Paroles de profs : Catherine Brault, professeure d’anglais à Redon

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - éducation

NVI_n_50__2__photo.jpgC’est quoi, l’état d’esprit d’un prof à l’heure de la rentrée ? Les enseignants sont-ils tous désabusés ? Pourquoi choisissent-ils ce métier ? Comment le voient-ils évoluer ? Juste avant leur retour en classe, début septembre, nous avons rencontré huit profs de collège et une enseignante de UA. Une chose est sûre : ils ne font pas ce métier à la légère. Ne cessent de s’interroger. Sont intéressés par leurs élèves. Et ont le trac avant la rentrée ! Rencontre avec Catherine Brault, professeure d’anglais depuis 19 ans d’une classe de 5e européenne au collège Bellevue de Redon.

Article paru dans Nous, Vous, Ille n° 50, octobre 2000
Rédactrice en chef : Florence Séguret
Texte : Tugdual Ruellan
Photo : Charles Crié

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
NVI_n_50__2_.pdf

« J’ai deux passions : les enfants et l’Anglais avec un grand A. Je vais régulièrement en Angleterre. J’aurais pu m’orienter vers l’interprétariat. J’ai choisi de rester avec les enfants. Des chansons de variété à Shakespeare, cette matière ouvre un large éventail ! La rentrée se prépare bien en amont. Dès le mois de juin, nous savons quel genre de classe nous aurons. Tout au long des vacances, je travaille beaucoup avec mon mari, professeur de français dans un lycée privé. Nous préparons les grands projets de l’année scolaire à venir, ceux qui nous tiennent à coeur. Nous essayons d’avoir des idées nouvelles. Le sacro-saint programme, il est possible de l’utiliser comme on veut. Je le vois comme une trame autour de laquelle je brode. Bien sûr, certains thèmes, certains auteurs sont incontournables. Je parle de Shakespeare tous les ans, mais jamais de la même façon.
Certains pensent encore que la vie d’un prof se résume à la vingtaine d’heures de cours hebdomadaires. L’an passé, en comptant un projet d’échange avec une classe de Finlande, il m’est arrivé de faire 79 heures dans une semaine ! Les temps de repos permettent de se ressourcer et de se renouveler. Lorsque la rentrée approche, je commence à faire des choses très concrètes : par exemple, je conçois mes propres fiches individuelles pour mieux connaître les élèves. Le stress augmente au fur et à mesure que la date approche. Inutile de vous préciser que le dimanche qui précède, je ne dors quasiment pas.»
Tugdual Ruellan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *