Signes Particuliers organise sa Récréation

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

2003.04.SIGNES_PARTICULIERS.lettre__1__copie.jpgDepuis des années, une idée nous trotte dans la tête : rassembler autour de nous quelques-unes des nombreuses rencontres artistiques qui ont été les nôtres, depuis plus de 15 ans qu’Arc en Ciel et Signes Particuliers arpentent les routes de France, et d’ailleurs. Ce sera donc pour 2003, année symbole. se dérouleront à Troyes et sa proche région du 29 septembre au 3 octobre 2003. Au programme, des spectacles bien-sûr, des expos, des tables rondes pour permettre des lieux d’échanges sur les pratiques artistiques et culturelles, des rencontres entre le public et des artistes. Le tout sur fond de fête. Alors dès à présent, réservez votre semaine et suivez sur internet la constitution du programme et n’hésitez pas à nous contacter : Delphine – tél. 03 25 71 35 90.

La Lettre de Signes Particuliers n°18 – APEI Aube, avril 2003
Direction : Jean-François Mauger
Responsable artistique : Guy Velut
Rédaction, reportage : Tugdual Ruellan
Conception graphique : Moswo

Document à télécharger en cliquant sur le lien :
2003.04.SIGNES_PARTICULIERS.lettre__1_.pdf

Un concert à La Mure qui décoiffe !
Signes Particuliers donnait le 5 décembre 2002, deux représentations au théâtre de La Mure, petite ville de l’Isère : l’une pour les scolaires l’après-midi ; l’autre, en soirée, dans le cadre de la programmation culturelle du théâtre. « Depuis longtemps, nous désirions les faire venir, explique Bernard Rocher, enseignant au collège Les Trois Saules, vice-président de l’AFIPAEIM, Association familiale de l’Isère pour les adultes et enfants handicapés intellectuels. Le concert a été superbe, magnifique ! La municipalité a tenu à accueillir le groupe comme il se doit, en mairie. Ce sont près de 350 élèves de 4°, 3° et BEP sanitaire et social qui ont participé au concert l’après-midi. Avant le spectacle, nous avions travaillé sur les textes des chansons sans dire que Signes Particuliers était composé de personnes handicapées. En l’apprenant, juste avant le spectacle, il y a eu quelques craintes d’exprimées quant au niveau musical, la peur de s’ennuyer. Tout a changé lorsqu’ils les ont découverts sur scène. L’accueil a été enthousiaste et unanime. Les jeunes étaient euphoriques, se sont mis debout pour les applaudir. Je leur ai proposé d’exprimer par écrit leur ressenti à l’issue du spectacle : qualité de la prestation, des textes, de l’interprétation… Certains m’ont confié que leur regard sur les personnes handicapées avaient du même coup changé. La prestation du soir remportait un nouveau succès devant 230 personnes. Nous prévoyons de les faire revenir en 2004. » Anne Pommeray, également enseignante, poursuit : « L’effet a été bien au-delà de ce que nous espérions. Il y avait beaucoup d’émotion, un contact très chaleureux avec le groupe. Les élèves sont venus voir des musiciens jouer, en aucun cas, des jeunes handicapés ! Les représentations sont complètement tombées. On était en phase avec la musique, les mots, sans fioritures, sans paillettes, sans un esthétisme exacerbé auquel on est habitué sur scène. Les élèves ont vu la beauté d’une autre manière. »

Entretien avec Guy Jozroland, nouveau directeur du théâtre de la Mure
Vous avez pris la direction du théâtre au mois d’octobre 2002 et avez donc découvert, dans la programmation, Signes Particuliers. Comment avez-vous réagi ?
Guy Jozroland : « J’étais dans un état assez ambivalent : il n’était pas question pour moi de ne pas dire qu’il s’agissait de jeunes handicapés, de masquer une réalité ; il ne fallait pas non plus faire un appel au spectacle, tomber dans une sorte de démagogie sous prétexte que ces jeunes sont handicapés. Ce qui m’importait, c’était que Signes Particuliers soit intégré à la programmation comme n’importe quel autre spectacle. Et en même temps, ce n’est pas un spectacle qui a été accueilli comme les autres… »

Comment le public a-t-il réagi lors des deux représentations ?
Guy Jozroland : « Je dois avouer que ce qui s’est passé l’après-midi avec les scolaires a été très émouvant. La salle a été conquise, le courant est passé, les jeunes se sont levés, il y avait des mouvements de vague ; il ne manquait vraiment que les briquets ! Les jeunes ont été bien piégés, bluffés… Il y a eu une vraie rencontre avec des musiciens, qui pourtant, n’était pas simple. Il y a eu un très grand rapport de générosité. A aucun moment, les applaudissements n’ont été nourris par une sorte de mansuétude, de commisération ; les spectateurs ont réagi à la qualité de la prestation. Il faut souligner l’important travail de préparation en amont. »

Et vous, comment réagissez-vous en tant que professionnel du spectacle ?
Guy Jozroland : « La production scénique, la discographie, la musique sont d’une très grande qualité. Je dois avouer que depuis cette représentation, j’écoute régulièrement les disques du groupe. Il y a vraiment quelque chose de magique qui se produit. On est dans une vraie rencontre artistique. »


Un concert avec le Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie à Bercy
Signes Particuliers était le 21 janvier dernier, l’invité du Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie, dans le cadre d’une journée européenne du handicap qu’organise chaque année la Cellule de Recrutement et d’Insertion socio-professionnelle des Personnes Handicapées (CRIPH). « Nous souhaitions mettre l’accent sur les talents artistiques des personnes handicapées, confie Christian Moreau, chargé de communication. Nous avions eu l’occasion auparavant d’apprécier les talents de Signes Particuliers, lors d’un précédent concert. Les spectateurs ont été séduits et impressionnés. La richesse de leur répertoire, leur capacité de passer d’un instrument à un autre, la qualité des textes au réalisme souvent éloquent, font d’eux un véritable groupe de professionnels malheureusement oubliés par les médias. Nous envisageons de les faire revenir en décembre prochain pour clôturer l’année européenne du handicap.»

Rencontre colorée avec Laurent Voulzy
Depuis quatre ans, les musiciens de Signes Particuliers participent régulièrement à un atelier d’écriture et de compréhension de textes, encadré par des animateurs de la nouvelle médiathèque de Troyes. C’est ainsi qu’un travail leur a été proposé récemment autour des textes de Laurent Voulzy, invité du festival des Nuits de Champagne. Place à l’imagination ; les chansons sont devenues dessins. Les crayons de couleur ont laissé parler le coeur. Un échange est né, au-delà de la musique, autour de la lecture, des mots, du livre, de l’expression artistique. « La musique, souligne Guy Velut, animateur du groupe, peut aussi être un point de départ vers une autre expérience culturelle.»

Laurent Voulzy n’a pas caché son émotion et sa grande satisfaction devant l’exposition réalisée par Signes Particuliers. « J’avais choisi la Fille d’avril, confie Sylvère, technicien ; je l’ai imaginée avec des tresses guadeloupéennes. J’étais content de voir mon dessin exposé, fier même ! » Didier, a lui aussi choisi le même thème : « J’ai représenté cinq dessins de la Fille d’avril sur un fond de pages de calendrier qui s’égrènent».

Franck, lui, a opté pour Coeur grenadine : « J’adore ! J’ai fait un coeur avec une île, une fille allongée sur le sable, un verre de grenadine à la main. Du jaune, du bleu, du rouge… des coeurs un peu partout ! Ca m’a fait chaud au coeur de voir de près Laurent Voulzy. Il s’est arrêté devant mon dessin et il m’a un peu parlé de lui : ses parents l’ont conçu en Guadeloupe mais il est né (par accident!) en France.

De la chanson Une Héroïne, Josiane a fait comme une bande dessinée : « Le dessin, c’est mon passe-temps depuis que je suis petite. J’aime beaucoup Laurent Voulzy et j’ai choisi ce texte qui raconte simplement l’histoire d’une petite fille qui fait sa vie, qui rencontre des gens… J’ai représenté plusieurs petits personnages.

Laurent Voulzy a dit que nos dessins étaient super bien ! En même temps qu’il visitait l’exposition, il écoutait notre musique. J’étais émue de le voir de si près. C’est quelqu’un de simple et de très bien, un peu nostalgique. C’est un moment inoubliable ! » Laurent Voulzy est reparti avec le CD de Signes Particuliers sous le bras…
Tugdual Ruellan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *