Des petits-déjeuners entre personnes handicapées et chefs d’entreprise

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

2005.07.Agefiph_Infos.photo.jpgLa CGPME, qui rassemble quelque 1100 entreprises en Loire-Atlantique, propose depuis 2002 aux personnes handicapées en recherche d’emploi, des petits-déjeuners, avec la participation de l’Agefiph, afin de rencontrer, très directement, des chefs d’entreprise. « Leur but, explique Jacqueline Guiheneuf, chargée de mission à la CGPME, est de permettre la rencontre informelle entre demandeurs d’emploi et chef d’entreprise, qui ne sont pas forcément en cours de recrutement, afin de mieux comprendre les problématiques de l’entreprise qui recrute, d’améliorer son discours et son CV. Un parrainage… Pour l’entreprise, c’est aussi une occasion de découvrir les potentialités des candidats et faire connaître son offre de service. »
Photo (de gauche à droite) : Michel Sorin, Jacqueline Guiheneuf, Eric-François Besnard, Jeanne Zitoun.

Article paru dans Agefiph Infos n° 52, juillet 2005
Directrice de la publication : Claudie Buisson
Rédactrice en chef : Nadia Guiny
Texte et photo : Tugdual Ruellan

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
2005.07.Agefiph_Infos.52.pdf

2005.07.Agefiph_Infos.52.photo_originale.jpg Le 30e petit-déjeuner a eu lieu le 13 mai dernier. A cette date, 224 personnes handicapées avaient bénéficié de l’action et rencontré 64 chefs d’entreprises, dont un tiers participe très régulièrement à l’initiative. Pour Pauline Lannion, chef d’entreprise, présente depuis le début, « ces rencontres directes, bien que conviviales, sont sans concession ni langue de bois. Nous éradiquons les hypocrisies et construisons une relation de confiance qui permette aux personnes handicapées de se confier, se révolter, questionner, comprendre, se remettre en question mais aussi, sourire, imaginer, construire. »

Jeanne Zitoun, responsable en ressources humaines au cabinet Atlantic conseil : « Les chefs d’entreprise, qui participent à ces petits-déjeuners, se sont sentis investis d’une mission sociale, citoyenne. Face à un chef d’entreprise, il faut savoir synthétiser son parcours pour mieux cibler son secteur professionnel et créer l’accroche avec le recruteur. Souvent, les personnes méconnaissent le secteur d’activité auquel elles proposent leurs services. Ces petits-déjeuners sont aussi pour nous l’occasion de découvrir des candidats cachés. »

Michel Sorin, ABC Gaz, garagiste à Saint-Herblain : « Notre objectif est de définir les qualités humaines et professionnelles des candidats qui nous sont présentés de manière à ce que demain, ils puissent venir satisfaire les besoins d’une entreprise. »

Eric-François Besnard, créateur d’une activité en prestations d’intérim, Treillières : « Les adhérents dirigent de petites structures dans lesquelles le côté humain prédomine ; plus naturellement, ils ont tendance à s’entourer de gens dont ils cherchent les compétences avant de voir les différences. L’idée est d’ouvrir un cercle de connaissances, de réseaux supplémentaires. L’emploi caché est important : on estime que plus de 60% des offres d’emploi et de recrutement, stages ou contrats, se font par bouche à oreille, par les réseaux et sont traitées en direct. »

Tugdual Ruellan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *