Signes Particuliers : « L’essentiel, c’est la poésie »

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

2002.02.SIGNES_PARTICULIERS.lettre__1__copie.jpg« L’essentiel, c’est la poésie » (Léopold Sedar Senghor).
« Dans notre précédente lettre, nous vous avions promis une nouvelle présentation. La voici donc, on espère que, comme nous, vous allez l’apprécier. Merci donc à Arnaud, Jean-François et Tugdual d’avoir traduit en couleur nos envies. Par contre, nous ne sommes pas encore au point pour l’envoi de cette lettre d’info par internet. Mais continuez à nous passer vos adressese-mail, ce sera pour la prochaine fois.Cette année notre fan-club de Champagne-Ardenne va être gâté : quatre concerts en région avec notamment celui de Troyes, au Parc des Expositions dans le cadre du 40e anniversaire de l’APEI de l’Aube… »
Jean-François MAUGER, directeur CAT Arc en Ciel.

La Lettre de Signes Particuliers n°14 – APEI Aube, février 2002
Direction : Jean-François Mauger
Responsable artistique : Guy Velut
Rédaction, reportage : Tugdual Ruellan
Conception graphique : Moswo

Document à télécharger en cliquant sur le lien :
2002.02.SIGNES_PARTICULIERS.lettre__1_.pdf

Échange avec Yvan Mura, Directeur général de l’APEI Centre-Alsace :
 » Je trouve extraordinaire de vivre une telle aventure avec des personnes déficientes intellectuelles. Je pense que les responsables de l’association et de la structure n’ont jamais dû imaginer un tel développement et un tel succès. Avec les modifications de la loi de 75, nous avons à réaffirmer que l’intégration passe aussi par une action culturelle. Le droit juridique est acquis ; en 25 ans, nous avons progressé, c’est certain, mais il reste encore du chemin à parcourir. C’est en provoquant de telles rencontres, de tels échanges que ceux que nous offrent Signes Particuliers, que le regard de l’autre peut évoluer, changer. Encore faut-il aussi que les professionnels soient sensibilisés et osent aller plus loin que la simple prise en charge des soins, de l’hygiène qu’ils aillent au-delà des normes communément admises en matière d’intégration. La démarche de Signes Particuliers nous fait grandir encore un peu et nous invite à chercher d’autres voies. En fait, ne sommes-nous pas tous handicapés, prisonniers de nos émotions, du moule et de la norme sociale. « 

La percussion pour dire et communiquer
Avec Richard Gouerre, aide-médico psychologique au CAT Arc en ciel, le voyage est au rendez-vous. Depuis 1998, il anime à Troyes, un atelier percussions destiné aux personnes handicapées. Rythmes africains, brésiliens, cubains. Au programme de chaque rencontre, un tour du monde avec des sensations nouvelles pour un atelier, très particulier :  » J’ai découvert Arc en ciel, en tant que musicien, en 1998. J’ai intégré le groupe et créé cet atelier réservé aux jeunes et aux adultes travaillant en CAT. Il a lieu trois fois par mois. »

Signes Particuliers à Firminy
Signes Particuliers était le 21 décembre 2001 à Firminy non loin de Saint-Étienne (Loire) pour présenter son concert devant 470 spectateurs. Rencontre avec Monique Paret, monitrice-éducatrice au CAT L’Ondaine, ADAPEI :  » J’ai trouvé le concert formidable ! Complètement séduite. Je ne connaissais pas du tout Signes Particuliers. Je me suis imprégnée des chansons et de leur musique quelques jours avant, avec leur CD. On l’écoute sans se lasser. Les paroles méritent d’être bien entendues ! Découvrir un groupe de musique en direct, une salle de concert. Pour beaucoup de personnes accueillies dans nos établissements, c’était une grande première ! Difficile d’en parler. Tout se vit, se partage et se ressent. Nous ne sommes pas dans une logique de production face à un public. Le premier travail est pour soi. On part sur une musique traditionnelle ; je propose un thème. Une partie de l’atelier est réservée à l’étude du rythme et de la tradition ; une autre partie concerne la communication. Peu à peu, l’instrument remplace la parole ; on essaie de traduire par le rythme quelque chose que l’on a à dire à l’autre. Une autre partie concerne la coordination entre pieds et mains, l’expression corporelle, l’intégration du rythme dans le corps. Le reste suit, tout est affaire de ressenti. « 

En direct sur le plateau du Téléthon
Un grand montent ! Signes Particuliers était cette année, pour la première fois, sur le plateau du Téléthon de France 2. Impressions avec Guy Velut, chanteur, compositeur et animateur du groupe.  » Un direct comme le Téléthon, c’était pour nous une première ! Tout s’est bien passé et nous avons été accueillis par une équipe vraiment formidable, ce qui n’est pas évident dans le créneau de nuit, qui va de 2 à 5 heures du matin. Nous sommes arrivés à 23 h 30 pour une première balance, dans les nouveaux bâtiments de France Diffusion. Tout le monde était très calme. Puis, nous sommes retournés à l’hôtel dormir un peu. Trois heures, réveil, direction studio. Un peu de vocalises dans le camion pour se mettre en condition. C’est vrai que nous étions un peu dans les brumes ! Nous avons interprété Parcours de santé, chanson que nous pensions la plus représentative avec la productrice Nadège Leroy. L’émission de la nuit est un peu particulière ; nous n’avons croisé, à cette heure tardive, que des chercheurs, des étudiants, des parents d’enfants handicapés. Il est intéressant de casser les frontières entre les secteurs du handicap et partager nos diverses initiatives. « 

Linda Lemay à la rencontre de Signes Particuliers
Daniel Guichard, Michel Petrucciani, Steve Waring, William Sheller, Bill Deraime, Tri Yann. Parfois, les grands de la chanson et de la musique poussent la porte du centre d’aide par le travail de Troyes. Le 30 octobre 2001, à l’occasion des Nuits de Champagne, c’était la Québécoise Linda Lemay.
Emmanuelle Grisier, chanteuse de Signes Particuliers :  » Nous avons été très émus de la rencontrer, de la voir de près et je crois qu’elle aussi a été très émue. Elle est arrivée en soirée, vers 16h30. On l’a accueillie. Elle était avec une dame. On les amenées dans la salle de répétition et on leur a chanté le Soleil aussi, Avec vous. Linda Lemay nous écoutait avec attention ; elle était très émue. Je lui ai offert nos CD ; elle m’a dit que je chantais très très bien. Elle nous a quittés vers 18h pour se préparer pour son concert du soir qu’elle donnait à Troyes. »
Daniel Amaral, musicien de Signes Particuliers :  » On lui a montré tout ce qu’on savait faire ! Elle était très contente et un peu émue. Elle ne nous connaissait pas. Elle nous a dit que peut-être un jour,. elle nous inviterait à faire une première partie de son concert. Ce serait bien volontiers ! Elle est bien sympathique et en plus, elle est belle. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *