Le skipper marin-pêcheur et l’entrepreneur aventurier : les frères Escoffier épris d’océan

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - voile

2003.12.Un_regard_d__Emeraude.Escoffier-photo.jpgL’un rénove, construit, loue des bateaux et court les mers du globe ; l’autre, marin-pêcheur, est aujourd’hui reconnu comme skipper et joue dans la cour des grands. Les deux frères Escoffier, dans des styles différents, ont fait de la mer leur compagne, leur gagne-pain… et leur jardin secret.
Bob Escoffier, 52 ans. La carrure (et la barbe) d’un loup de mer. L’homme, et sa compagne Françoise, vous accueillent avec chaleur et convivialité dans leur hangar rénové du quai Duguay-Trouin à Saint-Malo, qui sent bon le pin. C’est là qu’ils accueillent les clients, en quête d’aventure maritime ou avides d’une croisière sur un vieux thonier, une gabare sablier ou un sloop maxi… Jusqu’à l’âge de 25 ans, Bob (Robert de son vrai prénom) aurait pu rester le chef d’entreprise que son père souhaitait et prendre la suite logique de l’affaire familiale.C’était sans compter sur l’appel du grand large et le goût de l’aventure qui animaient notre homme depuis déjà pas mal d’armées…

Article paru dans « Un regard d’Emeraude – le magazine de la Côte d’Emeraude » n°1 – Décembre 2003
Rédacteur en chef : Charles Vincent
Rédaction : Tugdual Ruellan
Photo : Cécile Langlois
(à télécharger en cliquant sur l’image)

Franck-Yves est tout épris de la grande bleue. À 18 ans, le gamin se fait embaucher comme équipier sur le Triangle atlantique : « Deux étapes du tour du monde vers Rio de Janeiro, six mois de course. C’était une aventure humaine fantastique ! » Puis vient la Transatlantique en 1976 sur un ginfizz. Franck-Yves revient avec Alain Colas sur Club Méditerranée. Mais la balade ne nourrit pas son homme ! Le jeune Parisien, installé lui aussi à Saint-Malo. embarque comme matelot pour la pêche. Le soir, il achète la part des compagnons et file sur Paris, vendre le poisson frais. « C’est à cette époque que j’ai rencontré Charles Villalon, le précurseur des catamarans. Alors, j’ai construit mon bateau et me suis installé à mon compte. » La passion de la voile reprend vite le dessus : Franck-Yves concourt au Défi des ports de pêche en 1995 et prend la première place. Les victoires se succèdent : premier amateur au Tour de France à la voile (1997). premier à la Route du Rhum en classe 2 (1998), premier au championnat d’Europe de Bénéteau 25 (1998), premier Spi Ouest-France (2000), 2′ à la Transat Québec Saint-Malo (2000), 2′ de la Transat Porsmouth-Baltimore (2001), 1″ de la Route du Rhum -Classe 2 (2002). Le tout en continuant la pêche, le conseil technique pour le téléfilm de France 2 Chasseurs d’écume… en prenant le temps de passer le virus aux trois fistons.

Bob Escoffier, 52 ans. La carrure (et la barbe) d’un loup de mer. L’homme, et sa compagne Françoise, vous accueillent avec chaleur et convivialité dans leur hangar rénové du quai Duguay-Trouin à Saint-Malo, qui sent bon le pin. C’est là qu’ils accueillent les clients, en quête d’aventure maritime ou avides d’une croisière sur un vieux thonier, une gabare sablier ou un sloop maxi… Jusqu’à l’âge de 25 ans, Bob (Robert de son vrai prénom) aurait pu rester le chef d’entreprise que son père souhaitait et prendre la suite logique de l’affaire familiale.C’était sans compter sur l’appel du grand large et le goût de l’aventure qui animaient notre homme depuis déjà pas mal d’armées. Sac sur l’épaule, friand de vie nouvelle. Bob jette les amarres en 1989 à Saint-Malo, un endroit que la famille connaît bien comme lieu de villégiature. Il tombe amoureux de Popoif, une vieille carcasse qui pourrit dans l’avant-port. Le rabot, la scie égoïne et le papier de verre ne le quitteront plus ; Bob crée son chantier naval (aujourd’hui, Etoile marine croisières). Peu de temps après, deuxième coup de foudre. Pour un dundee-thonier cette fois qu’il rebaptise Etoile Molène. Puis Etoile filante, un catamaran, Etoile Maxi, un sloop magnifique de 25 m, acheté en Méditerranée, Etoile filante qui va entamer sa 2 P traversée de l’Atlantique.

Fleur de mai et Etoile de Bricourt suivront. L’an passé, la flotte se complète de l’Etoile polaire, ketch aurique de 1914, et d’Adecco Etoile Horizon, construit à temps perdu comme s’il y en avait… A côté de ses bateaux qui illuminent l’entrée du port de la cité corsaire. Bob entretient une autre lubie : celle de traverser l’Atlantique en solitaire. Le vieux rêve d’enfant devient réalité en 1998 avec la Route du Rhum.
Tugdual Ruellan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *