Quand patrons et syndicats travaillent main dans la main pour l’insertion

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

Huit ans de collaboration en Ille-et-Vilaine
DES 1987, l’Union patronale d’Ille-et-Vilaine et les organisations syndicales CFDT, CFTC, CGC, FO affirmaient leur désir de travailler conjointement pour favoriser l’insertion professionnelle des personnes handicapées. Cinq ans plus tard, en mars 1992, une convention de partenariat est signée entre l’AGEFIPH, la DDTE, l’Union patronale et l’Association pour le développement de l’emploi et l’insertion des personnes handicapées (Adelih) : les signataires s’engagent à mettre en oeuvre des actions favorisant l’emploi et l’insertion de mille personnes handicapées en trois ans. Malgré un contexte économique difficile, l’objectif est aujourd’hui atteint.

Article paru dans Agefiph Infos n° 8, octobre 1995
Directeur de la publication : Jean-Louis Ségura
Texte : Tugdual Ruellan

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
[1995.10.Agefiph_Infos.08.01.pdf|/public/Agefiph/Agefiph_Infos/1995.10.Agefiph_Infos.08.01.pdf

A l’heure de l’évaluation, alors que vient d’être signée une nouvelle convention de 500 placements par an, les différents partenaires souhaitent s’impliquer davantage et développer plus particulièrement certains axes du programme. De leur côté, les organisations syndicales souhaitent approfondir la réflexion au sein même de l’entreprise : « Nous avons réalisé que notre implication était trop politique et insuffisamment opérationnelle. confient les responsables. Toutes les parties doivent s’impliquer dans la politique d’insertion : direction. cadres et représentants des salariés. Les quatre syndicats proposent d’embaucher un professionnel qualifié, chargé du suivi de l’action-emploi des personnes handicapées. Il aurait pour mission de développer l’information, la sensibilisation et la formation des élus des différentes instances de représentation du personnel, il serait aussi chargé de la mise en oeuvre des accords d’entreprise, d’identifier un référent salarié au sein de l’entreprise et de prévenir le risque de rupture du contrat de travail. Parallèlement, l’union patronale a imaginé, elle aussi, une action en direction des entreprises : « Elle reposera sur une information systématique de ses adhérents, entreprises et branches professionnelles et sur la mise en oeuvre de diagnostics et de conseils visant à étudier et mettre en place les solutions les mieux adaptées. Des deux côtés s’affirme la volonté de travailler ensemble : « Nous avons jeté une passerelle. La confrontation entre les deux logiques, celle de l’entreprise d’une part, celle des organisations syndicales d’autre part, devrait favoriser à terme l’insertlon des personnes handicapées et d’une certaine manière, lutter contre l’exclusion. Les deux actions seront conduites dès le mois d’octobre, et jusqu’en 1996, en liaison étroite avec l’AGEFIPH et les différents partenaires du plan départemental d’insertion. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *