Carnet L’Express : concert européen – les Pays de la Loire jouent la partition

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - développement local

2003.11.PdLLexpress__1__photo.jpgS’ouvrir au monde pour inventer une nouvelle histoire commune
Certaines entreprises ont depuis plusieurs années inscrit l’exportation à leur logique de développement. D’autres, au contraire, se sont contentées d’un développement local, persuadées que ce marché « domestique » de proximité pouvait suffire. Soucieuses de s’ouvrir au monde et de conquérir de nouvelles niches, bon nombre d’entreprises du Grand Ouest misent aujourd’hui résolument sur l’internationalisation. Elles ont compris que demain la concurrence ne sera plus seulement espagnole, italienne ou allemande mais qu’elle ne tardera pas à devenir américaine, japonaise, slovène ou chinoise. Les entreprises qui vendent sur les marchés étrangers, constatent les experts, sont beaucoup plus performantes que les autres. Peut-être parce qu’elles ont su se remettre en cause…
A télécharger en cliquant sur l’image

SUPPLEMENT PARU DANS L’EXPRESS – novembre 2003 (Pays de la Loire)
Dossier conçu par Partenaire Ouest à Nantes
Rédaction, reportages : Tugdual Ruellan
Photos : Laurent Massillon

Mais la prise de conscience reste lente. Frilosité ambiante. Les Pays de la Loire, pourtant quatrième région industrielle de France, ne décrochent que la neuvième place en matière d’exportation au niveau national, perdant une place par rapport à 2001. Dans un climat social tendu et une conjoncture économique difficile, les exportations ligériennes ont enregistré en 2002 une chute de 5,86 %. Les secteurs traditionnels d’activité ont souffert : la construction navale et automobile, les matériels électriques et électroniques, les cuirs et la chaussure en particulier, enregistrent des baisses notables de production. « Ne dramatisons cependant pas la situation », s’attache à rappeler la Direction régionale du commerce extérieur des Pays de la Loire : les entreprises de la région n’ont rien perdu de leur dynamisme et de leur foi en l’avenir ; elles ont une forte capacité d’innovation et commercialisent des produits de qualité et de notoriété. La région, affirme-t-elle, se doit de mettre en oeuvre une stratégie plus volontariste de conquête des marchés extérieurs, avec l’ensemble de ses partenaires institutionnels.

Aux portes du marché domestique, il y a l’Europe, celle des quinze qui ont construit l’Union, ont appris à vivre ensemble, à se respecter, pourfinalement tisser des relations économiques et sociales, éthiques, durables. Il y a, demain, dix nouveaux pays avec qui il faudra recommencer, apprendre à se parler pour inventer d’enrichissants partenariats. Les prévisions de croissance sont certaines et déjà l’on parle d’une augmentation de 5 à 9 % de leur produit national brut dans les dix années qui suivront leur intégration. Il y a aussi l’Amérique, l’Asie… Même si l’investissement est plus lourd, il peut être parfois intéressant de commencer par le grand export. Sans doute faudra-t-il alors prendre le temps d’écouter des partenaires aux cultures, histoires, mentalités et modes de vie tout autres. Apprendre à s’accepter différents. Sans juger ni chercher à comparer mais plutôt en inventant une nouvelle histoire commune…
Tugdual Ruellan.

AU SOMMAIRE
* Développement international : aucune place à l’improvisation

  • une autoroute maritime vers l’Espagne
  • céation d’entreprises en hausse
  • l’A 380 vogue sur les flots
  • 80 projets à la Technopole nantaise
  • peu d’étrangers sur un marché de l’immobilier pourtant florissant
  • Michel Bourdier, Angers agglomération Développement
  • de nouvelles modalités pédagogiques pour des étudiants globe-trotteurs
  • Angers Nantes Opéra joue au-delà des frontières
  • la réputation planétaire des vins de Loire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *