Nouvelles pédagogies au CREAI – Un colloque à Ploemeur : « Réapprenons à apprendre »

Tugdual Ruellan - - No comment - Envoyer à un ami - éducation

1990.11.14OF-creai-photo.jpgÉducation
« Tous les enfants peuvent réussir à l’école, l’échec n’est pas irrémédiable, l’intelligence se rééduque. »
Les nouveaux pédagogues ne mâchent pas leurs mots et n’hésitent pas à bouleverser les idées reçues. A Ploemeur, trois d’entre eux étaient récemment les invités du CREAI (1), représentant trois courants pédagogiques très proches et cependant distincts : La Garanderie, Feurstein et les ateliers de raisonnements logiques. Leur point commun ? Une foi et une passion démesurées en l’individu, une recherche vivante et toujours en mouvement, une expérience pédagogique inachevée, entreprise il y a maintenant une quinzaine d’années : « Réapprenons à apprendre ! »
(1) CREAI : Centre régional pour l’enfance et l’adolescence inadaptées, 61, rue Jean-Guéhenno, 35700 Rennes, tél. 99 38 04 14.

article paru dans Ouest-France (Morbihan), 14 novembre 1990
Directeur départemental : Daniel Seité
Texte et photo : Tugdual Ruellan
article téléchargeable en cliquant sur l’image

Ni recette, ni méthode… pas de miracle non plus ! Plutôt une démarche qui s’inscrit dans la durée, remettant en cause le rapport d’enseignant à enseigné et la façon d’enregistrer des informations. Antoine de La Garanderie était présenté par Mme Maupas ; il est le « père » de la « gestion mentale ». « Si votre enfant n’obtient pas de bonnes notes, explique-t-il, ce n’est pas qu’il ne comprend rien, c’est qu’il n’a pas appris à faire fonctionner son cerveau au maximum. La gestion mentale donne à l’entant les moyens. » Mme Cardinet a présenté Reuven Feurstein. Lui parle de « programme d’enrichissement instrumental ». « L’enfant apprend par contact avec son environnement, sans être directement exposé aux stimuli ; Je suis mol et nous sommes des millions de moi, J’al des désirs et j’existe par rapport à l’autre et au monde. » La devise du programme est : « Une minute, on réfléchit ! Les ateliers de raisonnement logique, quant à eux, prennent leur source dans les actions collectives de formation et de reconversion professionnelle qui se sont mises en place peu à peu, suite à la crise pétrolière de 1972. « II n’était plus possible alors de reproduire les pratiques traditionnelles de formation, se souvient Mme Roberteau. Nous nous retrouvions face à des Individus qui avalent quitter depuis longtemps l’école et qui avalent un rapport au savoir totalement déconstruit; les ateliers ont permis peu à peu d’identifier les problèmes et reconstruire une image de la réussite. »

Au coeur de la pédagogie, le médiateur
Pour les trois intervenants, le pédagogue est un médiateur, c’est lui qui s’interpose entre celui qui apprend et ce qui est à savoir. Il se met au service et devient l’accompagnateur, n’hésitant pas à évoluer avec celui qui apprend. « Le médiateur va plus loin luiméme, il est arrangeur de savoir. » Rien de bien nouveau dans tout cela, penserez-vous ! « Non, répondent les pédagogues, nous construisons en marchant, le savoir est en perpétuelle mouvance. » Et pourtant, parents, enseignants, éducateurs, psychologues sont de plus en plus nombreux à côtoyer ces différentes approches pédagogiques. Plusieurs centres de formation voient le jour ; les équipes n’hésitent pas à se déplacer pour proposer stages et sessions de sensibilisation ; apprendre à dire où l’individu se trouve en difficulté, donner le droit à l’erreur et au tatonnement… pour finalement apprendre à être intelligent.
Tugdual RUELLAN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *