Interview de Jean-Paul Davois : Angers Nantes Opéra joue au-delà des frontières

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - musique

jean-paul_davois.gifLes opéras de Nantes et Angers sont désormais unis, pour le meilleur et pour le pire. Le directeur, Jean-Paul Davois, entend bien enrichir ce partenariat naissant. Y compris au-delà des frontières…
La réunion des deux opéras est une longue histoire ! À Nantes, au théâtre Graslin, opéra municipal, chaque production n’était jusqu’alors jouée que trois fois ; à Angers, structure associative, deux fois. Une situation qui ne satisfaisait guère les élus des deux villes, ceux du ministère et de la Région. « L’avenir de l’opéra passera forcément par une augmentation de la diffusion, atteste Jean-Paul Davois, nouveau directeur qui a pris en janvier dernier les rênes du nouvel établissement. D’autant qu’il y a, j’en suis persuadé, un public acquis à l’opéra vers lequel nous n’offrons pas la possibilité d’aller. Je souhaite que l’opéra aille à la rencontre des gens, sur l’ensemble de la région. Pendant des années, on a réduit le nombre de représentations par souci économique pour sauver les outils de production. Il faut aujourd’hui inverser les choses et augmenter la diffusion pour toucher plus de public, ce qui est, ne l’oublions pas, notre mission première. Ce qui suppose de nouveaux partenariats.»

A télécharger en cliquant sur l’image

article paru dans le SUPPLEMENT Pays de la Loire L’EXPRESS – novembre 2003
Dossier conçu par Partenaire Ouest à Nantes
Rédaction : Tugdual Ruellan

C’est désormais chose faite, la nouvelle structure est née en 2002 à la suite d’une signature avec le ministère de la culture : les deux opéras se sont unis, comme ceux de Strasbourg, Colmar et Mulhouse, réunis il y a maintenant plus de vingt ans au sein d’un syndicat mixte. Chaque production sera jouée au moins huit fois. Les opéras créés dans l’une des deux villes, seront systématiquement joués dans l’autre ville.« Nous allons désormais donner plus de représentations qu’il en est offert à Lyon ! « La nouvelle formule d’abonnement donne d’ailleurs raison au promoteur : curieusement, les gens s’inscrivent indifféremment dans les spectacles d’Angers ou de Nantes, deux villes pourtant distantes de cent kilomètres… Si la priorité est de conforter le projet naissant en pays de la Loire, il n’empêche que Jean-Paul Davois garde un oeil attentif sur les initiatives menées par nos voisins européens. L’Italie… N’y pensons guère : l’opéra reste une priorité nationale ! En revanche, celles des grandes compagnies lyriques anglaises l’intéressent tout particulièrement. La compagnie de Cardiff, par exemple, n’a pas de salle et gère malgré tout une structure de production très lourde avec orchestre, choeur, équipe technique, atelier de décors et de costumes : « Grâce à des accords passés avec une dizaine de villes de l’ouest de l’Angleterre, qui financent cet opéra, chaque production est jouée entre 15 et 25 fois. C’est un système que j’aimerais beaucoup initier. Ce qui n’empêche que j’ai aussi des projets de collaboration avec Lausanne, des compagnies hollandaises ou l’Espagne, qui voit actuellement fleurir théâtres et opéras… »

Réouverture de l’Opéra Graslin en avril
Pendant ce temps, l’Opéra Graslin se refait une beauté. L’édifice a été créé par Mathurin Crucy et inauguré en 1788. Treize entreprises, tous corps de métiers confondus, travaillent actuellement sur le chantier; des artisans d’art ont déjà commencé le travail minutieux de dépoussiérage, toilettage de peinture et redorure. L’esprit général des travaux de rénovation, supervisés par Calire Bernard, architecte de la ville, est de conserver l’esprit XVIIIe avec la tonalité bleue et l’élégance du lieu, inscrit « monument historique », tout en équipant la salle des techniques modernes. Pour un plus grand confort des spectateurs, les fauteuils sont changés – ils ne l’avaient pas été depuis 1968 ! Leur nouvelle forme s’inspire du style du XVIII’ siècle. Un système de ventilation de la salle par le sol sera installé et la fosse d’orchestre sera automatisée. Le nombre de places, initialement de 960, passe à 820. La réouverture de l’Opéra est prévue pour février 2004 avec, pour l’occasion, une série de concerts d’une grand diversité de styles et d’opéras. Citons parmi les principales productions, Le Tour d’Ecrou en février-mars et Les Bonnes en mars-avril.
Tugdual Ruellan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *