8e Semaine pour l’emploi des personnes handicapées

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

2005.01.Agefiph_Infos.50.01.photo.jpgEn Bretagne, étudiants, lycéens et apprentis mobilisés
« La Semaine pour l’emploi des personnes handicapées fait désormais partie du paysage breton, attestent unanimes, Jean-Luc Blaise, coordinateur de la manifestation pour la Bretagne, et Yves Deniaud, coordinateur du programme départemental pour l’insertion des personnes handicapées en Ille-et-Vilaine. Personnes handicapées, responsables d’entreprise, étudiants, professionnels, grand public peuvent ici construire ensemble une autre manière de communiquer, se présentant publiquement dans un espace neutre, en dehors des problématiques institutionnelles. La longue préparation en amont participe du travail de sensibilisation. Cet événement est une occasion pour nouer des contacts nouveaux, renforcer les liens au sein du réseau et donner des pistes de travail pour les mois à venir.»

Article paru dans Agefiph Infos n° 50, janvier 2005
Directrice de la publication : Claudie Buisson
Rédactrice en chef : Nadia Guiny
Texte : Tugdual Ruellan

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
2005.07.Agefiph_Infos.52.pdf

Aux quatre coins de la région, les événements ont pris des formes différentes. A l’occasion du millième apprenti handicapé, accompagné dans les établissements de droit commun par le dispositif Grafic-Bretagne, les organisateurs ont choisi de privilégier la question plus large de l’apprentissage des jeunes handicapés en milieu ordinaire. Le 17 novembre, le quotidien régional Ouest-France accueillait ainsi, en son siège, une table-ronde régionale sur ce thème, animée par la journaliste Sophie Massieu avec la présence de Michel Morin, conseiller régional chargé de la formation initiale, professionnelle et de l’apprentissage en Bretagne. La Caisse d’Epargne, au titre de l’aide aux projets d’économie sociale, a apporté une contribution financière pour la rénovation d’un bâtiment réservé à Grafic-Bretagne au sein du centre de formation des apprentis de la Chambre de métiers du Morbihan à Vannes. « Cette action, précise le directeur Daniel Bredoux, est financée par le Conseil Régional de Bretagne (25,2 %), l’Agefiph (72,5 %) et la CRAM, Caisse régionale d’assurance maladie de Bretagne (2,2 %). Pour l’année 2003-2004, 300 apprentis en situation de handicap ont été accompagnés, répartis dans 36 CFA et 60 métiers (niveau V). Près d’un jeune sur deux obtient un CAP complet. »

Mise en place en Bretagne il y a une dizaine d’années, la Politique régionale pour la formation des personnes handicapées a fortement permis de développer l’usage des dispositifs existants pour les jeunes, les demandeurs d’emploi et les salariés : « Près de 120 organismes de formation et 35 centres d’apprentissage ont ainsi accueilli des personnes handicapées sur un large panel de métiers, confie le coordinateur Jean-François Ménard. Nous sommes ainsi passés de 20 à 350 jeunes par an, en apprentissage, de 400 à 1400 adultes en formation professionnelle, de 30 à 200 salariés en qualification ou reconversion. »

Le 19 novembre, un mini-forum réunissait au lycée Jean Guéhenno à Fougères, à l’invitation de la Ville et du collectif des associations de personnes handicapées, élèves, professeurs de l’enseignement public et privé.

A Brest, le 16 novembre, les étudiants en ressources humaines de l’ESC et leur professeur Sylvie Stéphan se sont mobilisés, en partenariat avec l’Association nationale des directeurs cadres fonction personnel et l’Université de Bretagne occidentale : « Handicapés et compétents : comment recruter, intégrer, gérer ? ». Tout comme les étudiants en management de l’ESC Rennes, avec leur professeur François-Marie Ferré : « Nous avons été surpris, confient les étudiants, des difficultés qu’ont à se rencontrer le secteur de l’entreprise et celui des personnes handicapées. Nous espérons à long terme pouvoir à notre tour sensibiliser les entreprises dans lesquelles nous travaillerons et leur apporter une dimension nouvelle au sein de leurs ressources humaines. » Quinze d’entre eux ont choisi de mener une enquête au sein d’une banque sur la question de l’insertion des personnes handicapées.


Au centre de Rennes, le forum régional de Bretagne
Pour la seconde année consécutive, la Ville de Rennes accueillait le forum régional de Bretagne en plein centre-ville, dans la halle Martenot. Les élèves de l’Ecole de rééducation professionnelle de l’Office national des anciens combattants avait décoré le lieu qui devait accueillir 47 exposants dont des entreprises privées et publiques comme Groupama, Adia, France 3, SNCF, groupement d’employeurs, Bretagne ateliers, centre de gestion d’Ille-et-Vilaine, ville de Rennes, GEIQ bâtiment du pays de Rennes, Samsic. Quelque 800 visiteurs et invités de l’ANPE et des PDITH ont sillonné les allées, guidés par des élèves de BTS action commerciale. Ont été particulièrement appréciés l’atelier de validation des acquis de l’expérience, animé par l’AFPA, le Greta, l’ADIPH 35 Cap Emploi et l’Ecole de rééducation professionnelle de l’ONAC ainsi que l’atelier conseil « Regard de l’entreprise sur votre CV » animé par Adia, Adiph 35 Cap emploi, l’ANPE et EDF-GDF. Une convention a été signée entre Adaptec Bretagne et la Caisse d’Epargne pour faciliter l’information et la mise à disposition d’aides techniques. Tandis qu’à l’entrée de la halle, des jeunes de l’association Cassiopée Graffitis réalisait en direct, sous les yeux des passants, une grande fresque de six mètres de long sur le thème de Jeune, handicap, formation et emploi…

Handicap en images sur la télévision bretonne
La télévision bretonne a fortement répondu présent ! TV Breizh s’est fait l’écho de la manifestation dans son journal. TV Rennes, télévision câblée de Rennes Métropole, a consacré un plateau de 28 mn, « Carrefour de l’entreprise », avec la participation d’étudiants de l’ESC de Rennes, en partenariat avec le Crédit mutuel de Bretagne. « Nous y avons évoqué la question du maintien dans l’emploi, insiste Jean-François Dando, chargé de relation entreprise au centre La Vallée L’Adapt à Betton, interviewé à la suite du témoignage de l’entreprise Nexia, plate-forme logistique dans le secteur du froid ayant intégré une personne handicapée à la suite d’un accident de la route. En même temps que l’on intervient sur l’aménagement du poste de travail, il convient également d’agir auprès du collectif de travail et des représentations des collègues de travail. »

France 3 Bretagne a placé la question de l’insertion et de la formation des personnes handicapées au sommaire de l’Hebdo, une émission de 52 mn animée par le journaliste Eric Le Guen, diffusée le 20 novembre. Divers acteurs et personnes handicapées ont témoigné : Colette le Naour et Danièle Demouy pour l’Agefiph, Yves Grimault et Daniel Bredoux pour Grafic-Bretagne, Jean-François Ménard pour la formation professionnelle, Nadine Le Batard, handicapée (médecin de rééducation) et Alain Pruneyre pour L’Adapt, Christophe Delcambre pour Handisup, Loïc Denis, docteur en droit, aveugle et sans emploi. L’émission s’est éteinte sur les propos de la sportive handicapée, Hada Guerjouche, issus du film de France 3 Planète zanzan.

Côtes d’Armor et Morbihan : en prise directe avec l’entreprise
Deux départements bretons ont privilégié la rencontre avec l’entreprise. Le 16 novembre, les partenaires du PDITH, accompagnés de Pierre-Henri Macioni, préfet des Côtes d’Armor et de chefs d’entreprises ont visité l’entreprise Armor Mobile Security et les Ateliers Pifaudais de l’ADAPEI ayant adapté des postes de travail. Un déjeuner-débat sur le thème « Handicap, performance et condition de travail » a réuni les participants dans les locaux de l’Union patronale des Côtes d’Armor. « Des chefs d’entreprise confrontés aux questions de maintien dans l’emploi de salariés en situation de handicap ou en voie de l’être – salariés souffrant de troubles musculo-squelettiques, ont témoigné des démarches et projets conduits au sein de leur entreprise, explique la coordinatrice Anne-Charlotte Cade. Pour clôturer la journée, l’entreprise Stalaven a proposé la visite de l’une de ses unités ; elle a récemment conduit un projet d’amélioration des conditions de travail. »

A Vannes, la journée a commencé par la visite de l’entreprise Le Metour Electricité puis, celle de Breiz Restauration. Puis, diverses interventions ont eu lieu dans les locaux d’Atlas Cap-emploi sur le thème de « Handicap et insertion professionnelle », avec la participation de l’Union des entreprises du Morbihan, de l’Union professionnelle artisanale et de Mme Allaire, préfète du Morbihan. « Le Morbihan est l’un des rares département à atteindre le taux d’emploi légal de 6%, a tenu à rappeler le directeur du travail, M. Brassart. Sur les 13.500 personnes reconnues travailleurs handicapés dans le département, 2.550 sont embauchés en milieu ordinaire dans les entreprises de plus de 20 salariés, 1.500 sont intégrés dans les établissements de milieu protégé mais 3.500 sont demandeurs d’emploi. En 2003, sur les 787 entreprises assujetties à la loi de 1987, 134 n’employaient aucun travailleur handicapé. Pour un euro collecté, 3,75 euros sont redistribués sur le département. »

Un réseau d’entreprises partenaires en Mayenne
En Mayenne, une convention a été signée le 15 novembre entre la Confédération générale des petites et moyennes entreprises, le Medef, l’Union professionnelle artisanale, la Chambre d’agriculture, la Chambre de commerce et d’industrie, la Chambre de métiers, la délégation départementale de l’ANPE, le PDITH, la DDTEFP et l’Agefiph. « Il s’agit, explique le délégué régional Hubert de Rigaud, d’accélérer l’accès ou le retour à l’emploi de personnes handicapées, en renforçant l’articulation des outils et des moyens mis au service de l’orientation professionnelle des demandeurs d’emploi handicapés avec les besoins de recrutement des entreprises. » Afin de renforcer les prestations d’évaluation et d’aide à l’orientation professionnelle par des mises en situation concrète de travail, l’ANPE mettra ainsi à disposition du plateau technique des Evaluations en milieu de travail.

Les partenaires créent un réseau d’entreprises « Handicap et orientation professionnelle, entreprises partenaires » qui s’engagent à accueillir, pour des évaluations en milieu de travail, des personnes handicapées afin de les aider à trouver une orientation professionnelle correspondant à leurs capacités et aux besoins de recrutement des entreprises de la Mayenne. « Les organismes représentatifs des entreprises signataires, poursuit Annie Pérrinel, coordinatrice du PDITH, s’engagent à promouvoir le réseau auprès de leurs adhérents et ressortissants, à mobiliser d’autres entreprises à y participer, à transmettre au PDITH ou à l’ANPE, les coordonnées d’entreprises qui acceptent de rejoindre ce réseau. » Les signataires se sont engagés à réunir avant le 30 juin 2005, 60 entreprises prêtes à s’engager dans le réseau.

Bernadette Malgorn, préfète d’Ille-et-Vilaine et de Bretagne
« L’accueil des personnes handicapées est une responsabilité collective qui fait appel bien sûr à la mobilisation des pouvoirs publics mais aussi de l’ensemble des citoyens. Ce n’est pas par hasard si le président de la République a voulu que l’accueil des personnes handicapées soit un grand chantier de son mandat avec la sécurité routière et la lutte contre le cancer. Nous en avons fait une priorité des services de l’Etat en Bretagne et en Ille-et-Vilaine. L’intégration passe par l’insertion dans la vie professionnelle pour tous ceux qui peuvent travailler et plus largement dans la vie sociale pour tous, que l’on handicapé ou non. Pour les personnes atteintes d’un handicap, celle-ci dépend beaucoup de l’adaptation concrète des conditions de vie pour accéder aux lieux publics, transports, logements ainsi qu’à la culture et aux loisirs. Elle dépend aussi de notre capacité à tout mettre en œuvre pour leur offrir les conditions d’une vie autonome. L’accès à l’emploi des personnes handicapées a progressé dans les entreprises assujetties depuis la loi du 10 juillet 1987, mais nous sommes encore loin du compte. En effet, les chiffres recueillis par l’Observatoire régional de la relation emploi formation des personnes handicapées, que nous avons mis en place en Bretagne avec le Conseil régional et la délégation bretonne de l’AGEFIPH, font apparaître un taux d’emploi de 5,1% fin 2001 dans les établissements de plus de 20 salariés, représentant l’emploi de plus de Il 000 salariés reconnus handicapés. Ce taux, inférieur aux 6% fixés par la loi, était cependant en progression par rapport à 2000 (4,6%) et reste supérieur à la moyenne nationale qui est de 4,1 %.. Même si la situation connaît une évolution favorable et si nous sommes parmi les bons élèves de la classe au plan national, nous ne devons par relâcher les efforts. Avec 14000 personnes demandeurs d’emploi travailleurs handicapés nous devons vaincre encore des résistances ou des ignorances pour que tous puissent travailler. Il nous faut faire œuvre de pédagogie et je suis persuadée que les efforts d’information et de sensibilisation des chefs d’entreprises, des salariés eux-mêmes et de la population dans le cadre d’une campagne comme celle de la semaine pour l’emploi des travailleurs handicapés sont déterminants pour faire progresser cette grande cause nationale qui nous concerne tous. Dans les services de l’Etat en Bretagne et en Ille-et-Vilaine, nous nous sommes organisés pour accueillir des personnes handicapées dans nos services et pour donner tout son sens au mot accessibilité qui n’est pas seulement physique: nous avons adopté le dispositif braille sur le site internet de la préfecture de la région Bretagne et nous avons constitué depuis deux ans un réseau de personnes contacts dans tous les services publics formées à la langue des signes pour accueillir les personnes sourdes et malentendantes. Nous nous efforçons de faire pénétrer cette notion d’accessibilité et d’accueil des personnes handicapées qui sont des citoyens à part entière et doivent être respectées en tant que telles par l’ensemble de nos services. C’est aussi parce que je suis persuadée que mettre en place ce dispositif permettra de mieux accueillir tout le monde, de la même façon que recruter une personne handicapée c’est améliorer l’ergonomie professionnelle et réaliser des améliorations dans l’organisation et la qualité de la production. Au-delà du respect des droits que nous devons aux personnes handicapées, c’est aussi rendre service à la société tout entière et réaliser des progrès dans de nombreux domaines qui profiteront à tous, à commencer par les entreprises et les salariés. »

Christophe Brault et Patrick Defains sont ouvriers au centre d’aide par le travail du Pommeret à Bréal-sous-Montfort (Ille-et-Vilaine). Depuis le mois de septembre, ils sont inscrits dans une démarche de validation de leurs acquis de l’expérience, initiée par vingt-quatre CAT de Bretagne dans le cadre d’un projet européen Equal. Ils étaient représentés lors du forum régional de Rennes : « La semaine pour les personnes handicapées, c’est vraiment une bonne idée ! Elle permet de rencontrer du monde, surtout des patrons. Les personnes handicapées peuvent rencontrer des chefs d’entreprise pour leur dire : embauchez-nous, on a des compétences. C’est aussi une occasion pour leur dire qu’on ne sait pas tout faire et que nous avons besoin de stages pour apprendre, pour voir si l’on peut travailler en entreprise. »

2005.01.Agefiph_Infos.50.05.photo.jpgElle, moi, une autre
« Pourquoi craindre ce que j’aimerais être ? Pourquoi craindre ce que je suis ? » A 20 ans, Delphine Censier n’entend pas condamner son corps à l’inertie d’un fauteuil roulant, et encore moins vivre par procuration. Elle veut séduire, être femme, briser le carcan du handicap. Pour se découvrir elle-même, elle a choisi de poser devant l’objectif du photographe Frédéric Matthias. Ces clichés ont fait l’objet d’une exposition du 15 au 21 novembre au PDITH de Mayenne, à Laval.

Fleury-Michon favorise le maintien dans l’emploi
Une quarantaine de personnes, dont bon nombre de médecins du travail, ont participé à la réunion d’échange qui avait lieu le 19 novembre dans quatre sites de production de l’usine agro-alimentaire Fleury-Michon en Vendée, organisée par le PDITH sur le thème du maintien dans l’emploi. « L’entreprise emploie 3.300 personnes, expliquent le PDG, Raymond Doizon et le médecin du travail, Yves Dopsent. Ce qui nous anime avant tout, c’est la santé au travail des salariés et ce, tout au long de la vie. Un comité de sécurité a été créé en 1945, deux ans avant la loi. Un médecin du travail exerce dans l’entreprise depuis 1951, six ans avant la loi ! Dès 1987, nous avons élaboré un plan pour les personnes handicapées. » Sont ainsi prévus, pour le recrutement, le remplacement des personnes handicapées, un taux de 3% pour les embauches, le recensement des compétences locales (toute demande spontanée est systématiquement accueillie par le médecin du travail), l’évaluation des personnes en recherche d’insertion, la formation des nouveaux embauchés en fonction du handicap. Soixante mois par an sont réservés à des travailleurs handicapés saisonniers : « Nous réalisons des études de compatibilité entre le handicap et les postes de travail ; nous utilisons les contrats de sous-traitance avec les CAT et accueillons en stage de formation, des jeunes de l’enseignement spécialisé. Par ailleurs, la taxe d’apprentissage versée prioritairement vers les établissements spécialisés. » A l’interne, un plan d’adaptation aux mutations technologiques est mis en place afin de maintenir en permanence, les postes adaptés. Depuis 1991, l’entreprise a embauché 92 unités embauchées en CDI, 86 en CDD, assuré 845 mois de travail saisonnier, formé 31 personnes. « Nous avons investi plus de 630.000 euros pour les actions de ce plan. D’un quota de 4,70%, nous sommes aujourd’hui à plus de 6%, soit 164 personnes. Grâce à ces différentes actions, les maladies professionnelles ont baissé de 30% sur les trois dernières années et le nombre de jours d’arrêts de travail a été divisé par deux. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *