Mégalis unit sur le net la Bretagne et les Pays de la Loire

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - développement local

La Bretagne et les Pays de la Loire ont relevé le défi du désenclavement numérique, en créant Mégalis. Les deux régions proposent sur l’ensemble de leurs territoires une offre ADSL et, pour cette fin d’année, une offre satellite, permettant d’être relié à l’Internet avec le haut-débit. «ll s’agissait, explique Catherine Bigot, adjointe au directeur du développement économique au Conseil régional de Bretagne, de réduire la fracture numérique pour permettre au plus grand nombre, en tout point du territoire et aux mêmes coûts, d’accéder à des services Identiques, sans aUcune discrimination géographique entre villes et campagnes.»
article à télécharger en cliquant sur ce lien

Article paru dans le Cahier du Monde « Objectif Régions » du 18/12/2003
Conception : Partenaire Régie
Rédaction : Tugdual Ruellan

Prioritairement, le réseau public Mégalis s’est ouvert à renseignement supérieur et la recherche, la médecine hospitalière, la formation continue, l’enseignement secondaire, les collectivités locales, le tourisme et la culture. L’investissement, de 88 millions d’euros sur six ans, est pris en charge par les collectivités. «La rapidité des transmissions est aujourd’hui garantie, poursuit Catherine Bigot, la qualité des images et du son aussi, à un tarif raisonnable, grâce à la mutualisation des coûts.»

Bientôt une collectivité opérateur de télécommunications ?
Le projet, né en 1996, s’est déployé à la fin de l’année 1999. L’avancée prodigieuse des technologies, notamment de l’ADSL et de la liaison satellite, a contraint les deux réglons à passer un nouvel appel d’offres en 2002. Unedouzaine d’expérimentations s’est tenue au printemps dernier, dans des Îles ou des sites éloignés, mettant en oeuvre plusieurs types de technologies et de débits avec des opérateurs différents. C’est finalement E-Wan qui a été retenue pour le développement, filiale du groupe Genedis créée il y a trois ans. Jusqu’à présent, particuliers et entreprises ne peuvent avoir directement accès au réseau. Un texte législatif empêche en effet une collectivité de devenir opérateur de télécommunications. Mais ce texte, actuellement en débat parlementaire, a déjà fait une première navette entre l’Assemblée nationale et le Sénat. Une réponse est attendue en début d’année prochaine. Deux syndicats mixtes, l’un breton, l’autre ligérien, réunissent les partenaires financiers du projet, veillant à la qualité des services fournis. IIs s’appuient sur la cellule technique mise en place à la Meito, association interrégionale regroupant industriels et chercheurs du secteur de l’informatique, de l’électronique et des télécommunications. 25 villes et agglomérations de Bretagne et 21 des Pays de la Loire ont déjà pris l’habitude de converser virtuellement, accédant à des ponts de visioconférence, des serveurs d’images animées, des services de messagerie, de stockage d’images ou d’administration de réseau et de sites intranet. Les utilisateurs peuvent ainsi échanger données, images et sons à la vitesse de 155 mégabits par seconde. On espère atteindre les 622 mégabits par seconde d’ici à 2004, soit une vitesse de transmission 10 000 fois plus rapide qu’une connexion classique, actuellement de 56 kilobits par seconde.
Tugdual Ruellan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *