Le chantier humanitaire de douze Redonnais à Curtisoara en Roumanie

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - solidarité

NVI_n_42__1__photo.jpgDes apprentis maçons du pays de Redon ont passé un mois à Curtisoara en Roumanie. De l’humanitaire comme facteur d’insertion.

Douze jeunes du pays de Redon, actuellement en formation aux métiers du bâtiment au Greta, viennent de vivre une aventure hors du commun. Dans le cadre d’un projet initié par l’association Redon-Curtisoara-Saint-Nicolas-Teslui, ils ont vécu un mois d’été dans la petite ville roumaine de Curtisoara pour y rénover un ancien commissariat et le transformer en… gîte d’accueil et école maternelle. Un vaste chantier qu’ils ont conduit de main de maître avec les jeunes Roumains, associés à l’aventure.

Article paru dans Nous, Vous, Ille n° 42, octobre 1998
Rédactrice en chef : Florence Séguret
Texte : Tugdual Ruellan

article téléchargeable en cliquant sur le lien :
NVI_n_42__1_.pdf

« Voilà trois ans que nous travaillons à la construction de ce projet, explique Gérard Maillard, président de l’association Redon-Curtisoara. Nous l’avons présenté à la Mission locale qui a été enthousiasmée par le double objectif : à la fois aider un village roumain et contribuer à l’insertion de jeunes dans le monde du travail. » Le Greta, organisme de formation retenu pour l’occasion, lançait en mai dernier une préqualification aux métiers du bâtiment. « Elle a permis aux jeunes de découvrir plusieurs corps d’état et de définir un projet professionnel précis dans le secteur du bâtiment », expliquent la coordonnatrice Catherine Durand et Laurent Péronne, directeur de la Mission locale, Une première équipe de six jeunes est partie sur les lieux, en juillet, remplacée par une seconde équipe de six autres jeunes au mois d’août. « Malgré un niveau de vie assez bas, ce sont des gens très cultivés qui nous ont accueillis, racontent les jeunes Français, encore émus par la rencontre. Les discussions n’ont pas manqué le soir autour du feu: La tâche qui attendait les apprentis maçons était énorme. »

Comment se faire comprendre avec la barrière de la langue, la différence de points de vue, sans compter l’approvisionnement des matériaux qui ne suivait pas toujours…« A force de patience, d’heures supplémentaires et de beaucoup d’improvisation, le chantier a pris corps. Le plâtre frais a peu à peu remplacé l’enduit vétuste. Début septembre, les petits Roumains ont pu faire leur rentrée dans une classe toute neuve. Pour le plus grand bonheur de Goulven, Anthony, Christelle, Fabien, Xavier, Aurélien et les autres, qui n’ont désormais qu’une idée en tête : retourner très vite là-bas pour une nouvelle gâchée de plâtre…
Tugdual Ruellan.
Le projet de l’association redonnaise est soutenu par Solidarité 35 Roumanie, chargée de coordonner les différentes actions en Ille-et-Vilaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *