Un nouveau bac professionnel services de proximité vie locale

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - formation

Rostrenen__2_.photo.jpgLycée Rostrenen
Le Bac professionnel services de proximité vie locale a vu le jour il y a deux ans dans l’académie, ouvert en priorité aux élèves titulaires du BEP carrières sanitaires et sociales, BEPA services aux personnes et CAP petite enfance. Jusqu’alors expérimental, il s’est aujourd’hui généralisé à toutes les académies.

article paru dans Bloc Notes en ligne (Rectorat académie de Rennes), 10 juin 2008
Rédactrice en chef : Nathalie Le Garjean
Texte et photo : Tugdual Ruellan

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
Rostrenen__1_.pdf

« Il s’adresse, explique le proviseur Hugues Labbé, aux jeunes ayant le sens de l’accueil et de l’écoute, le goût des relations humaines, la capacité de persuasion, une ouverture d’esprit et le sens de l’organisation. » Celui de Rostrenen a opté pour deux spécialités : la gestion des espaces ouverts au public (G1) et les activités participant à la socialisation et au développement de la citoyenneté (A2). « Avec un tel diplôme, précisent les élèves, nous pourrons intervenir dans le domaine de l’accompagnement social auprès d’enfants, adolescents, adultes, personnes porteuses de handicap. Nous pouvons aussi postuler aux emplois d’agent social, agent de prévention et de médiation, agent de développement social, agent de guichet unique, coordinateur de l’équipe de médiations, auxiliaire de vie scolaire, animateur de prévention, agent de développement local… »

Des expériences concrètes
La promotion est actuellement en pleine effervescence. Les jeunes filles ont effet choisi d’organiser le 27 septembre prochain, un concert de musiques actuelles. « Nous avons constaté, expliquent-elles, que le Centre Bretagne était méconnu des jeunes. Nous proposons, dans le cadre de notre formation, un événement festif pour développer le lien social. » Très motivées, elles lancent leur association, Esprit social du Kreiz Breizh, dont le siège est au lycée. L’an passé, les élèves de la première promotion avaient choisi d’organiser un festival des arts de la rue. Les occasions de rencontres se multiplient, lors du stage d’intégration à la base nautique avec découverte de la nature et du patrimoine, des fêtes de l’internat ou des portes ouvertes du lycée, forum des solidarités internationales. « Toutes ces initiatives, soulignent les enseignantes, s’inscrivent dans le référentiel de la formation et les objectifs de citoyenneté. C’est un moyen concret de mettre en application les acquis théoriques et une bonne occasion pour s’investir dans la vie locale. » D’autres actions sont menées par des petits groupes, dont certaines aideront au financement du concert comme un loto, une bourse d’échange de vêtements, un spectacle de divertissement aux enfants des écoles maternelle et primaire : « ces actions nous permettent d’apprendre à travailler ensemble, en équipe, autour d’un objectif commun, à monter un projet de A à Z ».

Stages professionnels
Régulièrement, les stages ponctuent la formation. Les élèves doivent en faire deux la première année, de trois semaines, et deux la deuxième année, de six semaines, dans les mêmes structures : « Ce sont des temps très riches qui nous permettent de découvrir différents modes d’organisation, identifier les besoins, de s’impliquer et devenir force de proposition pour initier des actions. Nous avons quelques difficultés à trouver ces lieux de stages car les structures sont souvent sollicitées. Il faut savoir persuader et montrer notre motivation. » Les jeunes sont associées actuellement à la réflexion du plan de rénovation urbaine de Guingamp dans le cadre d’un contrat urbain de cohésion sociale et du projet de sécurisation des aires de jeux de Rostrenen. : « Nous avons rencontré les partenaires lors de la pose de la première pierre d’un des nouveaux quartiers rénovés. Nous avons ainsi découvert les différentes actions menées auprès des habitants qui ont dû quitter leurs logements. » Depuis cette année, une formation Bafa est venue se greffer, entièrement prise en charge financièrement par l’établissement : « Elle est complémentaire du bac pro et est un atout pour la poursuite d’études éventuelles. Elle sera proposée systématiquement aux lycéens. »

Pour les étudiantes, la voie professionnelle est, d’un commun accord, « riche et intéressante. Connaissances théoriques et pratiques alternent et tout est utile. Nous pouvons mettre en application directement ce que l’on nous enseigne. Nous partons d’une situation initiale, d’un projet. Les enseignants nous accompagnent, en lien avec le référentiel, en fonction de leurs compétences. » Tugdual Ruellan

Équipe d’enseignement : Catherine Carré, Élisabeth Gourmel, Stéphanie Le Borgne, Arisia Meynier, Pascale Falcun, Pascale Deletang.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *