour conjugue l’artisanat au féminin

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - diversité

Copie_de_2005.02.Artisans_magazine_n_21.02.jpgDes femmes pour le dire__
Il y a des années que Tipha Lamour se bat pour la reconnaissance du droit des femmes. Elle est aujourd’hui présidente de l’association Des femmes pour le dire en Ille-et-Vilaine et reste proche du combat des opprimées d’Algérie, d’Afghanistan, du Soudan…

article paru ans Artisans Magazine n°21, février 2005
Rédactrice en chef : Delphine Collet
Texte et photo : Tugdual Ruellan

http://www.tugdual-ruellan-communication.eu/public/Commerce_et_Artisans_Magazine/2005.02.Artisans_magazine_n_21.pdf

Maîtrise de gestion et de droit en poche, Tipha Lamour quitte le cabinet d’expertise comptable dans lequel elle travaille pour créer, en 1990, son entreprise de publicité. Elle s’installe à Melesse, à une dizaine de kilomètres de Rennes, rejointe un an plus tard par son mari, aujourd’hui responsable de la production et de la relation technico-commerciale. En 2002, elle fait construire un bâtiment de 500 m² et depuis, l’entreprise ne cesse de se développer, proposant aux clients du Grand Ouest et de la région parisienne, enseignes, habillage publicitaire de véhicules ou stands d’exposition. « Je suis gérante majoritaire et ai le statut de chef d’entreprise, mais, ajoute rapidement Tipha Lamour, avec une grande modestie, c’est une entreprise à structure conjugale avec avant tout, de l’amour : celui du couple, celui du métier. Plutôt que de subordination, nous parlons, avec les trois salariés, de collaboration. »

Les femmes chefs d’entreprise sont rares dans l’artisanat et Tipha ne tarde pas à être sollicitée pour intervenir lors de colloques et présenter son expérience. « Mon implication militante n’a rien d’un combat féministe, s’empresse-t-elle d’ajouter. Je souhaite une reconnaissance des femmes, de leurs droits. A métier égal, salaire égal. » En 1997, elle est séduite par la démarche de femmes de la région rennaise qui, après avoir suivi la formation du BCCEA, brevet de collaborateur de chef d’entreprise artisanale, viennent de créer l’association Des femmes pour le dire qui regroupe alors une centaine d’adhérentes. Elle en est la présidente depuis deux ans.

Avec l’aide de son mari, elle commence par créer un logo puis, avec le soutien de la Chambre de métiers, envoie un mailing d’information pour redynamiser l’association. Sa parole est entendue dans les colloques. Les femmes sont invitées, dans des groupes de parole, à partager leurs expériences. « L’idée est de rendre visibles l’action des femmes dans l’artisanat. La reconnaissance passe par un statut ; nous voyons trop de situations dramatiques dès lors qu’il y a décès du mari, divorce, ou longue maladie. Pas question de faire à sa place. L’association est juste là pour motiver, soutenir et accompagner. » Tipha Lamour entend bien relancer le petit journal de liaison et aussi, élargir les actions « à toutes celles qui veulent entreprendre, dans l’artisanat ou le commerce, dans les métiers d’art, qu’elles soient en activité ou retraitées. » Il y a tant de verrous à faire sauter ! D’abord, se prend-elle à rêver, que les artisans acceptent l’idée que leurs femmes sortent de l’entreprise pour échanger, se former ; que les banquiers, fournisseurs et autres partenaires accueillent un projet de création d’entreprise sans discrimination : « Pourquoi une femme devrait-elle toujours en faire plus qu’un homme pour être reconnue ? » ; que le terme du diplôme soit redéfini : « Pourquoi nous qualifie-t-on de conjoint collaborateur et non pas de collaborateur à part entière ! » ; peut-être aussi, que l’on invente des mots nouveaux, comme artisane, et que l’on apprenne à conjuguer, notre langue et nos représentations… au féminin. Tugdual Ruellan

Des femmes pour le dire
L’association Des femmes pour le dire a été créée le 15 septembre 1997 en Ille-et-Vilaine. Rassemblant une vingtaine d’adhérentes, elle a pour but de tisser des liens entre les femmes de l’artisanat(conjointes ou chefs d’entreprises), de promouvoir leur formation, de créer des réseaux et de favoriser la solidarité au travers d’une identité collective. Contact : Tipha Lamour – 2, allée du Champ du Four 35760 Saint-Grégoire – tel. 02 99 66 47 66.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *