Formation continue rime avec formation initiale

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - formation

2004.03.Bloc_notes.47.02.photo.jpgLycée de l’Elorn à Landivisiau
La qualité est, au lycée de l’Elorn, un leit-motiv quotidien. Déjà labellisé Qualycée par le conseil régional, l’établissement a été reconnu Lycée des métiers du bois en novembre dernier. Parmi les objectifs de la démarche : accueillir des adultes en formation.

Photo : Claudie de Vera et Anita Cornec, en formation continue, bénéficient des cours de formation initiale dispensés au lycée des métiers du bois de Landerneau.

article paru dans Bloc Notes n°47
le magazine du Rectorat de l’académie de Rennes, mars 2004
Rédactrice en chef : Nathalie Le Garjean
Texte et photo : Tugdual Ruellan

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
2004.03.Bloc_notes.47.02.pdf

Claudie de Vera est préparatrice en pharmacie. Après vingt ans d’expérience professionnelle en officine et milieu hospitalier, elle a souhaité découvrir le travail du bois : « Il y a longtemps que l’idée me trottait dans la tête, confie la jeune femme. J’ai eu l’opportunité de suivre une formation avec le greta ; le lycée de l’Elorn m’a ouvert ses portes à la rentrée pour passer un CAP ébénisterie. Mon souhait est de pouvoir vivre un jour de cette activité. » Anita Cornec, elle, est déjà dans le métier : « J’ai un CAP d’ébéniste et exerce depuis vingt ans. Je souhaitais revenir à la marqueterie, un savoir-faire qui m’a toujours passionnée. Grâce à un congé individuel de formation, je me suis inscrite au lycée en CAP marqueterie. La formule est particulièrement bien adaptée.»

Offrir ainsi à des adultes en formation continue, la possibilité d’intégrer un enseignement de formation initiale au sein de l’établissement est l’un des objectifs prioritaires que se fixe le lycée des métiers du bois de l’Elorn qui vient de recevoir, comme treize autres établissements de l’académie, le label Lycée des métiers. « Si chacun joue le jeu, accepte de suivre le rythme des élèves, la présence des adultes crée une dynamique intéressante, apportant un regard extérieur et professionnel», constate Agnès Le Bris, enseignante en marqueterie. Voilà sept ans que le lycée est engagé dans une démarche qualité. En 1997, avec l’aide d’ingénieurs de Citroën, l’équipe avait mis en œuvre un plan d’action. Quatre ans plus tard, le lycée recevait du Conseil régional de Bretagne, pour une durée de trois ans, le label QuaLycée ; il est aujourd’hui le seul de l’académie à disposer de cette reconnaissance. « Le label porte sur l’organisation, le respect des locaux, la conformité des matériels, le nettoyage et le tri sélectif des déchets, expliquent Daniel Fedou, proviseur, M. Pellen, chef de travaux et Jean-Paul Aurrière, responsable qualité. Un important travail a également été mené en matière de sécurité. » En 2001, le cahier des charges définissant le lycée des métiers séduit bon nombre d’enseignants et membres du personnel technique. Peu à peu, l’équipe accepte de travailler différemment et modifier leurs habitudes. Les élèves sont associés et améliorent sans cesse le système grâce à une boîte à idées régulièrement transmise à un comité de pilotage. « La démarche était déjà enclenchée et se révélait très complémentaire ; le label Lycée des métiers, obtenu en novembre 2003, a été une reconnaissance de la démarche qualité initiée. » Les objectifs se centrent désormais sur la citoyenneté, le développement de nouveaux partenariats et l’intégration d’adultes de la formation continue. « Ce label va nous être utile pour construire le projet d’établissement 2004 – 2007, conformément au projet académique. Nous réfléchissons actuellement à la manière d’étendre la démarche à l’ensemble de l’établissement et d’associer la partie d’enseignement général et le pôle d’enseignement tertiaire. » Tugdual Ruellan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *