Claire Métayer : « Nous pouvons tranformer en compost 35 à 70 % de nos ordures ménagères »!

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - développement durable

1993.06.19.OF.tri_des_dechets-photo.jpgClaire Métayer, spécialiste en matière de traitement des déchets ménagers, était l’invitée du collectif des associations de protection de l’environnement du pays de Redon. Une quarantaine de personnes ont assisté, au centre social, à l’exposé du Maître de conférences. Au programme, la composition et de le devenir des ordures ménagères.
Le thème est d’actualité. La question du traitement des déchets ménagers est plus que jamais à l’ordre du jour dans le pays de Redon. Plusieurs élus et représentants du SIVOM ont répondu à l’invitation des associations d’Avessac, de Bains-sur-Oust, du comité pour la protection des marais, de Gwezenn et de Trève, qui composent le collectif.

article paru dans Ouest-France (Redon, Ille-et-Vilaine), 19 juin 1993
Texte et photo : Tugdual Ruellan
article téléchargeable en cliquant sur l’image

Claire Métayer est Maître de conférences à la faculté de pharmacie de Nantes et experte auprès du Bureau européen de l’environnement. Elle s’est spécialisée dans les métaux et dirige un groupe de recherche au CNRS. Elle a dressé un inventaire précis, et guère reluisant, du contenu de notre poubelle et d’une manière plus générale, des déchets de notre société.
Un descriptif inquiétant, dans lequel personne n’est épargné, ni le producteur, ni l’industriel, pas même le consommateur. La notion de pollution, bien que définie en 1967 dans le cadre de l’Europe, reste imprécise et déterminée « en fonction des connaissances scientifiques du moment »! Une définition bien alléatoire qui entraîne inévitablement des abus. D’autant que la production de déchets augmente chaque année. Chaque habitant de France, en produit 225 kg par an. C’est énorme, même si l’on est encore loin des 1700 kg produits par chaque habitant à New-York !

Tri à la source
Pourtant le message de Claire Métayer est résolument optimiste, pour peu que chacun y mette du sien. « Nous pouvons, assure-t-elle, tranformer en compost 35 à 70 % de nos ordures ménagères ». Mais d’abord trions. « Paradoxalement, confie Claire Métayer, moins on ramasse les déchets plus chacun fait attention et trie ce qu’il jette… »
Les avantages du tri à la source sont évidents, à condition que les fillières de recyclage, de transformation et de récupération, soient fiables. Les solutions existent. Reste à savoir si, « en tant que producteur, nous sommes prêts à diminuer notre production et si en tant que citoyen, nous sommes prêts à nous impliquer directement… »
Tugdual RUELLAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *