Une histoire des petites salles de cinéma en milieu rural, en Ille-et-Vilaine

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - développement local

NVI_n_61__1__photo.jpgL’Ille-et-Vilaine se distingue par la vivacité de son cinéma en milieu rural. Trois amis de Montfort-sur-Meu viennent de faire paraître, après cinq années de patient collectage, un livre de 400 pages qui raconte l’histoire de ces petites salles et de ceux qui les animent.

Article paru dans Nous, Vous, Ille n° 61, juillet 2003
Rédactrice en chef : Florence Séguret
Texte : Tugdual Ruellan
Photo : Thomas Crabot

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
NVI_n_61__1__.pdf

Le témoignage de René Nogues, qui préside, depuis 1942, le cinéma La Cane à Montfort- sur-Meu, touche pro-fondément Maurice Blanchard et Marcel Perrichot. Les deux retraités sont membres de l’association qui gère le cinéma, passionnés d’histoire locale et d’histoires de vie. L’homme est intarissable et se souvient avec émotion des premiers jours où le cinéma a fait son apparition dans la commune de cette salle aux murs de briques rouges apparentes, au sol en terre battue, juste recouvert d’une couche de sciure pour éviter que la poussière ne se soulève, de ce grand poêle à bois qui ronfle durant les séances d’hiver. « Ce n’est qu’au cours de l’hiver 1943-1944 que la cabine et les appareils se sont modernisés, raconte -t-il ; on a alors mis en place de véritables sièges acquis dans une salle du côté de Dinan. » « Nous nous sommes dit qu’il fallait écrire cette histoire, elle était trop belle pour sombrer dans l’oubli. Mais nous étions débordés par mille autres activités », expliquent Maurice Blanchard et Marcel Perrichot. Le projet prend corps en 1997. Un autre passionné les rejoint : Jean Piccand, ancien enseignant.
Magnétophone en bandoulière. les trois hommes sillonnent les routes du département. Le premier entretien se fait à Plélan-le-Grand avec Marcel Lechartre. L’homme a commencé comme caissier en 1936 avant d’exercer comme opérateur jusqu’en 1975. Les rendez-vous se succèdent. Les bénévoles racontent, les souvenirs surgissent. Les 35 salles d’Ille-et-Vilaine font l’objet d’une investigation (les salles rennaises, elles, ont déjà fait l’objet d’un précédent ouvrage). Le Centre national de la cinématographie les encourage à poursuivre leurs travaux. L’écomusée du pays de Montfort apporte son concours. Le graphiste Yves Bigot accepte de les accompagner dans l’aventure. En 2003. l’ouvrage paraît, organisé autour de trois grands thèmes : les évolutions au cours du siècle, des instances et des hommes et des salles et des hommes. Au cours de l’écriture du livre, trois nouvelles salles verront le jour à Chateauguon, Bréal-sous-Montfort et Bruz. « Tous les gens que nous avons rencontrés rendent vivants, sans le savoir forcément, les projets de décentralisation culturelle. Ce sont de véritables professionnels de l’animation des campagnes. Nous voulons montrer qu’il y a toujours un cinéma, qui se bat au-delà des pressions du marché et de la standardisation avec un vrai rôle éducatif et pédagogique. »
Tugdual Ruellan.
Contact : Maurice Blanchard (02 99 09 02 37) ou Marcel Perrichot (02 99 09 18 41).
Le livre: « Les cinémas se racontent en Ille-et-Vilaine » (45 €) est disponible auprès des auteurs ou dans certaines librairies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *