Carnet L’Express : Bretagne – art de vivre

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - habitat

2004.12.06.Bretagne.Lexpress__1__photo.jpgLes Champs Libres à Rennes : équipement culturel du troisième millénaire
Depuis le mois de janvier, l’Espace des sciences, le Musée de Bretagne et la bibliothèque de Rennes préparent le grand déménagement vers Les Champs Libres, l’équipement culturel du troisième millénaire de Rennes. Ouverture prévue en novembre 2005. Les Rennais se sont habitués peu à peu à ce nouveau bâtiment, signé de l’architecte Christian Portzamparc, sorti de terre en bordure du Champ de Mars en plein centre-ville. Depuis septembre dernier, Jacques Terrière en assure la direction, nommé par Rennes Métropole. Anciennement chef du département Développement et fidélisation des publics à la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette à Paris, ce Rennais de 51 ans aura à animer les trois entités qu’accueilleront bientôt les Champs libres : le Musée de Bretagne, la bibliothèque et l’Espace des sciences. A télécharger en cliquant sur l’image

SUPPLEMENT PARU DANS L’EXPRESS – 14 juin 2004 (Bretagne)
Dossier conçu par Partenaire Ouest à Nantes
Rédaction, reportages : Tugdual Ruellan

Outre diverses expositions temporaires, le Musée de Bretagne proposera à terme, des expositions permanentes : « Bretagne des 1001 images », exposition spectacle réalisée à partir des collections iconographiques du musée ; « Bretagne est univers » qui présentera l’histoire de la Bretagne des premières traces de l’homme à nos jours ; une exposition consacrée à l’Affaire Dreyfus ; « L’imagerie », 100.000 images ou objets qui seront numérisés et accessibles à tous. L’installation devrait commencer en janvier prochain. L’Espace des sciences offrira au visiteur deux salles permanentes : la salle des enfants sur le thème de la forêt de Brocéliande et la salle de la terre pour une découverte de la géologie du massif armoricain ; une salle d’exposition temporaire accueillera deux expositions par an autour de l’actualité scientifique ; un planétarium avec une salle hémisphérique de 100 places pour des spectacles astronomiques. Le public pourra librement consulter à la bibliothèque municipale quelque 120.000 documents imprimés, 300 titres de périodiques, 15.000 CD ou encore 12.000 cédéroms et DVD. Chacun des six étages s’organise autour d’un thème : jeunesse, musique et cinéma, sciences et techniques, romans, langues et littératures, patrimoine, arts-civilisation et société. Les fonds ancien et régional réuniront des collections exhaustives sur la Bretagne ; le Musée du livre et des lettres devrait enfin, mettre en scène la passion de l’écrivain Henri Pollès. L’espace « Vie du citoyen » offrira aux lecteurs un panorama de la presse national et internationale.

Visite au Musée départemental de Quimper
Après la présentation de quelques œuvres de peintres polonais venus en Bretagne entre 1890 et 1939, le Musée départemental breton de Quimper invite à la découverte ou redécouverte de ses collections. Les salles consacrées à la faïence quimpéroise sont de nouveau ouvertes au public ; elles étaient fermées pour permettre la restauration des toitures du bâtiment. L’on découvre, à travers plus de trois cents pièces, un panorama de cette production trois fois centenaire : faïence artistique du 18e siècle, céramique populaire, succès du « genre breton »… La collection est particulièrement riche en pièces de l’entre-deux guerres, témoignant du triomphe de l’Art déco avec des décors et statuettes de Mathurin Méheut, René Quillivic ou Paul Fouillen. De nouvelles acquisitions sont venues compléter cet ensemble. Les visites proposées sont également l’occasion de se plonger dans l’atmosphère de l’ancien Palais des évêques de Cornouaille, le plus remarquable monument de Quimper après la cathédrale, au sud de laquelle il est bâti. Les deux ailes, qui encadrent la Tour de Rohan de 1507, abrite un remarquable escalier, terminé par un lambris sculpté. La cour du musée est séparée du jardin de l’évêque par un cloître néogothique aux ferronneries florales récemment mises en place. Visite du Musée accompagnée le dimanche 12 décembre, à 15h – tel. 02 98 95 21 60.

Déco – L’exotisme entre dans votre intérieur et votre jardin
Un meuble chinois rouge et or éclatant, une armoire indienne aux fruits colorés, une commode en teck brut au dessin et design contemporains… Osez l’exotisme dans votre intérieur ou votre jardin. Rencontre avec Nathalie et Pierre Hascouët, décorateurs spécialisés à Plougastel. Les meubles chinois et indiens ont le vent en poupe, antiquités ou de facture contemporaine. Depuis plus de dix ans, Nathalie et Pierre Hascouët, en font le commerce, conquis par leur beauté : « Ce sont de très beaux objets. Nous allons sur place les chercher, avant restauration ; ce sont des meubles qui souvent, ont cent ans d’âge, et ont juste besoin d’un rajeunissement que l’on fait faire sur place, dans de petits ateliers ou par des artisans locaux. Relaqués, ils apportent couleur, dépaysement, insolite. Zen ? Pas uniquement : la Chine ancienne était très luxuriante et précieuse.»

Mobilier. Petits meubles, armoires, bibliothèques, buffets, commodes de rangement, tables de décoration… Les modèles sont infinis et riches de symboles. Chaleureuses, les antiquités expriment la tendance précieuse de la fin de l’empire chinois. Leurs dorures florales s’étalent sur laque rouge et fond de vernis traditionnel gomme laque, technique de finition au tampon, à l’ancienne. Attention, beaucoup de copies circulent et mieux vaut traiter avec un spécialiste. Les meubles indiens rutilent de motifs gourmands aux couleurs éclatantes. Vous pouvez opter aussi pour le contemporain qui fait la part belle à la matière et aux lignes épurées ; 2005 sera l’année du teck brut, un bois à vivre au naturel qui inspire des formes très contemporaines.

Jardin. Dans le jardin, sculptures, fontaines et autres lampes de style asiatique (jusqu’à 1,20 m) soulignent avec harmonie vos extérieurs, révélant les courbes et jeux de la lumière. Sous les voûtes feuillues, elle se marient à merveille avec le mobilier de nos jardins bretons, emplis de mille trésors des voyageurs. Finis les ciments et autres plastiques impersonnels ; les sculptures en pierres taillées à la main dans du marbre blanc, de la pierre de lave noire, ou du cerut veiné apportent une touche personnelle et authentique : formes géométriques, bouddhas, gardiens chinois, chiens de Fô ou autres personnages stylisés. La touche finale peut être apportée par le clapotis de l’eau qui circule dans le bassin en circuit fermé.

Mosaïques de galets. Des galets plats, posés en opus incertum, offrent à votre salle de bains la beauté primitive de la matière à l’état brut tandis que la mosaïque de marbre habille les murs de la salle de bains. Les galets de marbre peuvent être arrondis et invitent la plage à entrer dans la salle de bains. Tons rouge corail, ivoire ou gris souris… Façonnés par la nature, les galets sont soigneusement calibrés par épaisseur et par couleur, puis disposés et collés à la main sur une trame en vinyle. Un patient travail permet l’agencement de ces pierres aux formes naturelles. Les mosaïques, composées de dalles, se posent facilement sur les sols et les murs, en intérieur comme en extérieur sur n’importe quelle chape de béton. A la fois doux et antidérapants, les pavements offrent un confort agréable aux pieds nus.

Décoration de Noël. Pour les fêtes de fin d’année, les cadeaux se font insolites. Dans l’arbre de Noël, les boules indiennes de décoration en bois ou en os et nacre se marient avantageusement aux objets de décoration traditionnels. Les objets garnissent les tables et invitent au voyage : vases en coquille d’œuf, plats en laque rouge et argent, statues de bronze ou de terre cuite, bouddha en pierre reconstituée. Sur les murs, des reproductions de peinture à l’huile, peintures à l’huile sur toile, panneaux de céramique et autres tentures du Rajasthan apportent à votre intérieur, originalité et convivialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *