L’entrée en 6e ou la découverte des années collège en Ille-et-Vilaine

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - éducation

NVI_n_54__1_.jpg47 657 élèves ont repris le chemin du collège début septembre en Ille-et-Vilaine. Parmi eux, 12 168 ont fait leur entrée en sixième. Une classe importante, chacun le sait, qui fait l’objet, cette année, d’orientations nouvelles. Le ministre de l’éducation national, Jack Lang, a fixé en avril dernier les actions à privilégier pour conserver au collège sa fonction de « creuset social ».

Dossier paru dans Nous, Vous, Ille n° 54, octobre 2001
Rédactrice en chef : Florence Séguret
Texte : Tugdual Ruellan
Photos : Thomas Crabot

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
NVI_n_54__1_.pdf

L’accent est mis, à partir de cette année 2001 -2002, sur l’accueil des élèves de sixième et le lien avec le primaire, l’accompagnement du travail personnel, l’aide particulière aux élèves qui rencontrent des difficultés et le rôle accru des arts et de la culture. Pour mener à bien ces missions, les équipes pédagogiques – responsables d’établissement, professeurs, conseillers d’éducation, personnels administratifs et de santé… – vont bénéficier d’une plus large autonomie. Les heures d’études dirigées, d’aide individualisée, de remise à niveau sont globalisées. À chaque collège de les adapter aux besoins spécifiques des élèves accueillis. En Ille-et-Vilaine, beaucoup d’établissements ont déjà anticipé ces orientations. Nous, Vous, Ille a traqué les initiatives un peu partout dans le département. Les bonnes idées pédagogiques, bien sûr. Mais le collège ne se limite pas aux cours. Santé, violence, citoyenneté : le collège est à lui seul une mini société. La parole est donnée à ceux qui préviennent, éduquent, écoutent ou soignent. Bonne année scolaire à tous !

Les règles d’une vie en société
« La vie scolaire est l’affaire de tous » rappelle l’Éducation nationale, À Redon et à Bruz, les collégiens prennent eux-mêmes en main leur destin.

Des délégués bien formés à Redon
Au collège du Cleu Saint-Joseph à Redon, très vite, l’élève est invité à prendre des responsabilités en devenant., notamment., délégué de classe. « Il s’agit pour nous d’une véritable formation à la citoyenneté et à la responsabilisation des jeunes, insistent Claude Ménard, directeur et Christophe Burguière, conseiller principal d’éducation. Le collège est un lieu de vie dans lequel les enfants doivent se sentir acteurs. L’élection des délégués participe de ce climat de communauté éducative. » Une semaine d’information préalable est proposée dans toutes les classes par les professeurs principaux : on y évoque les droits et les devoirs du délégué, notions que retrouve l’élève dans un dépliant qui lui est distribué. La semaine suivante, les jeunes qui le souhaitent déposent leur candidature et entament leur « campagne électorale ». « On devient délégué parce qu’on a été élu. Les candidats se présentent dans une fiche, exposent leur programme, leurs motivations. Ils peuvent aussi afficher leur profession de foi dans la classe. » Une formation est proposée aux candidats pour qu’ils affinent leurs engagements. Vient ensuite l’élection, fin octobre. « Nous la ferons cette année avec de vrais isoloirs et une urne dans une salle de vote. » Les heureux élus suivent deux autres journées de formation, dont une à l’extérieur de l’établissement pour découvrir, à travers des jeux de rôle, la conduite de réunion, le fonctionnement de l’établissement, la préparation d’un projet de classe, la prise de parole… « Nous formons les citoyens de demain. Nous avons vu ainsi se mettre en place spontanément, des projets d’entraide, des voyages de classe, diverses initiatives comme la mise en place de corbeilles à papier dans l’école. » L’établissement entend responsabiliser encore davantage les élèves : à l’issue de l’élection, qui rassemblera 60 délégués (2 par classe), un conseil des jeunes verra le jour avec son président, vice-président, secrétaire et trésorier. « Moteur de la vie de l’établissement, ce conseil pourra mettre en place différentes commissions : environnement, vie scolaire, commission pastorale, communication… Le président sera membre de droit du conseil d’établissement. »

Des élèves médiateurs au collège privé de Bruz
Confronté à des violences verbales de la part de certains élèves, le collège Saint-Joseph de Bruz a décidé l’an passé, de former des élèves médiateurs. « L’expérience a déjà fait ses preuves, surtout en région parisienne, explique le directeur, Alexis Bosman. Une douzaine d’enfants ont accepté de se lancer dans l’aventure. » Un élève médiateur est d’abord un élève écoutant : ni juge, ni agent de police, il a pour mission d’écouter les plaintes éventuelles, les antagonistes d’un conflit. « Ce sont des miroirs. Ils interviennent toujours à deux et tentent de faire remonter la racine du conflit, sans la présence d’un adulte. » La photo des élèves médiateurs est affichée aux quatre coins de l’établissement scolaire. Chacun peut les solliciter en cas de difficulté. « Leur but, poursuit Stéphane Michot, conseiller principal d’éducation, est de tenter de résoudre le conflit dans l’échange, la discussion, l’écoute, la mise en évidence de la source et de la raison du conflit. Il n’y a aucune sanction au final. » Dans plusieurs établissements scolaires, l’expérience fait ses preuves. « Cela reste bien sûr un travail de longue haleine, mais de nombreux conflits se gèrent ainsi. Les élèves qui ont accepté de remplir cette fonction en tirent un profond enrichissement. Nous souhaitons élargir cette année la réflexion à l’ensemble des élèves. La médiation est au cœur de la formation humaine et citoyenne. »
Tugdual Ruellan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *