Interview d’Isaac Karabtchevsky, nouveau chef de l’orchestre national des Pays de la Loire

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - musique

Isaac_Karabtchevsky.jpgL’Orchestre national des Pays de la Loire prend la clé des champs
Créé en 1971, l’Orchestre national des Pays de la Loire connaît un succès grandissant ; il est sûrement l’une des formations en France qui compte le plus d’abonnés, tant en métropole que dans les communes rurales. Ils étaient près de 1800 en 1994. Ils seront près de 10.000 d’ici à la fin de la saison 2004 – 2005. Rencontre avec son nouveau chef Isaac Karabtchevsky, qui a pris la suite en septembre dernier du Hollandais Hubert Soudant… – A télécharger en cliquant sur la photo

article paru dans le SUPPLEMENT Pays de la Loire L’EXPRESS – 1 novembre 2004
Dossier conçu par Partenaire Ouest à Nantes
Rédaction : Tugdual Ruellan

L’ONPL est une magnifique entreprise… Pouvez-vous nous la présenter ?
« Il y a d’abord son originalité. Il est le seul orchestre de France et même d’Europe, à intervenir sur deux villes. Deux phalanges, l’une à Nantes, l’autre à Angers assurent en effet l’activité symphonique et lyrique. Chaque programme, alliant tant des œuvres classiques que contemporaines, est donné au moins à quatre, parfois jusqu’à dix reprises. Constitué de 106 musiciens, il propose au public quelque 200 manifestations chaque année sur l’ensemble de la région. Une équipe administrative et technique de près de 30 personnes assure la vie quotidienne de l’orchestre. »

Qu’est-ce qui vous a séduit ?
« L’organisation du travail, l’ambiance, l’état d’esprit qui y règnent. Les musiciens sont heureux de donner un bon concert et cela s’entend. Il existe à l’ONPL une véritable conscience professionnelle.»

Comment l’orchestre se démarque-t-il ?
« La progression des abonnés a connu depuis 1994, une progression spectaculaire. Je tiens ici à rendre hommage à mon prédécesseur, Hubert Soudant, qui n’a eu cesse de faire évoluer qualitativement la formation durant ces dix dernières années. L’ONPL a obtenu le label national en 1996. En dehors du nombre de ses abonnés, de son nombre de concerts, l’orchestre se démarque aussi par des programmes originaux (avec Dee Dee Bridgewater, Tri Yann) ; le prochain mettra à l’honneur la musique brésilienne avec Gilberto Gil et des œuvres de Villa-Lobos. »

Qui est votre public ?
« Si l’ONPL joue un rôle important d’ambassadeur de la région grâce à des tournées en France et à l’étranger, il offre aussi des manifestations au contact de tous les publics, de la salle de concert jusqu’à l’église de village. L’une des grandes priorités de l’orchestre est de «démocratiser» la musique, et de favoriser son accès au plus grand nombre, c’est-à-dire d’en finir avec l’image élitiste souvent associée aux musiques dites « classiques». C’est dans ce cadre qu’interviennent les concerts en région, les missions éducatives ou les tarifs très réduits proposés aux jeunes. »

L’arrivée d’un nouveau directeur musical est toujours très attendue par le public comme par les musiciens. De quoi est faite votre saison ?
« Je tiens à valoriser les oeuvres avec choeurs et celles de compositeurs que j’affectionne particulièrement comme Gustav Mahler, Ludwig van Beethoven. Au cours des trois prochaines saisons, nous proposerons les neuf symphonies de Mahler. Cette année, l’orchestre donnera un Festival Beethoven avec la neuvième symphonie, la Missa Solemnis et les cinq concertos pour piano. Une place sera aussi réservée à la création contemporaine avec un programme « Siècle 21 » où les œuvres données seront présentées par leurs compositeurs. D’ores et déjà, le public a répondu présent et les abonnements sont en augmentation régulière. Nous travaillons aussi à la production d’un concert exceptionnel avec Gilberto Gil, chanteur et musicien brésilien, qui aura lieu les 28 et 29 juin 2005 sur les bords de l’Erdre ».

Vos ambitions ?
« Créer un chœur amateur qui serait rattaché en permanence à l’orchestre… Mon rêve serait que l’orchestre national des Pays de la Loire trouve sa place dans le cœur des hommes et des femmes de nos villes et de notre région. Qu’il exprime avec ferveur et enthousiasme l’élan de tous. »

Propos recueillis par Tugdual Ruellan

Isaac Karabtchevsky, directeur musical de l’ONPL
Issu de parents russes, Isaac Karabtchevsky est né au Brésil. Après des études au lycée français de Sao Paulo, il fonde un chœur et se perfectionne au métier de chef d’orchestre en Allemagne et prend des leçons notamment auprès de Pierre Boulez. Après avoir dirigé de nombreux orchestres d’Europe centrale il prend en 1981 la direction de l’Orchestre de Sao Paulo et de l’Orchestre Tonnkünstler de Vienne, avec lequel il fit de nombreuses tournées. Il reçoit la médaille du Mérite culturel autrichien, attribuée pour la première fois à un artiste brésilien. En 1995, Isaac Karabtchevsky est nommé directeur musical du Théâtre de La Fenice à Venise. Au cours de sa carrière, il dirige l’essentiel du répertoire lyrique et symphonique dans les plus prestigieuses salles de concerts de Vienne, d’Amsterdam ou de New York. Il a eu l’occasion d’accompagner des solistes comme Claudio Arrau, Isaac Stern, Martha Argerich, Mstislav Rostropovitch ou Gidon Kremer. Contact : www.onpl.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *