Une 4e en alternance avec la formation professionnelle

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - éducation

2004.03.Bloc_notes.47.01.photo.jpgCollège de l’Iroise à Brest
Le collège de l’Iroise à Brest offre depuis la rentrée à 19 élèves de 4e, la possibilité de vivre l’alternance avec l’entreprise et la formation professionnelle. Objectif : redonner le goût de la scolarité et renouveler l’intérêt.
Photo : Maxime et Frédéric sont en 4e alternance ; une fois par semaine, ils bénéficient d’un cours dans un lycée professionnel de Brest.

article paru dans Bloc Notes n°47
le magazine du Rectorat de l’académie de Rennes, mars 2004
Rédactrice en chef : Nathalie Le Garjean
Texte et photo : Tugdual Ruellan

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
2004.03.Bloc_notes.47.01.pdf

Chaque jeudi après-midi, depuis le mois de décembre, Maxime, Frédéric et ses camarades se rendent au lycée professionnel afin d’y suivre le cours. « Les professeurs nous ont proposé une liste de formations, expliquent-ils. Nous avons choisi en fonction du métier qui nous intéresse. » « Moi, j’ai commencé par l’imprimerie, poursuit Frédéric, puis géomètre et je suis actuellement en découverte construction mécanique. » «Pour moi, renchérit Maxime, j’ai fait de l’électricité ; je suis actuellement en sanitaire. » L’alternance, proposée à ces élèves de 4e, confrontés à des difficultés d’apprentissage, a vu le jour à la rentrée dernière grâce au concours des lycées professionnels de Lesven, Lanroze, Dupuy de Lome et Vauban de Brest. « Le but, précise Marie-Louise Malidin, proviseur de la cité scolaire, est qu’ils passent chacun par cinq filières différentes, trois jeudis après-midi de rang. Une liste leur a été proposée, en fonction des possibilités offertes par les lycées professionnels du bassin de Brest. » Avec curiosité, les élèves découvrent un autre type de pédagogie et participent à certaines réalisations concrètes. « Les enseignements prennent tout leur sens car rattachés à des réalités qu’ils ont pu observer, confie Michèle Verdier, professeur principal de la classe. Ils suivent par ailleurs, un cursus normal dans toutes les matières.» Différentes rencontres ont été proposées, notamment avec les Compagnons du devoir et des chefs d’entreprise. Les élèves ont participé également à l’opération « Mille ados, mille trains » pouvant ainsi visiter une cabine de pilotage de train. En mars, ils découvraient une entreprise lors d’un stage d’une semaine : « Il s’agit, poursuit Michèle Verdier, d’une première approche du monde professionnel, de ses exigences, des modes d’organisation, du rythme de travail. Ils auront à rédiger un petit rapport de stage pour savoir ce que l’expérience leur a apporté et à le présenter oralement devant les autres élèves. Nous nous attachons à adapter l’enseignement aux applications de la vie professionnelle. Le but est d’essayer de les remettre sur les rails, les remotiver, leur redonner le goût et l’intérêt des études tout en les plaçant dans une réflexion par rapport à leur orientation. Une initiative qui demande beaucoup de suivi individuel et d’écoute. » Frédéric a choisi une pâtisserie : « C’est ce métier que je veux faire. L’année prochaine, je souhaite entrer en formation d’apprentissage. Au collège c’est la théorie ; l’alternance, c’est pratique et on apprend mieux. » Maxime, lui, a choisi un garage : « C’est intéressant parce que l’on découvre des métiers. Je pense que je vais continuer la 3e pour avoir plus de bases et passer le brevet des collèges. »
Tugdual Ruellan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *