Le commerce du café équitable a vu le jour en Bretagne il y a 15 ans

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - commerce équitable

2009.09.Armor_n_476.15_ans_commerce_equitable-photo.JPGL’établissement d’aide par le travail de Bain-de-Bretagne célèbre cette année, aux côtés de la société Cafés Lobodis de Saint-Brieuc et Max Havelaar, le quinzième anniversaire d’un partenariat scellé autour du développement du commerce équitable et de la filière café.
« Personne n’y croyait, se souvient Yves Thébault, directeur du CAT Notre Avenir à Bain-de-Bretagne, lorsqu’en 1994, nous avons lancé l’idée d’un commerce équitable, autour de la filière café, partenariat commercial, basé sur le dialogue, la transparence et le respect vis-à-vis du petit producteur. » A cette époque, l’association Max Havelaar, créée en 1980 par Franck Vanderhoff, un prêtre proche des producteurs de café d’Amérique latine, commence à trouver une oreille attentive en France. En janvier 1993, une réunion rassemble à Rennes l’ensemble des acteurs de la filière café : associations de consommateurs, de solidarité, torréfacteurs et autres distributeurs.
Légende-photo : De gauche à droite : Marcel Launay (Max Havelaar 35), Yves Thébault (CAT Bain-de-Bretagne), Olivier Bernadas (Cafés Lobodis).

Article paru dans Armor Magazine n°476, septembre 2009
Rédactrice en chef : Anne-Edith Poilvet
Texte et photo : Tugdual Ruellan
article téléchargeable en cliquant sur la photo :

2009.05.21.15_ans_CAT__1_.JPGOlivier Bernadas, jeune torréfacteur des Côtes d’Armor, est séduit par l’initiative. Le militant, alors vendeur de café au sein d’une petite entreprise, signe un contrat de cession de licence Max Havelaar et crée la société Lobodis. C’est le premier café en France dit de commerce équitable qui voit le jour. Guy Durand, ingénieur agronome, professeur en économie rurale à l’Ecole d’agronomie à Rennes, devient le premier président de Max Havelaar France. « Ensemble, poursuit Yves Thébault, nous avons décidé de créer un atelier de torréfaction et d’ensachage du café au sein de l’atelier protégé. » Jacques Bruneau, alors délégué régional de l’Agefiph, Fonds pour l’insertion des personnes handicapées, soutient l’initiative et participe au financement de l’équipement.

Pour un marché plus juste
2009.05.21.15_ans_CAT__34_.JPGUn véritable projet de développement durable se construit alors incluant l’aide aux producteurs de café, un développement de la filière, une activité permettant la reconnaissance et l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés. Le succès est au rendez-vous. En juin 2004, l’atelier de torréfaction atteint un record absolu avec 74 tonnes et 400 kg de café torréfié, moulu et ensaché en seulement un mois par les travailleurs handicapés. Aujourd’hui, le commerce équitable existe dans 21 pays consommateurs et 60 pays producteurs. En France, plus de quatre Français sur cinq ont entendu parler du commerce équitable ; plus de 1600 références et de produits sont présents dans tous les types de distribution. « Début janvier 2008, confie Olivier Bernadas, la société Lobodis a rejoint les Cafés Richard. Plus que jamais, les deux entreprises familiales jouent la carte de la complémentarité pour la défense d’un café de qualité et d’un marché plus juste. »
TUGDUAL RUELLAN.

2009.09.Armor_n_476.15_ans_commerce_equitable-photo4.JPGB.recolte__11_.JPG

2009.09.Armor_n_476.15_ans_commerce_equitable-photo7.JPGB.recolte__17_.JPG

A.le_cafe__09_.JPG2009.09.Armor_n_476.15_ans_commerce_equitable-photo6.JPG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *