Marion Cahour revient 50 ans après avec « Les chevaliers de l’Ile-aux-pies »

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - littérature

1993.11.23.OF.Marion_Cahour-photo.jpgMarion Cahour était ce week-end l’invitée d’honneur du 7e salon du livre qui se tenait à Redon. Cette grande dame de 85 ans, qui a consacré sa vie de médecin à la lutte contre l’alcoolisme, vient de faire paraître « Les chevaliers de l’lle-aux-Pies ». Réédition d’un roman pour les adolescents, écrit en 1940, qui n’a pas pris une seule ride.

article paru dans Ouest-France (Bretagne), 16 décembre 1993
Texte et photo : Tugdual Ruellan
article téléchargeable en cliquant sur l’image :

Marion a, au fond des yeux, ce regard profond qui accueille. A 85 ans, elle tient toujours « boutique » à Nantes, pour échanger avec les malades de passage, juste le temps d’un brin de causette ». Toute sa vie, Marion Cahour à lutté contre l’alcoolisme, soignant quelque 5 000 malades : « Cette drogue est terrible ! Elle crée une complicité, une dépendance hypocrite. Je tente d’apporter auprès des gens que je rencontre, autre chose qu’un traitement médical. » Animée d’un profond sens religieux, c’est elle qui a aussi créé le pèlerinage de l’eau vive » qui se tient chaque année à Lourdes.

Signes de piste
« Je revois cette année où j’ai écrit « Les chevaliers de l’île-auxpies », raconte-t-elle. Ma jeunesse a été profondément marquée par le fléau de l’alcoolisme. Ma vie de femme-médecin de campagne me faisait toucher du doigt les effroyables fléaux sociaux. Toucher du doigt, encore, l’inutilité de mes ordonnances, de mes terrifiantes prophéties! »
L’ouvrage est réédité aujourd’hui grâce à Elor, une petite maison d’édition, installée depuis trois ans à Saint-Vincent-sur-Oust, dans le Morbihan : « Nous proposons pour l’instant 23 titres pour les adolescents. Tout à fait dans l’esprit de l’ancienne collection disparue des Signes de piste. » L’histoire nous entraîne dans une aventure vécue il y a une centaine d’années, par deux adolescents, au coeur d’une Bretagne d’un autre âge : Je suis née à Redon, précise Marion. un pays de marais noyés. Le jeu de miroir de leurs surfaces glacées a influencé à jamais mon âme trop rêveuse. »
Il y a eu beaucoup d’eau à couler depuis, dans la Vilaine et dans l’Oust. Mais l’histoire a gardé toute sa fraîcheur et son authenticité. On y découvre les valeurs que Marion a fait siennes et qui l’animent aujourd’hui. « Beaucoup plus tard dans la vie, ce mélange détonant du rêve et de la révolte m’ont fait éclater dans l’action. S’il est une devise que je voudrais transmettre à mes descendants, c’est : « Rêver pour agir ».
Tugdual RUELLAN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *