Richard Loiseau, 40 ans, crée son entreprise de maintenance des outils de production à Brécé

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - entreprise

2003.09.Metiers_35_n_58-4-photo.jpgL’homme est audacieux. Après une longue carrière de salarié dans l’électromécanique et le service-après-vente de photocopieurs, Richard LOISEAU se retrouve demandeur d’emploi. Il a alors 37 ans. Avec détermination, il retourne sur les bancs de l’école pour suivre une formation universitaire en organisation, gestion et protection. En 1997, fortement soutenu par son épouse Margueritte, il rachète une entreprise de matériel de garage à Brécé. Et ça marche plutôt bien… Portrait.

Article paru dans Métiers 35, la Revue de l’artisan n°58 (septembre 2003)
Directeur de la publication : Noël Binois
Rédacteur en chef : Jean-Paul Ollivier
Rédaction et photos : Tugdual Ruellan
(à télécharger en cliquant sur l’image)

D’un coup, tout a basculé… Nous sommes dans les années 1990. Le secteur de la reproduction et de l’informatique subit la crise de plein fouet. Électromécanicien de formation, Richard LOISEAU la voit venir et ronger peu à peu l’entreprise qui l’emploie depuis maintenant quinze ans. « Nous vivions alors en région parisienne, se souvient-il. Après avoir passé un CAP d’électromécanicien en 1973, j’avais commencé à travailler dans la région de Tours puis à Paris, d’abord au service après-vente de photocopieurs puis, l’informatique. J’ai perdu mon poste. »

L’opportunité d’un emploi se présente dans l’agence nantaise de l’entreprise. Margueritte et Richard déménagent, avec l’espoir d’une expérience professionnelle durable. Le répit est de courte durée et, deux ans plus tard, Richard est définitivement licencié pour raison économique. Commence alors la période d’incertitude, la recherche des offres, les longues attentes à l’Agence Nationale Pour l’Emploi.

Créateur d’entreprise à 40 ans
Richard ne supporte pas très longtemps la situation et décide de suivre une nouvelle formation professionnelle. Il s’inscrit à l’université pour se remettre à niveau. L’examen réussi lui permet d’accéder à l’IUT de Nantes, en formation initiale d’organisation gestion protection. C’est l’appel d’un ami breton qui soudain, lui offre l’espoir d’une nouvelle orientation : une petite entreprise est en vente à Brécé, non loin de Rennes, à la suite du départ en retraite de son dirigeant et fondateur. Nous sommes en 1997 ; Richard a alors 40 ans. « Il s’agissait d’une activité de services en maintenance de matériel de garage essentiellement des ponts élévateurs de véhicules. Le défi m’a plu. » Séduite par l’enthousiasme de son mari, Margueritte est d’accord pour vendre la maison afin de financer la reprise de l’entreprise ; elle quitte son emploi et accepte d’épauler son mari dans cette nouvelle aventure.

Interventions dans 15 départements
Trois ans plus tard, Margueritte et Richard construisent un nouveau bâtiment afin d’agrandir la surface de l’atelier. Les deux compagnons du départ conservent leur emploi. Cinq autres techniciens ne tardent pas à rejoindre l’équipe. Progressivement, d’année en année, le chiffre d’affaires se développe : « Nous maintenons tous /es outils de production des entreprises intervenant dans le secteur de la réparation automobile : hydrauliques, électromécaniques, mécaniques, air comprimé. Par ailleurs, nous distribuons depuis 2002, en exclusivité, les produits Airkrome, fabricants assembleurs italiens. » Le rayon d’action s’est considérablement élargi ; l’entreprise [OISEAU intervient aujourd’hui sur le quart Nord-Ouest de la France, dans une quinzaine de départements, jusque dans la région parisienne. De grands groupes, comme Total, confient à l’artisan, la logistique de leurs cuves de stockage de lubrifiants ; l’entreprise intervient également pour les réparateurs rapides, comme les centres Norauto, les succursales et représentants de marques automobiles : Renault, Peugeot, Citroën…

Une aventure humaine
Le secret de la réussite ? L’entreprise a gagné la confiance de ses clients par sa réactivité et ses contrats de maintenance sur le long terme. Un programme de gestion de maintenance assistée par ordinateur est d’ailleurs en cours d’installation afin de permettre aux clients de disposer d’informations statistiques sur leur parc. « Nous travaillons en maintenance préventive : plus le matériel est entretenu en amont, moins les surprises sont désagréables ! Et enfin, si tout cela fonctionne, c’est parce que c’est d’abord un projet de couple et l’investissement d’une équipe. Tout le monde a compris que l’intérêt personnel passait aussi par l’intérêt de l’entreprise. »

Contact : Margueritte et Richard LOISEAU
ZA La Dinanière – 35530 Brécé
Tél 02 99 00 18 82 – Fax 02 99 00 19 55
richard.loiseau@wanadoo.fr

Tugdual Ruellan

FICHE SIGNALÉTIQUE
Création : 1983, Reprise : 1997
Nombre de salariés : 9
Compétences : un dirigeant, une assistante, une comptable, quatre techniciens (maintenance en matériels de garage), deux techniciens (installation des réseaux de fluides), un technico-commercial chargé de développer lei secteur de l’industrie (air comprimé)
Parc : 6 véhicules
Chiffre d’affaires 2002: 700 000 euros (muItiplié par 2,5 depuis 1997)
Augmentation prévue pour 2003 : 15%.
2002: sélectionné au concours les Artisans de la Performance.
L’entreprise s’inscrit dans la démarche Qualité A. Margueritte Loiseau suit la formation BCCEA (Brevet de Collaborateur de Chef d’Entreprise Artisanale ) à la Chambre de Métiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *