Cent ans de vie associative : la loi de 1901 libère les initiatives

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - démocratie

NVI_n_51__1_.jpg« L’union fait la force ». L’adage a, depuis 1901, fait florès. Près d’un Français sur deux, nous dit-on, serait membre d’une association ! Pour fêter ensemble cent ans de vie associative, Nous, Vous, Ille consacre son dossier trimestriel à cette spécificité bien française. 850 000 associations ont vu le jour en France depuis la proclamation de la loi 1901 présentée par le Nantais Pierre Waldeck Rousseau. Et notre département d’Ille-et-Vilaine affiche, à lui seul, le nombre impressionnant de 28 750 associations !
Nous revenons sur la riche histoire du mouvement associatif. Du début du siècle, qui voit la naissance d’associations sportives comme celle de la Tour d’Auvergne et du cercle Paul-Bert à Rennes ou encore de la société hippique de Dinard en 1912… jusqu’à l’explosion de ce phénomène dans les 30 dernières années. Culture, loisirs, environnement, humanitaire… l’action associative change avec la société. Même si le fait associatif s’est banalisé, les valeurs qui s’y rattachent, comme l’engagement et le bénévolat, restent fortes. Nous commençons une véritable « tournée » départementale des associations. À la rencontre de celles et ceux, bénévoles ou salariés, qui sont passés à l’action. Sans prétendre être exhaustive, cette première vague de témoignages au pays des associations nous conduira à lever le voile, numéro après numéro, sur d’autres initiatives. De celles qui donnent envie, à son tour, d’agir.

Articles parus dans Nous, Vous, Ille n° 51, janvier 2001
Rédactrice en chef : Florence Séguret
Texte : Tugdual Ruellan
Photo : Marc Loyon
Dessins : Bélom

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
NVI_n_51__1_.pdf

Avec Marco Felez, les jeunes du pays de Redon se sont remis à rêver
Fils de mineur, Marco Félez a grandi dans les corons du Nord, baigné de culture associative et collective. Armé d’un diplôme de hautes études en pratiques sociales, obtenu au Collège coopératif de Bretagne, il prend à Redon, en 1995, la direction de la Fédération d’animation rurale des pays de Vilaine. « La Fédé est aujourd’hui reconnue comme structure d’accompagnement au développement local. Elle développe, au sein des foyers de jeunes des 56 communes du pays, une politique de service auprès de la popu¬lation. Elle a su se professionnaliser et passer des conventions avec des partenaires afin de travailler dans la durée. » Les débuts de la mission sont difficiles : « Marco, tu nous demandes de rêver, mais comment veux-tu, avec ce que l’avenir nous réserve ! » lui lancent les jeunes, inquiets. À force de ténacité, de rigueur et de passion, l’équipe de la Fédé va pourtant parvenir à semer de l’espoir. Avec la bourse initiative jeunesse, les jeunes montent leurs projets : des courses de solex ou de VTT, des concerts, des échanges avec l’Écosse ou le Viêt-Nam, bientôt avec l’Afrique… À l’initiative du Chasse-Marée naissent les yoles du pays de Vilaine. Avec la commission inter-foyers, le festival des Folliards prend son envol : « On se rendait compte que les jeunes avaient du plaisir à se retrouver entre eux, dans leur commune. Avec le festival, fête de la jeunesse et de l’initiative, on propose de mettre en lumière tout ce qui se fait dans l’ombre. C’est devenu une vitrine, un lieu de rencontre, d’échange artistique, de débat autour de thèmes comme la paix ou la lutte contre la discrimination. Un lieu où l’on s’exprime, où l’on rêve… »
Fédération d’animation rurale des pays de vilaine, 10, rue du port, 35600 Redon.
Tél. 02 99 72 17 46.

Rose Sébillet aide les femmes à rompre l’isolement
Depuis sept ans, les femmes du pays de Redon et de Vilaine ont la possibilité de se retrouver, d’échanger pour sortir de l’isolement : « Notre association est née à la suite d’une réflexion lancée par la mission locale et le centre d’information aux droits des femmes », explique Rose Sébillet, au coeur du projet depuis l’origine. Six groupes fonctionnent aujourd’hui, animés de valeurs communes. La dynamique est basée sur l’échange de savoirs. Il peut s’agir de partager une recette de cuisine, une décora¬tion d’art floral, un livre, une simple réflexion… « Tous les savoirs sont égaux et sources d’enrichissement, sans concurrence ni rivalité. Des solidarités sont nées. On partage des tâches, des responsabilités, en aucun cas du pouvoir. Certaines femmes deviennent des relais et s’impliquent dans la vie locale. C’est un véritable creuset d’énergie. »
Femmes et vie locale du pays de Redon et de Vilaine, 20 rue du Parc des sports, 44460 Saint-Nicolas-de-Redon. Tél. : 02 99 71 46 70.

A Redon, le flambeau de la tradition populaire
Le Groupement culturel breton des pays de Vilaine a fortement contribué à revaloriser la tradition populaire. Les jeunes ont désormais repris le flambeau. Ils sont plus de 450 à se retrouver régulièrement à l’école de musique traditionnelle pour s’initier à l’art de la bombarde, du violon ou de l’accordéon diatonique. « Il y a 20 ans, quand on jouait, on était militant, souligne le président Gilbert Hervieux. Aujourd’hui, ce qui anime les jeunes est apolitique. Ils écoutent toutes sortes de musique, sans a priori. Ils jouent pour la beauté de l’instrument, le plaisir d’êtr ensemble ou de faire la fête. A travers la musique, il y a un brassage de générations, de populations. On retrouve un esprit communautaire. La musique traditionnelle appartient à tout le monde et tout le monde se retrouve à travers elle. »
Groupement culturel breton des pays de Vilaine, 6, rue des Ecoles 35600 Redon.
Tél. 02 99 71 45 40.

Tugdual Ruellan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *