Citoyenneté européenne et développement durable en Finlande

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - éducation

voyage_en_finlande.photo.jpgLycée Charles De Gaulle à Vannes
La Finlande est proche et pourtant méconnue. Gilles Morin, professeur d’histoire et géographie, Angélique André et Marie-Laure Manchec, toutes deux professeurs d’anglais, ont souhaité partir à sa découverte avec leurs élèves de seconde.

article paru dans Bloc Notes en ligne (Rectorat académie de Rennes), 10 juin 2008
Rédactrice en chef : Nathalie Le Garjean
Texte et photo : Tugdual Ruellan

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
voyage_en_finlande.pdf

« Nous proposons un échange avec un pays européen pour acquérir des compétences linguistiques mais aussi pour offrir aux élèves ouverture et susciter le développement d’une citoyenneté européenne. » Dès le début d’année, un contact a été pris avec un établissement de la Finlande centrale. D’un commun accord, les enseignants entreprennent de travailler sur le développement durable, notamment autour du thème de l’eau, problématique commune aux deux régions, en abordant les questions de pollution, de gestion de l’eau potable, des milieux lacustres et milieux marins. La SAUR, société privée spécialisée dans le traitement et la distribution de l’eau potable, soutient le projet proposant de financer une sortie sur le terrain. Dix groupes de six élèves sont constitués rassemblant trois Français de seconde, trois Finlandais de seconde et première : « Personne n’a été écarté du projet pour des raisons financières. Le budget a été bouclé grâce à des subventions de Jeunesse au plein air, du Fonds social lycéen et du foyer socio-éducatif. »

Un premier séjour a eu lieu du 3 au 12 mars. Les Finlandais ont été accueillis à leur tour du 27 avril au 6 mai. Les élèves logeaient dans les familles, formule jugée plus conviviale et enrichissante. Une réflexion a été menée à partir de thèmes liés au développement durable : loisirs, énergie hydraulique, industrie et tradition, prévention de la pollution, pisciculture, pêche industrielle, eau potable, neige, lacs finlandais et rias bretonnes, poissons migrateurs. Après huit jours de présence, les élèves ont présenté oralement le résultat de leurs travaux. « Ce n’était pas évident de se retrouver dans un groupe où la langue anglaise est le seul moyen de communiquer, surtout lorsqu’elle est bien maîtrisée. Les jeunes finlandais parlent beaucoup mieux l’anglais que nous, soulignent les jeunes lycéens. Il n’y a que cinq millions de personnes dans le monde à parler le finnois. C’est donc pour eux une question de survie économique et sociale ! »

Un blog a été créé. On y retrouve les images du séjour :
http://jyv2008.blog.lemonde.fr

Tugdual Ruellan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *