A 16 ans, Benjamin est devenu arbitre de football

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - sport

Copie_de_Jacquo.194.02.jpgSt-Jacques-de-la-Lande (35)
Rien ne laissait supposer que Benjamin Gausson, 16 ans, ne devienne un jour arbitre de football. Il a pourtant reçu son attestation en octobre dernier et a déjà, une dizaine de matchs à son actif…

article paru dans le Jacquolandin n°194, mars 2004
Directeur de la publication : Daniel Delaveau
Rédaction : Tugdual Ruellan
Réalisation et photos : Christian Reland

Il y a bien sûr les frères, Rémy, 13 ans, et Sylvain, 20 ans, qui tous deux, sont des adeptes du ballon rond ; il y a papa aussi, qui ne cache pas son plaisir à suivre les compétitions télévisées. Mais Benjamin lui, n’avait jamais joué au football : « Lorsqu’il m’arrivait de regarder les matchs, confie le jeune Jacquolandin, élève de seconde au lycée Zola à Rennes, c’était les arbitres que je suivais des yeux ! » En septembre dernier, une publicité vue à la télévision l’incite à devenir lui-même arbitre. « J’ai appelé la Ligue de Bretagne, raconte-t-il ; c’est Bertrand Layec qui m’a répondu, un grand arbitre international renommé. Je lui ai fait part de mon projet ; il m’a donné quelques informations et m’a fait parvenir un dossier. » Quelques jours plus tard, Benjamin est invité à suivre une formation au local du district de football d’Ille-et-Vilaine à Saint-Grégoire. Une quarantaine de prétendants, âgés de 14 à 50 ans, suivent avec passion l’enseignement théorique proposé. « On passe en revue toutes les règles du jeu à partir de nombreuses questions-réponses. L’enseignement était assuré par des arbitres, dont Bernard Martin, un ancien de première division. » Puis vient l’examen, au cours duquel il faut, durant toute une matinée, répondre par écrit aux questions et rédiger un rapport d’après-match. En octobre, Benjamin apprend qu’il est reçu et qu’il peut donc arbitrer des matchs en district pour les jeunes de 13 à 15 ans. « Mon premier match a eu lieu à Guichen. Une semaine avant, j’avais reçu une lettre de convocation. Pas question de refuser ou de faire marche arrière ! Ca a été assez laborieux et j’ai paniqué. Il faut dire que personne ne savait que c’était mon premier et on ne m’a pas fait de cadeaux. » Aujourd’hui, Benjamin a arbitré une dizaine de matchs et pour rien au monde, il ne changerait sa place sur le terrain. Le 20 décembre, un arbitre de la Ligue est venu à l’improviste pour l’évaluer ; il est ainsi passé en catégorie supérieure : « Pour que ça fonctionne, tout dépend de l’accueil qui nous est réservé ; il faut que les dirigeants soient avec nous et que l’on ait le temps de faire connaissance. Les qualités ? Se concentrer et surtout, savoir prendre ses responsabilités. » T.R.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *