DCNS Cherbourg mène une démarche active d’emploi des travailleurs handicapés

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

2008.01.Agefiph_Infos.62.01.photo.jpgEn 2004, le site DCNS de Cherbourg réalise un diagnostic avec l’Union patronale de la Manche afin d’évaluer précisément le taux d’emploi de personnes handicapées. L’enquête révèle un résultat de 5,26 % mais qui, avec les critères de la nouvelle loi, descend à 3,8%. L’entreprise lance alors une politique active autour de cinq axes qui se concrétise par la signature d’une convention avec l’Agefiph. Tout est fait aujourd’hui pour maintenir les personnes au poste de travail. Une convention vient d’être signée avec l’Agefiph pour l’ensemble du groupe DCNS pour deux ans.

Article paru dans Agefiph Infos n° 62, janvier 2008
Directeur de la publication : Pierre Blanc
Rédactrice en chef : Nadia Guiny
Texte : Tugdual Ruellan

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
2008.01.Agefiph_Infos.62.01.pdf

Le projet
Depuis 2004, la DCNS Cherbourg mène une démarche active d’emploi des travailleurs handicapés. Passer des postes « doux » au maintien au poste de travail.
Des vaisseaux du Roi aux sous-marins nucléaires, la DCNS est devenue au fil des siècles l’expert européen des systèmes navals militaires, tant pour l’entretien que pour les constructions de bâtiments de surface, sous-marins conventionnels, nucléaires et autres systèmes de combat. Créée au 18e siècle, la Direction des constructions navales (DCN) a été incorporée à la Délégation générale pour l’armement (DGA), direction centrale du ministère de la Défense. Par décision du gouvernement, elle devient entreprise de droit privé en juin 2003. Avec le rachat de la branche Systèmes navals du Groupe Thales en avril 2007, DCN est aujourd’hui DCNS. L’Etat français en est resté actionnaire à 75%. L’entreprise emploie 13.300 personnes, dont 7.000 ouvriers d’état, sur neuf sites en France. Son chiffre d’affaires en 2005, était de 2,8 milliards d’euros.

En 2004, la direction du site DCNS de Cherbourg s’interroge sur sa politique d’emploi des personnes handicapées. « Comme toute entreprise, confie le directeur du site, Daniel Cauchon, nous avons une dimension sociale. Nous faisons de la technique avec des femmes et des hommes et avons besoin d’avoir les bonnes personnes aux bons endroits. C’est le principe de la compétence. » L’établissement a pour client principal la Marine Nationale mais propose également des produits à l’export (Malaisie, Pakistan, Chili, Inde…). Il offre une palette de métiers dans des activités diverses comme l’ingénierie, la production, les projets, l’expertise technique, les achats, les finances, les ressources humaines. « Nous voulions sortir d’une logique d’administration pour entrer dans une volonté de responsabilité sociale », se souvient Damien Coirier, alors responsable de l’environnement social. Il s’agissait, pour la direction des ressources humaines, d’élargir son champ d’action et de vision et d’être au plus proche des collaborateurs en situation de handicap. » Un premier travail d’identification est mené. Les personnes en situation de handicap sont placées sur des postes « doux ». « En fait, poursuit Damien Coirier, elles étaient déplacées dans des services où elles restaient quasiment à vie, sans réelle possibilité d’évoluer. » Le comité de direction sollicite alors l’Agefiph et l’Union patronale de la Manche afin d’établir un diagnostic. L’enquête, conduite sous la responsabilité de Marlène Briens, révèle un taux d’emploi de 5,26 % sur 2004 avec 93 travailleurs handicapés. Mais, ce taux était ramené à 3,8 % avec les critères de la nouvelle loi. Il fallait donc envisager une politique active et anticiper d’autant que 13 % des bénéficiaires avaient plus de 50 ans et que plusieurs postes étaient soumis à d’importantes contraintes physiques. En 2006, un plan d’action est élaboré. « Il s’organise autour de cinq axes, explique Kathy Harlay de l’Agefiph : le recrutement, l’information et la sensibilisation des collaborateurs, des instances représentatives du personnel, le maintien dans l’emploi et la gestion des inaptitudes, la sous-traitance et cotraitance avec le secteur protégé, la communication et la diffusion de bonnes pratiques. « DCNS Cherbourg se positionnait comme l’un des sites pilote pour expérimenter cette démarche d’actions, confie Damien Coirier, afin de contribuer à l’accueil et au maintien des travailleurs handicapés. Nous devions passer à l’idée d’accompagnement personnalisé en laissant le salarié le plus possible à son poste d’origine. Plutôt en adaptant son poste. La révolution était là. » Tugdual Ruellan

La démarche
Une convention, signée avec l’Agefiph, détermine les axes de travail pour 2007 Du recrutement au maintien, engagée sur tous les fronts.

Début 2007, une convention est signée avec l’Agefiph. En matière de recrutement, l’entreprise s’engage à accueillir stagiaires, intérimaires, jeunes en contrat de formation en alternance et professionnalisation, CDD et CDI, en privilégiant, à compétences égales et sous réserve des contraintes d’aménagement du poste, des travailleurs handicapés. Des relations privilégiées s’instaurent avec Cap emploi, Handiuni, L’Adapt. « Nous avons amélioré notre sourcing, explique Atika Moolna, chargée de mission diversité, en repérant des candidatures sur des sites internet, en participant à des job-datings spécialisés et des forums de l’emploi. Nous allons également dans les écoles afin de présenter nos métiers. » En septembre dernier, une campagne de recrutement en alternance est initiée avec 60 postes à pourvoir. Faute de compétences, une seule personne handicapée est recrutée. Au total, ce sont quatre personnes recrutées en 2007 : une en CDI, deux en CDD, une en contrat de professionnalisation. Dès qu’un cas est identifié, les différents pôles médical, social, ressources humaines, sécurité au travail interviennent pour trouver une solution et favoriser le maintien de la personne à son poste. Onze aménagements et deux reclassements ont ainsi été effectués. Le rapprochement vers le milieu protégé est en cours de réflexion : « Un accord-cadre a été conclu avec l’ACTP, association cherbourgeoise du travail adapté. Entre dix et quinze personnes interviennent pour nettoyer les abords de chantier. Mais nous devons élargir ces actions, pourquoi pas en imaginant une cotraitance de certains marchés. » Un module de sensibilisation a été élaboré pour sensibiliser au handicap et « rendre les cadres, les chefs d’équipe et les IRP, acteurs du processus d’accompagnement des salariés en situation de handicap. » 350 personnes ont ainsi été formées à ce jour.

La solution
Une mécanique bien huilée
Une équipe plurisdiciplinaire, communément nommée groupe handicap, est chargée des différentes interventions sur le site. Elle est constituée d’Atika Moolna, Marie Pepers, médecin du travail, Adrienne Moncuit, assistante sociale, Sylvie Lebury, assistante, Sylvie Canto, ressources humaines, et Nelly Colombo, infirmière. « Dès qu’une personne doit bénéficier d’un reclassement professionnel ou d’un aménagement de poste, nous réunissons la cellule d’accompagnement pour le maintien dans l’emploi composée du service social, du service médical, de l’adjoint santé sécurité au travail, du service formation, du RRH du secteur concerné. Ensemble, nous envisageons son accompagnement. La volonté est de garder la personne à son poste car c’est là qu’elle a sa compétence.» Des services spécialisés extérieurs interviennent en fonction des déficiences. L’Afpa de Cherbourg a été retenue pour animer la formation auprès des managers. « L’objectif, rappelle Joël Bosvy, responsable, est d’aider le personnel d’encadrement à détecter des situations à risque ou des questions que se posent les salariés. Les mettre en veille. Le chef d’équipe devient acteur et accompagnateur de son équipe. » Une commission handicap et maladies professionnelles a vu le jour, issue du comité d’établissement : « Elle rassemble les représentants syndicaux, explique le président Marcel Picot. Nous veillons à ce que les attentes de la personne soient exprimées et respectées. » Une importante campagne d’information et de communication maintient le lien et combat les représentations : journal interne, affiche, logo, livret d’accueil, numéro social présentant le bilan sociale et la diversité professionnelle, participation active à la Semaine pour l’emploi de l’Agefiph en novembre…

Les moyens
Un engagement fort de l’entreprise
Le budget global des différentes actions a été estimé à 78 000 €. L’Agefiph intervient pour le financement du poste de la chargée de mission, les situations de maintien dans l’emploi et les aménagements de poste à hauteur de 43 000 €. L’entreprise prend en charge la différence ainsi que diverses actions ponctuelles, non prévues dans le cadre de la convention. L’Agefiph finance par ailleurs en totalité un service d’appui au maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés qui accompagne les entreprises du département au maintien dans l’emploi. Concernant le site de Cherbourg, ce service aide à structurer en interne une procédure de traitement des situations de maintien dans l’emploi, dès qu’il y a détection d’une problématique.

Le suivi
Du site de Cherbourg au groupe DCNS
La convention entre l’Agefiph et la DCNS est arrivée à son terme le 31 décembre 2007. Elle vient d’être reconduite pour 2008 sur les mêmes axes. « Nous nous engageons dans le long terme, atteste le directeur du site de Cherbourg, Daniel Cauchon. La fonction de chargé diversité doit être maintenue dans l’entreprise. Nous avons signé avant l’été, avec les partenaires sociaux, une charte sur l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. Nous nous engageons également sur l’accompagnement de la santé morale et de la souffrance au travail. Certaines technologies présentent des sauts importants en termes de compétence et de qualification et peuvent mettre en difficulté certains salariés. Il faut éviter que la situation ne dégénère et mettre en place les moyens nécessaires pour y remédier par des bilans de compétences, des formations, de nouvelles orientations professionnelles. » L’initiative de DCNS Cherbourg est suivie par les autres sites. Une convention vient d’être signée avec l’Agefiph pour l’ensemble du groupe DCNS pour deux ans. « Nous allons échanger nos bonnes pratiques pour que les autres sites puissent enclencher la dynamique. Des réseaux existent déjà comme celui des ressources humaines, qui se réunit tous les mois, celui de la santé et la sécurité au travail. »

Les intervenants
Daniel Cauchon, directeur de DCNS Cherbourg, détermine la politique d’emploi en lien avec ses collaborateurs et partenaires.
Damien Coirier, ancien responsable de l’environnement social DCNS Cherbourg. Il a initié la démarche alors que l’entreprise venait d’être privatisée.
Atika Moolna, chargée de mission diversité, met en œuvre les axes définis dans la convention.
Kathy Harlay, chargée de mission Agefiph, veille à l’application de la convention. Elle participe au groupe de suivi. Deux missions : l’insertion des personnes handicapées et l’égalité professionnelle.
Marcel Picot, président de la commission handicap et maladies professionnelles, agit comme courroie de transmission directe auprès des salariés.

Les adresses
DCNS, Place Bruat – BP 440
Tél. : 02 33 92 10 00
50104 Cherbourg-Octeville cedex
Directeur : Daniel Cauchon
Chargée de mission diversité : Atika Moolna

Agefiph Normandie
Les Galées du Roi
30, rue Henri Gadeau de Kerville – 76100 Rouen
Tél. : 02 32 81 94 80 – Fax : 02 32 81 94 81
Délégué régional : Guy Bierne
Chargée de mission : Kathy Harlay

Afpa
Rue Paul Nicolle
50100 Cherbourg-Octeville
Tél. : 02 33 88 56 00 – Fax : 02 33 20 19 23
Directeur régional : Marc Filotti

Union patronale de la Manche
173, rue Antoine Lavoisier
50180 Agneaux
Tél. 02 33 72 55 30 – Fax 02 33 72 55 31
Chargée de mission : Marlène Briens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *