Insertion des personnes handicapées : le rôle exemplaire joué par le Morbihan

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

1994.09.Agefiph_Infos.04.03__photo_.jpgLe deuxième plan départemental pour l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés a été signé le 27 juin dernier à Lorient, par l’Etat, l’ADIEPH (Association départementale pour l’insertion des travailleurs handicapés), l’Union patronale interprofessionnelle, l’union professionnelle artisanale et l’AGEFIPH. Objectif : réaliser 1 000 placements en entreprise et 1 000 actions de formation d’ici à 1996. Le Morbihan joue, au niveau de l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés, un rôle exemplaire. Le département a bénéficié à ce titre, en 1993, de 40 millions de francs de l’AGEFIPH, soit 6,4 fois plus que la contribution versée par les 250 entreprises assujetties, cela certainement parce que les acteurs concernés ont su mettre en place les conditions nécessaires à l’insertion. Tout d’abord en créant l’ADIEPH, une association fédérant tous les organismes tant privés que publics du département, puis Atlas, EPSR de droit privé.

Article paru dans Agefiph Infos n° 3, septembre 1994
Directeur de la publication : Jean-Louis Ségura
Texte : Tugdual Ruellan

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
1994.09.Agefiph_Infos.04.03.pdf

Développer les accords d’entreprise
Associations, service public de l’emploi, union patronale, union artisanale, syndicats… se sont fortement mobilisés », explique le président Pascal Mabin. « L’ADIEPH est devenue un lieu de concertation où l’ensemble des partenaires se retrouve pour débattre ». En 1992, un premier plan départemental était signé, avec pour objectif 500 placements. Les résultats de cette initiative n’ont pas tardé à se faire sentir puisque le taux moyen de travailleurs handicapés dans les entreprises assujetties, qui était de 3,96% en 1991, est passé à 5,13% en 1992, puis à 5,38% en 1993. Le Morbihan compte 595 entreprises d’au moins vingt salariés qui emploient 1 985 personnes handicapées et 16 000 entreprises de moins de vingt salariés qui emploient de 2 500 à 3 000 personnes handicapées. Cependant, 1 500 personnes handicapées sont toujours à la recherche d’un emploi et la COTOREP voit augmenter chaque année de 300 le nombre de demandes de reconnaissance de travailleur handicapé. Un second plan a donc été élaboré pour poursuivre l’action engagée. Conçu sur trois années, il prévoit de développe les accords d’entreprise (deux ont déjà été signés), de favoriser la sortie de 51 personnes handicapées des structures de travail protégé vers l’entreprise, de mettre en place 1 000 actions d’insertion et 1 000 actions de formation. Dernier objectif enfin : atteindre 6% de bénéficiaires dans les entreprises assu jetties à la loi de 1987, soit la création di 210 emplois nouveaux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *