Mon geste éco-citoyen : je bois l’eau du robinet !

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - développement durable

CG56.dossier_eau.01.jpgL’éco-mobile du Morbihan repart en campagne et met à l’honneur, cette année, l’eau du robinet. Dans le cadre du plan de prévention et de réduction des déchets, agir pour la suppression des emballages est en effet un enjeu capital. Si tous les Morbihannais buvaient l’eau du robinet, ce sont 6500 tonnes de déchets plastique qui seraient économisées ! Démêlez le vrai du faux en lisant ce dossier, et tous à vos robinets !

article paru dans Morbihan, le magazine du Conseil général, n° 17 – avril 2009
Rédactrice en chef : Maly Sananikone
Dossier réalisé par Tugdual Ruellan
Magazine à télécharger sur : www.morbihan.fr

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
CG56.dossier_eau.01.pdf

Faites un geste éco-citoyen
Toutes les bonnes raisons de boire l’eau du robinet en toute tranquillité. Explications
Vous venez d’acheter une bouteille d’eau. Savez-vous que l’emballage, qui finira à la poubelle, représente 80% de son prix ? Et plus la bouteille est petite, plus le prix est élevé car il vous faut aussi payer la fabrication de l’emballage, le transport, la publicité et le traitement des déchets. Consommer de l’eau du robinet a donc un effet immédiat sur votre porte-monnaie. Mais mieuxencore, cela contribue au respect de l’environnement.

De A à Z
Les bouteilles sont fabriquées avec du polyéthylène téréphtalate (PET), un plastique dérivé du pétrole. Pour fabriquer 27 0000 bouteilles de 1,5 litre, il faut un peu plus d’une tonne de pétrole. Et c’est sans compter le carburant nécessaire aux véhicules pour acheminer les bouteilles jusqu’à notre domicile et les émission de CO² qu’ils engendrent ! En moyenne, chaque bouteille doit parcourir 300 kilomètres pour nous être livrée. Et ce n’est pas fini ! Une fois l’eau consommée, il faut se débarrasser de cet encombrant déchet, en moyenne, 2 à 3 m³ pour une famille chaque année. Bien qu’elles soient recyclables, seule la moitié des bouteilles plastiques est aujourd’hui triée par les ménages et donc effectivement recyclée. Le reste finit brûlé ou enfoui sous terre, sachant qu’il faut au minimum cinq cents ans pour que cette matière se dégrade. Une étude, menée en Suisse en 2006, montre que consommer l’eau potable au robinet est cent à mille fois plus écologique que l’eau minérale en bouteille. Plus les distances à parcourir sont longues, plus le conditionnement est sophistiqué et plus l’écart se creuse. Boire l’eau du robinet, c’est donc faire un geste éco-citoyen…

Parole d’élu
Pierrick Nevannen, vice-président du Conseil général, en charge du développement durable
« Le Conseil général lance une campagne pour inciter à boire l’eau du robinet et ainsi réduire la consommation de bouteilles plastiques. Cette seconde action de communication, après « Mon jardin éco-citoyen » en 2008, s’intègre dans une démarche globale « Tous éco-citoyens 56″ visant à sensibiliser les Morbihannais à la réduction des déchets. Consommer de l’eau du robinet contribue en effet à réduire notre impact sur l’environnement ; ce sont dix kilos de déchets en moins par an et par personne. Et puis, grâce aux efforts des collectivités chagées de la distribution de l’eau et de la protection de la ressource, l’eau du robinet du Morbihan dispose de toutes les qualités requises et répond tout à fait aux normes de portabilité. L’eau distribuée dans le Morbihan est parmi les meilleures de France ! Pourquoi s’en priver ? »

Rêvons !
Demain, si tous les Morbihannais et Morbihannaises buvaient l’eau du robinet…

  • ce seraient 10 kg de déchets plastiques en moins chaque année par personne ;
  • ce seraient 6500 tonnes de déchets plastiques en moins à collecter et à traiter sur le département.

Informations sur www.ademe.fr/bretagne

L’eau du robinet est environ 100 fois plus économique que l’eau en bouteille la moins chère.

450 €, c’est le coût en moyenne de la consommation d’eau en bouteilles d’une famille de 4 personnes. De quoi largemet payer sa facture d’eau annuelle ! Boire l’eau du robinet permet donc de faire de réelles économies.

Combien coûte le m³ d’eau dans ma commune ? Consutez-votre facture. Le prix y est obligatoirement mentionné. Pour plus d’informations, appelez la mairie ou le service d’eau dont vous dépendez.

Des économies pour votre budget
En France, le prix de l’eau est en moyenne de 1 € par jour et par famille pour 330 litres délivrés puis épurés quotidiennement. La part de l’eau de boisson ne représente que 1 % de cette dépense !
Faites le test ! Prenez le prix au m³ d’eau, indiqué sur votre facture, divisez-le par 1000 et comparez-le au prix d’une bouteille d’un litre achetée en magasin. Il est cent fois moins élevé. Contrairement aux autres produits de consommation, le prix de l’eau a peu varié ces dix dernières années. Une récente étude révèle que la part du budget consacrée à l’eau du robinet représente moins d’1 % du budget global d’une famille, soit trois fois moins que les dépenses liées aux télécommunications et quatre fois moins que les dépenses en énergie, en dehors des déplacements.

Le juste prix. Dans le Morbihan, le coût du m³ d’eau est d’environ 2 € auquel il faut rajouter en moyenne 2 €/m3 lorsque le logement est raccordé à l’assainissement collectif. Mais ce prix est celui d’un service et non d’un produit car il correspond à l’ensemble des opérations nécessaires pour produire une eau de qualité, la surveiller, la distribuer, la dépolluer. Le prix se répartit à 45 % pour la production et la distribution, à 37 % pour la collecte et le traitement des eaux usées et à 18 % pour les taxes et redevances à verser aux organismes publics.

L’expert
CG56.dossier_eau.01.Bernard_Simon_-_photo.JPGBernard Simon, directeur du Syndicat départemental de l’eau du Morbihan
« Le syndicat a été créé pour desservir, de manière solidaire, les zones rurales. Il n’y a pas de nappes dans le Massif armoricain et nous devons gérer la rareté de la ressource. Les 250 communes adhérentes au syndicat départemental, soit près de 300 000 abonnés, ont opté pour le principe du prix unique de l’eau. Recettes et dépenses sont ainsi réparties entre toutes les collectivités adhérentes. Pour les 11 autres communes, les recettes équilibrent les dépenses de chaque service d’eau. »

De l’eau 24h sur 24
Plus de packs à transporter, plus de tri ni de stockage de bouteilles plastiques… et de l’eau en permanence.
Ouvrir un robinet, consommer une eau potable est devenu tellement banal. Plus personne n’imagine que c’est l’un des progrès les plus remarquables de notre temps.
En 1959, seulement 18 % des foyers bénéficiaient de l’eau potable au robinet. Pour que l’ensemble des habitants dispose aujourd’hui de ce service, en permanence et en toute sécurité, un important dispositif est mis en œuvre. Les besoins en eau potable du Morbihan représentent 45 millions de m³ par an, tous usages confondus. L’eau destinée à la consommation est prélevée dans le milieu naturel et renouvelée en permanence. Dans le Morbihan, elle provient à 85% des eaux de surface, rivières, retenues et lacs, et à 15% des eaux souterraines. L’approvisionnement est assuré grâce à une vingtaine d’usines de traitement d’eaux de surface et 40 captages d’eaux souterraines. De toutes parts, les canalisations traversent le département pour alimenter chaque foyer : « Ce qui nous pénalise, confie Bernard Simon, directeur du service départemental de l’eau, c’est la dispersion de l’habitat. Nous avons 15 000 km de réseau pour 300 000 abonnés. C’est énorme ! Il faut parfois plus de 100 mètres de réseau pour une seule maison. Heureusement, les Morbihannais maîtrisent leur consommation en eau ; elle est inférieure à la moyenne nationale : 40 m³ par habitant et par an. » Pour assurer une distribution permanente, tous les réseaux sont interconnectés : « Ainsi, poursuit Bernard Simon, les Vannetais sont parfois alimentés par l’eau de la Vilaine. Toutes les villes sont reliées et sécurisées. Quant aux îles, elle font partie de la solidarité départementale mais sont autonomes pour la ressource en eau.»

Protection rapprochée. Diverses actions sont menées par les communes, les industriels et les agriculteurs pour préserver la ressource, améliorer la qualité des eaux et des milieux aquatiques. Des périmètres de protection des captages et prises d’eau ont été mis en place. Une dizaine de captages d’eaux souterraines, dont l’exploitation avait été suspendue ou limitée pour des problèmes de qualité, ont été remis en service.

100 % des Morbihannais ont accès à l’eau du robinet, 24 heures sur 24, contre seulement 18 % en 1959 !

L’Eau du Morbihan est l’une des meilleures de France au regard des normes de potabilité. L’eau du robinet est un produit « frais » en permanence, équilibré, notamment en sels minéraux et oligo-éléments et convient à tous. Demandez à votre mairie ou à votre distributeur d’eau les résultats des analyses sur la qualité de l’eau. Un bilan qualité est joint à votre facture d’eau une fois par an.

Sous haute surveillance
Depuis la source jusqu’au robinet, en passant par les différentes stations de pompage, l’eau est régulièrement contrôlée. Sa qualité est définie par le Code de la santé publique et des normes très strictes sont recommandées par l’Organisation Mondiale de la Santé.
Une eau propre à la consommation humaine doit être conforme à quarante-six critères définis par le ministère de la Santé. Ces critères correspondent à des objectifs de santé publique, de confort et de plaisir. L’eau doit être sans risques pour la santé, agréable à boire, clarifiée, claire et équilibrée en sels minéraux. Régulièrement, le département santé environnement de la Direction départementale de l’action sanitaire et sociale effectue des contrôles sur les eaux brutes des ressources et les eaux traitées dans les usines de production ainsi que sur le réseau de distribution. Pour cela, ils font appel au laboratoire départemental d’analyses du Morbihan (LDA 56) et au laboratoire IPL Bretagne. « Bien entendu, nous contrôlons en routine tous les paramètres retenus par la règlementation, mais ces analysées ne permettent pas de rechercher toutes les molécules, explique Didier Louis ingénieur à la Ddass. Notre travail consiste également à faire évoluer ces contrôles de manière à mieux apprécier les risques afin de les limiter. Mais les critères actuels garantissent une eau du robinet pouvant servir à la cuisine, à l’alimentation et à tous les usages sanitaires. » Les bilans annuels de contrôle des eaux potables publiés par le ministère placent le Morbihan en bonne position. Ainsi, en 2007, 99,5% des échantillons prélevés respectaient les critères de qualité.

Plus d’infos sur les nalyses effectuées par le LDA 56 :
www.morbihan.fr/actions/LDA.aspx

L’expert
Didier Louis, ingénieur du génie sanitaire, responsable du département santé environnement à la Ddass du Morbihan : «L’eau du robinet est un produit facilement disponible, peu cher, livré sur place et dont la qualité est très contrôlée. Il s’agit de l’un des produits de consommation les plus surveillés en France. Chaque année, dans le département, ce sont près de 34000 prélèvements qui sont réalisés au titre du contrôle officiel, auxquels il faut ajouter plusieurs milliers d’analysés opérées par les distributeurs au titre de l’auto-surveillance. »
Pour en savoir plus : DDASS du Morbihan – service santé environnement
Bd de la résistance – 56 019 Vannes – Tel : 02 97 62 77 41.

Peut-on tous boire l’eau du robinet ?
Les normes de potabilité sont basées sur les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, établies en prenant les populations les plus fragiles en référence. Il n’y a, a priori, aucun risque, même pour vos enfants. A partir de 6 mois, l’appareil digestif de l’enfant est parvenu à maturité. Lui donner de l’eau du robiet est donc tout à fait possible. Et comme les eaux minérales sont parprincipe déséquilibrées, il est nécessaire de varier les eaux consommées : pour cela, l’eau du robinet convient parfaitement.

Les recettes pour bien boire l’eau
Comment améliorer son goût ? Les qualités gustatives de l’eau varient selon la propriété des roches et des sols qu’elle rencontre. Elle peut ainsi être plus ou moins calcaire, fluorée, riche en magnésium… Le seul goût que vous pouvez éventuellement ressentir est celui du chlore ajouté pour la désinfection. Il garantit la totale qualité bactériologique de l’eau durant son transport dans les canalisations jusqu’au robinet. Il contribue aussi à la sécurité de l’eau, car il réagit à la plupart des polluants. La quantité ajoutée est très faible, de l’ordre de 0,3 mg par litre, soit une goutte dans 1 m³ d’eau. Pour éliminer le goût du cholre, laissez décanter l’eau dans une carafe ou conservez-là au réfrigérateur dans un récipient fermé pour qu’elle ne prenne pas le goût des aliments voisins. Vous pouvez également ajouter quelques gouttes de citron. Dans tous les cas, l’eau qui arrive au robinet est directement consommable et ne nécessite pas de traitement complémentaire (filtresà la maison.

Trucs et astuces
Quelques conseils pour consommer l’eau dans les meilleures conditions :

  • Ne pas utiliser pas d’eau chaude pour faire la cuisine, le thé ou le café mais faire chauffer de l’eau froide, plus saine, car elle n’a pas stagné dans un ballon.
  • L’eau n’a pas de date limite d’utilisation mais mieux vaut éviter cependant de la conserver plus de quarante-huit heures ; elle risque en effet d’être progressivement contaminée par les bactéries présentes dans l’air ambiant. Ne pas oublier de renouveler les glaçons dans votre congélateur
  • Avant de consommer l’eau, la laisser couler quelques instants en prenant soin de la récupérer dans un récipient, jusqu’à ce qu’elle soit bien fraîche. Un geste à faire systématiquement après une absence prolongée. Penser à utiliser l’eau récupérée pour l’arrosage par exemple.
  • Ne pas boire l’eau retrouvée dans une bouteille entamée.
  • Bien nettoyer les récipients ayant contenu l’eau
  • Penser à utiliser une gourde plutôt qu’une bouteille jetable lors de vos déplacements. Après utilisation, bien la laver et la laisser sécher ouverte, la tête en bas.

50 millions de m³ d’eau sont distribués chaque année dans le Morbihan.
85% de l’eau prélevée provient des rivières, des retenues et des lacs ; le reste provient des eaux souterraines.

De la source au robinet, le cycle de l’eau

CG56.dossier_eau.09.schema.jpg
infographie : Alpha-g
Depuis les points de captage aux robinets des Morbihannais, l’eau circule à travers un réseau de canalisations de plus de 15 000 kilomètres, en suivant des étapes bien précises.
1-Captage et pompage : l’eau est pompée en fonction de la demande avec le souci constant de préserver les réserves naturelles. Les zones de captage sont protégées et surveillées afin de limiter les risques de pollution.
2-Traitement : l’eau est traitée dans des usines utilisant au maximum des procédés physiques naturels ou des procédés biologiques. Elle est, tour à tour, clarifiée, filtrée et désinfectée.
3-Stockage : après traitement, l’eau est orientée vers des lieux de stockage, réservoirs, châteaux d’eau. Distribution : l’eau est ensuite acheminée et distribuée par canalisations.
4-Distribution : l’eau est ensuite acheminée et distribuée par les canalisations jusqu’au robinet du consommateur.
5-Epuration : les stations d’épuration dépolluent l’eau sale afin de la restituer au milieu naturel. Les boues d’épuration sont, en partie, traitées et valorisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *