Le charango déclaré patrimoine national bolivien

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - musique

2008.04.11.OF.dern.page.festival_charango.photo.jpgAilleurs…
Compagnon de l’Indien de l’altiplano
Le charango est cette petite guitare, faite d’une carapace de tatou, qu’utilisent les joueurs de musique traditionnelle de toute l’Amérique du Sud, de la pointe de l’Argentine jusqu’au Venezuela. Ce soir, à Paris, les grands maîtres de Bolivie, lui font la part belle à l’occasion du premier festival européen.
Festival du charango, 11 avril 2008, à la Maison de l’Unesco à Paris (contact : 06 84 76 74 79 ou 06 78 80 83 45).
Photo : Christian Tintaya, musicien Bolivien à Rennes.

article paru dans Ouest-France (dernière page – toutes éditions), 11 avril 2008
Chef de rédaction : Yvon Lechevestrier
Texte : Tugdual Ruellan
Photo : Philippe Chérel

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
2008.04.11.OF.dern.page.festival_charango.pdf

La carapace du quirquincho – nom indien du tatou – s’anime, les cinq paires de cordes résonnent des mille voix venues des Andes. Belle revanche prise au 16e siècle par l’Indien qui a su adapter à sa guise la guitare du conquérant occidental venu chercher l’or. Au fil des siècles, il est devenu l’instrument emblématique de Bolivie et conte la peine des hommes. Tant et si bien que le gouvernement d’Evo Morales l’a déclaré patrimoine culturel national. Le petit instrument a désormais sa journée, chaque 15 janvier, date de naissance de l’un des grands maîtres, Mauro Núñez Cáceres, Il a aussi sa journée internationale : le 6 avril, date de la création de la Société bolivienne du charango. Les jeunes musiciens ne l’ont pas rangé au placard. Mieux, ils l’ont électrifié et habillé aux couleurs du jour. Pour l’organisateur, Pedro Condori, installé en France, « l’instrument n’a jamais cessé d’évoluer. On découvre de nouveaux talents et de multiples façons de jouer, dans le monde entier… Il est devenu universel.» Tugdual RUELLAN.

A.Coca_-_festival_charango_Paris__2_.JPG
Parmi les invités, le grand maître bolivien, Alfredo Coca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *