Qualifié et diplômé cherche emploi durable

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - diversité

2008.02.Armor_Magazine_n_457.01.Eneid.photo.jpgBon nombre de jeunes, issus des quartiers dits sensibles de Nantes, peinent à trouver un emploi durable, voire même un simple stage, malgré pourtant des qualifications, parcours remarquables et une motivation sans faille. Pour tenter d’y remédier et lutter ainsi contre le risque d’exclusion, des entreprises se sont rassemblées en juin 2006 et ont créé le club Eneid.

Article paru dans Armor Magazine n°457, février 2008
Rédactrice en chef : Anne-Edith Poilvet
Rédaction : Tugdual Ruellan

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
2008.02.Armor_Magazine_n_457.01.Eneid.pdf

«L’association, explique le président Patrick Bonnet, également directeur de l’emploi au Groupe Suez, s’est affiliée au réseau national de la Fondation Agir contre l’exclusion, FACE, en janvier 2007. Elle a pour mission de rassembler, autour de grandes entreprises nationales représentées localement, des entreprises de tous secteurs d’activité et de toutes tailles pour participer et conduire des actions d’information, d’insertion sociale et professionnelle, d’accès et de retour à l’emploi de publics en difficulté.» Deux chargés de missions ont été embauchés, Joëlle Martin et Jean Ngodi. Un an après, le bilan est éloquent. Sur les 224 candidats accompagnés, 92 sont actuellement en poste. L’action Job Academy, menée en partenariat avec la société de travail temporaire Manpower, a permis la signature de 23 CDI et 21 contrats de plus de six mois. « L’objectif est bien sûr l’emploi durable, affirme Jean Ngodi. A formation égale devrait découler traitement égal, ce qui est loin d’être le cas ! Beaucoup de jeunes sont en détresse. J’en vois qui ont des diplômes, des parcours riches et qui ne trouvent pas d’emploi. Certains se sont sacrifiés pour payer leurs études et ne voient pas leurs efforts récompensés. Ils ne trouvent pas d’emploi parce qu’ils s’appellent Mohamed, parce qu’ils habitent tel ou tel quartier, parce qu’ils sont noirs… » Eneid intervient en collaboration étroite avec les organismes locaux comme la maison de l’emploi et la mission locale. Dès qu’un jeune se porte candidat, une mise en situation professionnelle lui est proposée par le biais de l’intérim, un stage, la découverte d’un métier ou d’une entreprise. Si le jeune donne satisfaction et s’il le souhaite, un contrat d’une durée plus longue lui est alors proposé. « Nous privilégions notre réseau d’entreprises, signataires d’une charte d’engagement et d’emblée, un contrat de confiance s’établi. Nous menons par ailleurs, une action d’information et de sensibilisation auprès d’autres entreprises afin de les inciter à la démarche d’insertion. »

Sans cesse, Eneid invente des modalités nouvelles pour rapprocher les entreprises de ces jeunes en recherche d’emploi. Un forum a ainsi été organisé en mars, mobilisant une quarantaine de partenaires et d’entreprises. Le club a lancé récemment le dispositif ENEE, Expérimentation numérique en faveur des plus éloignés de l’emploi en partenariat avec le CNAM des Pays de la Loire, les Associations Mediagraph et Makiz’Art. Certains ont ainsi créé leur blog-CV, affichant publiquement leurs compétences et expériences. D’autres actions sont actuellement en projet, dont certaines devraient s’élargir à l’ensemble de la Loire-Atlantique : « Nous devons, précise Patrick Bonnet, continuer à agir pour mieux repérer et valoriser les compétences de ces jeunes issus de quartiers prioritaires afin de leur permettre d’accéder à l’emploi, notamment par une formation. Il faut poursuivre ce travail de sensibilisation des responsables d’entreprise, managers, recruteurs, chefs d’équipe à la lutte contre les discriminations et aux enjeux de l’égalité de traitement dans l’entreprise. »

Tugdual Ruellan

Membes fondateurs du club Eneid – Face Atlantique : Adecco, Axa, Banque populaire Atlantique, Carrefour, CNAM, Danone-Lu, Eiffage, Gaz de France, Manpower, Saunier-Duval, Suez. Membres actifs : Auchan, Axima, Elyo, Lyonnaise des eaux, Valorena, Sita Ouest, Sani Ouest, Ineo Atlantique, Ineo Com, SNCF, Forclum, CCI.

Contact Club d’entreprises Eneid Face-Atlantique
25 Boulevard Guy Mollet – BP 31115 – 44 311 Nantes
Tél. : 02 40 16 10 83 ou 06 60 98 77 90
Courriel : eneid@cnam-paysdelaloire.fr


Témoignages

Véronique : « On me reproche de ne pas avoir d’expérience… en France ! »Véronique Anis, 41 ans, est originaire d’Abidjan en Côte d’ivoire. Titulaire d’un bac + 5 en gestion des ressources humaines, elle a travaillé pendant dix ans en Côte d’ivoire dans le domaine de la formation. Elle arrive en France en 2004 pour rejoindre des membres de sa famille. Depuis, elle est en recherche d’emploi : « Un vrai parcours du combattant ! Partout, on me reproche de ne pas avoir d’expérience antérieure… en France ! Mes dix années d’expérience professionnelle en Côte d’Ivoire ne sont pas prises en compte. Avec Eneid, j’ai pu avoir un stage. Puis le CNAM, entreprise du club, m’a proposé un poste d’assistante à la gestion des projets de formation. Ce dispositif m’a permis d’enfoncer la porte, de tout débloquer. Sinon, c’était le désespoir. On ne nous garantit pas l’embauche mais, au moins, on nous permet d’avoir un entretien, de montrer ce que nous valons. Et ça, c’est valorisant. »

Lucas : « On ne nous promet pas la lune… Juste de garder les pieds sur terre ! » Lucas Leyinga Mpogui, est né en 1977 au Gabon : « Mes parents ont suivi toutes leurs études en France. Rien n’était plus important à leurs yeux que d’offrir des études à leurs sept enfants. Nous sommes tous aller au bout de nos cursus. Je suis titulaire d’un bac + 5 en marketing – management mais ne trouve pas d’emploi. Pas même un stage ! Toutes les portes me sont fermées et personne ne m’accepte. À l’université, on nous avait pourtant promis un emploi au bout. Je n’ai jamais cessé d’être en démarche. Toute la question est de savoir s’il faut chercher un emploi à la hauteur des compétences et des diplômes que l’on a, ou un emploi, quel qu’il soit, pour subvenir à ses besoins. Rechercher un emploi, c’est un métier à plein temps ! Il faut y penser du matin au soir. Eneid me redonne confiance. J’ai pu ainsi créer mon blog CV : http://eneides.typepad.fr/leyinga. On ne nous promet pas la lune mais le dispositif nous permet de garder les pieds sur terre, de ne pas baisser les bras. L’angoisse peut vite faire plonger. .»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *