Interview Désiré Mahé, président France Gap-Uneta, groupement des ateliers protégés

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - handicap

2004.09.Inserthive.Lettre_n_13-4.D.Mahe-photo.jpgLe GAP-Uneta a été créé en 1988 pour fédérer les ateliers protégés au plan national ; il est aujourd’hui une tête de réseau fédérant 60% des ateliers protégés (320 adhérents en 2003 : 12000 personnes handicapées. soit 60% des AP). Associés à différents groupes de travail auprès de l’administration, il est reconnu comme interlocuteur des pouvoirs publics, notamment dans le cadre de la réforme de la loi de 1975. Il place dans une charte la personne handicapée au coeur de l’entreprise. Il a créé un centre de ressources national, appui. soutien à ses adhérents mais aussi à l’ensemble des entreprises adaptées de France : il anime des actions de formation pour l’encadrement intermédiaire des entreprises adaptées et une formation aux dirigeants.x Rencontre ave son président, Désré Mahé.

Article paru dans La Lettre d’information n°13 d’Inserthive 29 – Septembre 2004
Coordinatrice Inserthive 29 : Laurence Batard
Rédaction et photo : Tugdual Ruellan
Document à télécharger en cliquant sur l’image

Les ateliers protégés vont devenir des « entreprises adaptées »
Après une première lecture au Sénat les 24 et 25 février, le projet de Loi présenté par le gouvernement « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées est en navette parlementaire. Où en est-on actuellement ?
Désiré Mahé : « Le texte a été examiné par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale qui propose plusieurs amendements dont certains répondent à nos demandes. La lecture s’est poursuivie le 8 juin puis le texte a été soumis au vote en séance plénière de l’Assemblée mercredi. Il ira ensuite en deuxième lecture au Sénat puis à l’Assemblée. probablement à l’automne.

Vous vous battez depuis plus de dix ans pour que soit modifié le statut des ateliers protégés afin que ces structures soient reconnues comme « entreprises adaptées (article 19 de la loi concernée). Qu’en est-il ?
DM : Nous sommes très satisfaits de voir la tournure que prennent les événements puisque le principe est acté et n’est jusqu’à présent remis en cause par personne. »

Quels intérêts pour la personne handicapée ?
DM : « C’est un progrès important : dans un premier temps. au niveau du salaire. La garantie de ressources en atelier protégé est de 90% du SMIC : demain, avec la loi, nous devrons appliquer les conventions collectives avec leurs minima. soit. au minimum, 100% du SMIC ou les minima conventionnels. Tous les salaires vont donc. du jour au lendemain. augmenter de 10% au minimum. De plus. l’ensemble des accessoires afférant aux salaires seront désormais accessibles aux personnes handicapées ce qui n’était pas toujours le cas, par exemple, la prime d’ancienneté.
Par ailleurs, le nombre d’orientations professionnelles qui est aujourd’hui de 3 (milieu ordinaire de travail, atelier protégé, centre d’aide par le travail), se réduit à 2 orientations : d’un côté. le milieu du travail regroupant milieu ordinaire et entreprise adaptée de l’autre côté. le centre d’aide par le travail. Ce qui signifie que toutes les personnes handicapées qui aujourd’hui, n’ont pas accès aux ateliers protégés parce qu’elles sont à l’ANPE avec une orientation cotorep milieu ordinaire pourront demain. venir frapper à notre porte. Une nouvelle chance pour quelque 250.000 personnes. reconnues travailleurs handicapés, souvent chômeurs longue durée qui ne trouvent pas de solutions en milieu ordinaire…
Ce qui va susciter des bouleversements profonds quand on sait que le nombre de salariés qui travaillent actuellement dans les ateliers protégés est de 20.000 ! »

Quels changements sont prévisibles pour vos entreprises ?
DM : Les ateliers protégés sont parfois considérés aujourd’hui comme des entreprises au rabais. Nos entreprises pourront demain. émarger aux mêmes aides, mais aussi aux mêmes contraintes que les entreprises ordinaires. C’est une reconnaissance d’entreprise, pleine et entière avec une spécificité importante : l’emploi majoritaire de personnes handicapées. »
Propos recueillis par Tugdual Ruellan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *