L’aménagement du parc : c’est parti !

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - vie locale

Copie_de_Jacquo.199.04.jpgSt-Jacques-de-la-Lande (35)
Premiers coups de pioches le 25 septembre
Les travaux du parc démarrent ! On passe de la réflexion à la réalisation. Vous êtes invités le 25 septembre à une balade inaugurale et à assister aux premiers coups de pioche… Quelques explications avec Fernand Etiemble, adjoint délégué à l’environnement.

article paru dans le Jacquolandin n°199, 2004
Directeur de la publication : Daniel Delaveau
Rédaction : Tugdual Ruellan
Réalisation et photos : Christian Reland

Les différentes réflexions ont abouti. Comment s’organisent désormais les travaux ?
« Nous avons pensé ce projet de parc ensemble, à l’occasion de plusieurs réunions de concertation proposées depuis le printemps 2003. Il est temps désormais de le réaliser ensemble. Les trois phases prévues pour la mise en oeuvre s’enchaîneront de ce mois de septembre 2004 jusqu’au printemps 2007. La première tranche concerne une douzaine d’hectares qui s’étendent est-ouest entre la Morinais et les coteaux de la Maltière. Son coût est de 800.000 euros sur une estimation globale d’1,7 million euros. Les travaux se poursuivront ensuite à l’ouest entre la Roseraie et la zone d’Airland, puis à l’est, à partir du stade Allende. »

Ce parc va finalement relier naturellement les différents quartiers…
« Il est un élément central de notre projet urbain du centre-ville ; c’est d’ailleurs le centre géométrique de la commune. Le parc est une infrastructure centrale du projet urbain à la fois comme zone à vocation de loisir et de détente, mais aussi comme élément de liaison entre tous les quartiers de Saint-Jacques. L’opération s’inscrit par ailleurs dans l’ensemble de la requalification du Blosne, actuellement à l’étude dans le cadre de Rennes Métropole. »

Quelles intentions politiques sous-tendent ce projet ?
« Nous avons souhaité offrir un équipement supplémentaire aux habitants, un parc pour tous, au même titre que la médiathèque ou l’Epi Condorcet qui sont désormais utilisés régulièrement. Nous agrémentons ainsi le cadre de vie. C’est aussi une volonté de traduire en actes notre intention de démocratie participative ; entre quarante et soixante personnes ont participé à chacune des rencontres proposées, soit à titre individuel, soit comme relais associatif. Ensemble, nous avons déterminé les orientations générales du parc et avons opté pour un équipement largement ouvert, faisant la part belle aux espaces naturels. La concertation demeure et reste permanente au fur et mesure de l’avancée des travaux. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *