Handicapés-valides : une classe d’intégration scolaire à Joseph-Lotte à Rennes

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

NVI_n_46__1__photo.jpgL’école primaire Joseph-Lotte accueille pour la deuxième année consécutive des enfants handicapés moteurs. C’est le seul établissement de ce type en Ille-et-Vilaine.
Comme les autres enfants, cette année, Lucie a fait sa rentrée scolaire à Rennes, à l’école Joseph-Lotte. Comme les autres enfants, Lucie a pris soin de préparer son cartable, sa trousse et ses cahiers, impatiente de retrouver les amies. Lucie a eu neuf ans en juin dernier. Infirme moteur-cérébrale, se déplaçant en fauteuil électrique, elle a retrouvé pour la seconde année la classe d’intégration scolaire (Clis) qui accueille d’autres enfants handicapés comme elle, parmi d’autres enfants valides. La seule du département à accueillir des enfants handicapés moteurs.

Article paru dans Nous, Vous, Ille n° 46, octobre 1999
Rédactrice en chef : Florence Séguret
Texte : Tugdual Ruellan
Photo : Philippe de Poulpiquet

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
NVI_n_46__1_.pdf

« Dès l’âge de 18 mois, notre fille a pu être intégrée en milieu ordinaire, confient ses parents, Dominique et Jean-Yves Le Houezec. Mais c’est un vrai parcours du combattant. Nous avons rencontré nos premières difficultés lors de l’inscription à la crèche. La directrice n’était plus d’accord quand elle l’a vue ! Il nous a fallu attendre quatre mois pour trouver une solution ». Grâce à l’accompagnement de deux tierces personnes, Lucie peut suivre deux années de maternelle à l’école Léon-Grimault de Rennes. Les difficultés apparaissent en grande section et il faut à nouveau trouver une solution : « Nous nous sommes alors tournés vers Pontchaillou. Lucie y est restée trois ans. Mais l’école dans un hôpital. c’est démoralisant… »

En septembre 1998, une lueur d’espoir se fait jour avec l’ouverture d’une classe d’intégration à Joseph-Lotte, à titre expérimental. « Voilà longtemps que nous avions cette idée, se rappelle Adrienne Fromentin, directrice de l’école. Tout le personnel était prêt. Le projet permet aux enfants d’être pris en charge comme les autres et de bénéficier d’un suivi très personnalisé ». Cette année, quatre enfants handicapés, dont un de Saint-Malo, se sont inscrits. « Paradoxalement, poursuit Adrienne Fromentin, je manque de candidatures. Je pense que les parents ne sont pas suffisamment informés ».
Dominique et Jean-Yves Le Houezec peuvent souffler. Lucie a trouvé une école et la rentrée s’est faite sous le signe de l’espoir. Bien sûr, l’établissement se trouve à l’autre bout de la ville et Lucie doit supporter une heure de trajet chaque jour. Évidemment, cela mobilise beaucoup de personnes. Leur présence est, à chaque rentrée, remise en question. Et l’on attend avec impatience une salle de rééducation pour que les soins de kinésithérapie puissent se faire au sein même de l’école… Mais rien ne satisfait plus Dominique et Jean-Yves que de voir Lucie tisser des relations avec les autres enfants : « Elle est autonome et n’arrête pas de progresser depuis qu’elle est dans cette école. Nous avons eu de la chance. Et pour les enfants valides, c’est aussi bénéfique. La mixité crée un climat d’entraide et de compréhension ».
Tugdual Ruellan.

Contact :
Association départementale des infirmes cérébraux à Vern-sur¬seiche : 02 99 00 40 45
École Joseph Lotte : 02 99 54 43 57.

L’Ille-et-Vilaine compte 16 classes d’intégration scolaire en école publique (15 pour des enfants handicapés mentaux, 1 pour des enfants handicapés moteurs) et 2 en école privée. Une unité pédagogique d’intégration (UPI) vient d’être mise en place, à titre expérimental, au collège Cleunay à Rennes, pour les enfants de 11 à 16 ans. Les collèges du Landry et de Villejean-Malifeu sont accessibles pour accueillir de Jeunes handicapés. Ces dernières années, les tierces personnes étaient souvent des appelés du contingent. La disparition du service national pose à nouveau la question de l’accompagnement : « Nous réfléchissons à la mise en place d’un service d’auxiliaires d’Intégration qui seront des emplois-jeunes. Ils accompagneront les élèves handicapés dans les structures scolaires », explique Jean-Marie Pichon, inspecteur de l’Éducation nationale, chargé en Ille-et-Vilaine, de l’adaptation et de l’intégration scolaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *