Bigmat Denis Matériaux, groupe de 14 négoces, crée 15 emplois chaque année

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - entreprise

1998.09.04.NO_n_15.denis_materiaux.photo.jpgEn 20 ans, Désiré Denis a bâti un groupe de 14 négoces représentants 270 MF de chiffre d’affaires.
Voilà dix-neuf ans, Désiré Denis créait entre Rennes et Redon, son premier négoce de matériaux de construction à Guichen. L’entreprise a grandi : Désiré Denis a racheté un deuxième, puis un troisième négoce… En 1992, Denis Matériaux entrait dans le groupement d’intérêt économique Bigmat et prenait alors pour enseigne Bigmat Denis Matériaux. Il est aujourd’hui responsable de quatorze agences implantées en Ile-et-Vilaine, Morbihan et Loire-Atlantique, devenant avec un chiffre d’affaires de 270 MF le plus important de France.%%

Article paru dans Le Nouvel Ouest n°15 (4 septembre 1998)
Directeur de la publication : Hervé Louboutin
Rédaction et photos : Tugdual Ruellan
(à télécharger en cliquant sur l’image)

A chaque fois, la même stratégie : racheter un commerce en difficulté et sauver les emplois coûte que coûte. Au rythme de quinze personnes embauchées chaque année, l’entreprise compte aujourd’hui quelque deux cents salariés. « Sur les 14 négoces, confie Désiré Denis, sept sont des créations, sept sont des achats d’affaires en difficulté financière ou qui étaient trop petites. Notre politique est de toujours reprendre le personnel ; nous apportons l’enseigne Bigmat, notre savoir-faire et notre plan de vente. Dans le commerce de matériaux, un entrepreneur n’a plus le temps de courir chez deux ou trois négociants : lorsqu’il vient chez nous, il doit trouver tout ce dont il a besoin ! » Bigmat Denis Matériaux commercialise ainsi 20 000 produits du bâtiment, offrant au client un stock linéaire de 40 MF dans ses magasins. « Troisième distributeur français Bigmat fonctionne comme une centrale d’achat à laquelle sont passées nos commandes. Il y a très peu de personnel, seulement une quinzaine d’employés, mais chaque responsable d’entreprise s’engage à lui donner un tiers de son temps. Il participe régulièrement à diverses commissions, ce qui fait de chaque acheteur un homme de terrain. » Pour Désiré Denis, l’important est de se trouver au plus près du bâtisseur : « Les professionnels représentent 70% de notre chiffre d’affaires. Les 30 autres sont constitués de particuliers qui bricolent chez eux ; ils sont de plus en plus nombreux.»

Développer la fabrication
Pour éviter les déplacements, on a choisi de créer des petits « satellites » pour être au plus près des chantiers et à l’endroit où le client construit. Nous disposons d’une trentaine de camions équipés de grues et de toupies à béton. Par ailleurs, nos technico-commerciaux disposent de deux bureaux d’étude pour mieux conseiller. » Depuis cinq ans, des jeunes sont embauchés en contrat de qualification. Ils suivent une formation en alternance à l’Icomat de Fougères, école spécialisée dans la vente et la connaissance des matériaux. On trouve aujourd’hui l’enseigne à Mes-sac, Pipriac, Guichen, Plélan-leGrand, Mordelles, Montfort, Rennes Saint-Jacques, Saint-Aubin-du-Cormier, Combourg, Vannes, Pontivy, La Trinité-Porhoèt et Pontchâteau. Il existe aussi à Pontivy, un site de préfabrication du béton, des agglomérés et des planchers-béton, et à Rennes, Casa, une autre société créée en 1982, spécialisée dans le carrelage sanitaire. « Nous pensons nous installer dans d’autres sites mais nous centrons nos efforts d’investissement sur la fabrication. Nous souhaitons produire tout ce qu’on peut vendre : des menuiseries, du béton prêt à l’emploi, des parpaings, des planchers-béton… Se développer, ça coûte très cher et il faut en général attendre trois ou quatre mois avant qu’une affaire ne devienne rentable. Notre fierté, c’est d’avoir pu assumer durant 18 ans notre croissance avec nos propres moyens, sans aide extérieure, et créer 200 emplois. »
Tugdual RUELLAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *