A 380 : les premiers copeaux de métal tomberont en janvier 2002

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - entreprise

2001.12.06.Lexpress_PdL__3__photo.jpgRien n’arrête la construction de l’A 380. Malgré les événements tragiques survenus aux USA en septembre dernier, le premier vol du géant d’Airbus reste programmé pour novembre 2004, la mise en service commerciale étant prévue pour le printemps 2006. « Dans les Pays de la Loire, nous avons reçu comme consigne de poursuivre le développement des investissements pour l’A 380, précise la direction. Les premiers signes concrets sont visibles actuellement sur le site de Bouguenais qui se trouve en tête de cycle de la fabrication. » C’est là en effet que sera fabriqué le caisson central, une grosse « boîte » de 12 tonnes de 7 mètres de long sur plus de 6 mètres de large et 2,40 mètres de haut. « Ce travail mettra en évidence les talents de l’usine de Nantes qui est l’un des leaders européens dans le domaine de la fibre de carbone destinée aux sous-ensembles de structures fortement chargés, c’est-à-dire destinées à recevoir d’énormes contraintes comme la fixation des voilures et les efforts liés au vol. 80% de ce caisson seront en fibre de carbone. C’est une première mondiale. »
A télécharger en cliquant sur la photo

article paru dans le SUPPLEMENT Pays de la Loire L’EXPRESS – 6 décembre 2001
Dossier conçu par Partenaire Ouest à Nantes
Rédaction : Tugdual Ruellan

Seront aussi fabriqués à Nantes le cache-radar et les entrées d’air de réacteur de 3,70 mètres de diamètre. Avec ce nouvel appareil, tout se trouve hors normes. Il a donc fallu construire quelques bâtiments annexes (1 000 m²), augmenter de 1 800 m² l’unité composite où seront fabriquées les pièces élémentaires et construire un bâtiment de 8 000 m² pour l’assemblage. Une équipe de 60 personnes travaille actuellement d’arrache-pied au développement. À Saint-Nazaire, où l’assemblage du tronçon central sera effectué, les travaux d’agrandissement du hall Polaris sont imminents. Près de 5 000 m² sont rajoutés. Le hall Comète est également agrandi, lieu de finition. Les petits tronçons seront transportés par avion Beluga, direction Hambourg et Saint-Nazaire. Mais c’est par le fleuve que les grosses pièces transiteront, fin 2002 : « La Loire est un véritable tapis roulant. Un appel d’offres européen a été réalisé auprès de 14 compagnies pour imaginer cette liaison ; c’est finalement la Ligérienne des Transports qui a été retenue grâce à sa bonne connaissance des rivières, des barges et des pousseurs et à son association avec le transporteur nantais Cussoneau. »

Une fois assemblés, les tronçons, qui ne mesurent pas moins de 25 mètres de long et 9 mètres de large, poursuivront leur trajet par voie maritime jusqu’à Bordeaux avant de gagner Toulouse pour l’assemblage final. Les premiers copeaux de métal et de carbone devraient tomber à Nantes dans la première quinzaine de janvier 2002. Mi 2003, le premier caisson devrait être livré à l’usine de Saint-Nazaire. La société enregistre jusqu’alors quelque 70 commandes fermes d’avions : elle vient d’obtenir récemment la confirmation des Emirats pour 5 A 380 passagers et 2 A 380 cargo. La mise en chantier de l’A 380 est aussi un coup de pouce pour la création d’emplois dont bon nombre très qualifiés : I 800 pour Nantes, 2 200 pour Saint-Nazaire, mais il reste difficile de préciser le nombre d’emplois directement liés à la seule mise en place de l’A 380.
Tugdual Ruellan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *