L’abbaye de Paimpont se refait une beauté

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - patrimoine

NVI_n_49__9__photo.jpgUn chantier ouvrira en fin d’année pour restaurer ce joyau du patrimoine départemental.
L’abbaye de Paimpont souffre du poids des ans. Une importante opération de rénovation et de sauvegarde se met en place. « Le projet de rénovation est arrêté, précise Marc Le Mésle, ingénieur des services culturels à la Direction régionale des affaires culturelles. Il a fait l’objet d’une élude préalable réalisée par Hervé Chouinard, architecte en chef des Monuments historiques, approuvée par le Conservateur régional des Monuments historiques puis présentée aux différents partenaires. Elle a permis de dresser un bilan sanitaire du choeur et du transept, et de fixer les objectifs et le coût de la restauration. »

Article paru dans Nous, Vous, Ille n° 49, juillet 2000
Rédactrice en chef : Florence Séguret
Texte : Tugdual Ruellan
Photo : Franck Hamon

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
NVI_n_49__9_.pdf

Les travaux ont pour objectif de remettre en état le choeur et le transept : « Il s’agit de restaurer les peintures médiévales de la voûte, les lambris, les vitraux est et sud ainsi que le baldaquin, les retables, la chaire et les vitraux de la rose et du bras. » Nous profiterons de ces travaux pour tenter de retrouver trace des anciennes peintures polychromes afin de les restituer sur les arcs et voûtes de la croisée et du bras sud. La voûte lambrissée, construite au XIXe en remplacement d’une voûte de pierre effondrée, sera également restaurée. Il reste à lancer les appels d’offres. Le projet global atteint les 7 millions de francs. Le Département (45 %), la Région (32.5%), l’État (12.5%) et la commune (10 %) participent aux dépenses.
Tugdual Ruellan.

Un peu d’histoire…
Créée au XIIe siècle, l’abbaye doit son origine à un ermitage fondé au VIIe siècle par Judicaël, alors roi de Bretagne et moine de Saint-Méen. L’église est reconstruite au XIIIe siècle puis remaniée ou XVe. Elle est agrandie d’une galerie au sud au XVIIe siècle. La nef abrite un remarquable ensemble de boiseries et un retable datant de cette époque. La sacristie enferme son joyau : le bras reliquaire de Judicaël, pièce d’orfèvrerie du XVe siècle, et un Christ d’ivoire du XVIIe siècle.

A LIRE EGALEMENT :

  • A Saint-Thurial : une pistede skate-board grâce au conseil municipal des jeunes ;
  • A Monterfil : goûtez à l’air du temps, épicerie-bar-restaurant ouvert par Philippe Orain et Christophe Chapin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *