La Cosmetic Valley rassemble les parfumeurs de la région Centre

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - entreprise

2005.05.19.Le_Monde-Cosmetic_valley-photo.jpgDans la la région Centre, l’association Cosmetic Valley défend le pôle Sciences de la Beauté et du Bien-Être. Quelque 200 entreprises de la filière parfumerie-cosmétique, dont certaines aux noms prestigieux, se sont regroupées pour postuler à l’appel d’offres. A la clé, quelque 4 000 nouveaux emplois créés en plus des 16 000 existants.
.

article à télécharger en cliquant sur l’image

Article paru dans le Cahier du Monde « Objectif Régions » du 19/05/2005
Conception : Partenaire Régie
Rédaction : Tugdual Ruellan

C’est Jean-Luc Ansel, directeur du comité de développement économique de l’Eure-et-Loir, basé à Chartres, qui a créé en 1994 avec un ami l’association Cosmetic Valley : « C’était à l’origine, un outil de promotion économique d’une des filières fortes du département, se souvient-il. Elle a aujourd’hui dépassé le cadre de l’Eure-et-Loir pour devenir une association qui réunit les industriels du secteur cosmétique de la région » Beaucoup d’entreprises travaillent autour de la cosmétique sans pour autant se connaître ; quelques-unes d’entre elles vont même jusqu’à passer commande à l’étranger sans se douter que les savoir-faire sont disponibles à proximité. Séduit par l’idée, Jean-Paul Guerlain en accepte la présidence. Beaucoup d’autres entreprises suivront, au-delà des limites départementales, parmi lesquelles Hermès, Dior, Guerlain, Paco Rabanne ou Lancaster. La chaîne des savoir-faire est complète.

« On trouve ainsi, souligne Thierry Bluet, directeur adjoint de Centréco, qui a fortement contribué à l’organisation des projets, des agriculteurs qui produisent des plantes à destination cosmétique, jusqu’aux transformateurs, ceux chargés de l’extraction de principes actifs, de la formulation, du conditionnement, de l’injection plastique ou de la production de supports destinés à la vente ». Peu à peu, les professionnels apprennent à se connaître puis commencent à travailler de concert. « Nous proposions alors dès 1997, poursuit Jean-Luc Ansel, un accompagnement à l’export avec des salons à l’étranger, jusqu’à Hong-Kong.

L’association rassemble aujourd’hui plus de 200 entreprises, avec quelque 7000 salariés et affiche un chiffre d’affaires d’un milliard et demi d’euros. L’inscription du projet au titre des pôles de compétitivité donne une dimension supérieure rassemblant 200 entreprises avec 16 000 salariés. La création du pôle prévoit à moyen terme de regrouper 300 entreprises avec 20 000 emplois. « Nous nous sommes rapprochés du secteur de la recherche et avons repéré près de 1000 chercheurs qui consacrent leurs travaux aux sciences de la beauté et du bien-être. Pourquoi ne pas créer un institut de la peau ? » Une dizaine de collectivités se sont rassemblées autour de la dynamique créée. « Avec un chiffre d’affaires global de 14,1 milliards d’euros, dont 7,6 sur les marchés internationaux, la France est le premier exportateur mondial de l’industrie de la parfumerie-cosmétique. »
Tugdual Ruellan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *